Coronavirus dans le monde : pour le premier ministre espagnol, « le plus dur est passé » – Le Monde

Spread the love

Avec des chiffres sans doute très sous-évalués, la pandémie liée au coronavirus a officiellement touché plus de 5,2 millions de personnes dans le monde. Depuis son apparition en décembre en Chine, elle a fait au moins 339 758 morts. Les courbes de contamination et de décès continuent toutefois de s’infléchir dans plusieurs pays, qui relancent progressivement leur économie.

  • Les pays européens veulent une reprise du tourisme

Particulièrement touchées par la pandémie, l’Espagne et l’Italie ont annoncé samedi leur réouverture cet été aux touristes étrangers. En juillet pour l’Espagne, tandis que l’Italie rouvrira ses frontières dès le 3 juin et dans l’intervalle rouvre progressivement ses sites historiques ou culturels. Dans la région de Rome, les plages ont été rouvertes et ils étaient des centaines, samedi, à profiter du soleil à Fregene, sur la côte du Latium.

« Le plus dur est passé », a assuré le premier ministre espagnol Pedro Sanchez, « nous avons surmonté la grande vague de la pandémie » qui a fait plus de 28 000 morts dans le pays. Madrid et Barcelone – les deux principaux foyers de contagion en Espagne – vont pouvoir entamer à leur tour le déconfinement. Afin d’éviter l’importation de nouveaux cas de coronavirus, une quarantaine est pour l’instant imposée aux voyageurs souhaitant entrer sur le territoire espagnol, elle devrait être levée au moment de l’ouverture des frontières au tourisme.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Coronavirus : une approche de la quarantaine à géométrie variable chez les pays voisins de la France

Outre le tourisme, le championnat de football et ses stars mondiales va reprendre dans la semaine du 8 juin, a indiqué le premier ministre.

La plage de Santa Severa, près de Rome, le 23 mai

La plage de Santa Severa, près de Rome, le 23 mai ALBERTO LINGRIA / REUTERS

Egalement très dépendante du tourisme, Chypre rouvrira ses aéroports aux vols commerciaux en provenance d’une vingtaine de pays à partir du 9 juin. Là aussi, les plages ont été rouvertes.

A l’inverse, le Royaume-Uni a imposé une quarantaine de 14 jours aux voyageurs arrivant de l’étranger, y compris ceux venant de France, conduisant Paris à menacer d’une « mesure de réciprocité ».

En Allemagne, comme en Espagne, des milliers de personnes ont manifesté une nouvelle fois samedi contre les mesures de confinement obligatoires, qu’elles estiment trop strictes et attentatoires aux libertés.

Lire aussi Frontières ouvertes ou fermées ? Le point sur la situation dans les pays de l’UE
  • L’Amérique latine touchée de plein fouet

Le Brésil a enregistré 965 décès supplémentaires causés par le coronavirus en vingt-quatre heures, ce qui porte à 22 013 le nombre total de morts depuis le début de l’épidémie, a indiqué samedi le ministère de la santé. Il s’agit, pour la troisième fois en quatre jours, d’un bilan quotidien de décès supérieur à mille morts. Plus de 16 500 nouveaux cas de contamination ont aussi été recensés, pour un total de 347 398 cas dans le pays, le second le plus touché après les Etats-Unis. Et le bilan réel de l’épidémie pourrait s’avérer plus lourd, alors que les capacités de dépistage du Brésil sont limitées.

Le Pérou, pourtant premier pays d’Amérique latine à avoir décrété des restrictions, peine également à endiguer la progression du virus qui a continué de se propager notamment dans les marchés alimentaires et les banques restées ouvertes, à la faveur d’un système de santé fragile, d’une économie informelle et d’une pauvreté endémique. Le président péruvien Martin Vizcarra a prolongé vendredi jusqu’au 30 juin le confinement en vigueur depuis le 16 mars et « l’isolement social obligatoire ». Le pays déplore plus de 3 100 morts et plus de 110 000 cas de contamination depuis le 6 mars.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Au Chili, le coronavirus progresse et alimente la colère sociale
  • Aux Etats-Unis, l’épidémie reste sur un « plateau » élevé

Les Etats-Unis ont encore recensé samedi 1 127 nouveaux décès dus au coronavirus en 24 heures, portant à 97 048 le nombre total de morts depuis le début de l’épidémie, selon le comptage quotidien de l’Université Johns Hopkins. Le nombre quotidien de décès reste à un niveau stable depuis maintenant plusieurs jours, ce qui n’empêche pas tous les Etats de prendre des mesures de levée du confinement.

Dans l’Etat de New York, particulièrement touché, le nombre de morts est en revanche tombé samedi à 84 au cours des dernières 24 heures, soit le bilan le plus bas depuis le 24 mars.

Pour souligner son désir de voir les choses revenir à la normale le plus vite possible, le président Donald Trump est allé jouer au golf samedi, pour la première fois depuis le 8 mars, dans son club de Virginie, près de Washington.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Face au Covid-19, les abattoirs, maillon faible de la chaîne alimentaire américaine
  • Déplacements limités pour la fête de l’Aïd dans les pays musulmans

En Indonésie, plus grand pays musulman du monde, les autorités ont interdit les traditionnels déplacements à travers le pays pour l’Aïd-El-Fitr, qui marque la fin du ramadan, et de nombreux habitants se tournent vers les passeurs et les faux certificats pour rejoindre néanmoins leurs proches.

En Aghanistan, où le nombre de cas est en hausse, de strictes mesures de confinement ont également été décrétées pour l’Aïd, surtout dans la capitale Kaboul, épicentre de la maladie dans le pays.

Berceau de l’épidémie, apparue dans la ville de Wuhan (centre), la Chine a annoncé samedi n’avoir recensé aucune nouvelle contamination pour la première fois depuis janvier, moins de 24 heures après s’être félicitée d’« une réussite stratégique majeure » dans sa « réponse au Covid-19 » à l’ouverture de la session plénière de l’Assemblée nationale populaire (ANP), grand-messe annuelle du pouvoir communiste.

Le Monde

Leave a Reply