Advertisements

Coronavirus : dans les maisons de retraite, une tragédie à huis clos – Le Monde

Spread the love
A l’Ehpad des Aiguerelles à Mauguio (Hérault), où trois décès de résidents testés positifs ont été recensés.

A l’Ehpad des Aiguerelles à Mauguio (Hérault), où trois décès de résidents testés positifs ont été recensés. GUILLAUME HORCAJUELO / EPA

Des soignants submergés en nombre insuffisant qui tentent de sauver des résidents confinés dans leur chambre, esseulés : derrière les portes closes, à l’abri des regards des familles interdites de visite, se joue une tragédie à huis clos dans les quelques centaines d’établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) en France où le coronavirus a réussi à s’infiltrer. La guerre d’usure contre le Covid-19 ne fait que commencer dans les maisons de retraite. Pour le moment, le gouvernement n’a qu’une visibilité très partielle du nombre de victimes. Faute de moyens mais aussi de volonté des établissements et des autorités sanitaires de se montrer transparentes sur le bilan.

L’Ehpad Le Bosquet de la Mandallaz, à Sillingy (Haute-Savoie), est un des premiers à avoir payé le tribut du coronavirus : le bilan était, début mars, de sept morts, contaminés. « On nous regardait comme des pestiférés au début, raconte Eric Lacoudre, directeur de cet établissement associatif. Et puis, passée la peur des gens alentours, on a bénéficié d’un élan de solidarité incroyable. »

Lire aussi Le coronavirus a causé la mort de 1 100 personnes dans les hôpitaux en France, dont 240 en 24 heures

Un barman d’un village voisin est venu « nous prêter main-forte, des aides-soignants des alentours sont arrivés en renfort, des bénévoles sont accourus pour épauler le personnel à bout de souffle ». S’il témoigne, c’est parce qu’il a « le sentiment d’avoir remonté la pente », mais nombre de ses collègues préfèrent se taire. L’extrême discrétion, voire le silence des chefs d’établissement, alimente souvent les sentiments d’anxiété.

A l’Ehpad des Aiguerelles à Mauguio (Hérault), trois décès de résidents testés positifs ont été recensés, quatre autres sont morts sans être testés mais avec les symptômes de la maladie. Vingt-neuf pensionnaires sur 78 au total sont porteurs du virus ainsi que six soignants sur 40. La direction de l’Ephad communique avec les familles mais s’abstient de toutes déclarations publiques.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Coronavirus : dans les Ehpad, les résidents privés de leur famille

Aucun bilan national

A Paris, cinq personnes sont décédées au sein de l’Ehpad de la Fondation Rothschild. Tenter de joindre la direction est voué à l’échec. Cinq résidents de l’Ehpad Le Cœur volant à Louveciennes (Yvelines) sont morts avec des symptômes du Covid-19. A Thise (Doubs), quinze pensionnaires sont décédés. Certaines familles ont appris la mort de leur proche sans explication sur les causes du décès.

Le groupe Korian, propriétaire de ces deux établissements, renvoie vers l’agence régionale de santé (ARS) pour toute demande d’information provenant de la presse. Idem à l’Ehpad Le Couarôge à Cornimont (Vosges) où le bilan était de vingt morts, lundi. « Adressez-vous à la préfecture ! », répond la direction de l’établissement.

Advertisements

Leave a Reply