Coronavirus dans le monde : des signes de reprise dans plusieurs pays, situation « critique » à Hongkong – Le Monde

Spread the love

Le Covid-19 a fait plus de 600 000 morts et contaminé plus de 14 millions de personnes dans le monde, selon un bilan réalisé par l’Agence France-Presse (AFP) à partir de sources officielles, dimanche 19 juillet. La pandémie, qui touche 196 pays et territoires, continue de se propager ou reprend dans de très nombreux pays.

Le nombre de morts liées au Covid-19 a doublé en un peu plus de deux mois. Plus de 100 000 nouveaux décès ont été enregistrés en 21 jours, depuis le 28 juin. Les Etats-Unis sont le pays officiellement le plus endeuillé au monde avec 140 474 décès, devant le Brésil (78 772), le Royaume-Uni (45 273), le Mexique (38 888) et l’Italie (35 042).

  • Situation « critique » à Hongkong

La chef de l’exécutif hongkongais, Carrie Lam, portant un masque durant une conférence de presse sur l’augmentation du nombre de contaminations au Covid-19 à Hongkong, le 19 juillet 2020.

Le nombre de cas repart à la hausse à Hongkong, qui avait, pourtant, presque mis fin aux contaminations locales en juin. La région semi-autonome a répertorié, dimanche, 108 nouvelles contaminations en vingt-quatre heures, un record. « Je crois que la situation est vraiment critique et rien ne permet de penser qu’elle puisse être ramenée sous contrôle », a déclaré la chef de l’exécutif hongkongais, Carrie Lam.

Ces deux dernières semaines, 500 nouveaux cas ont été répertoriés. Et les médecins ont du mal à identifier les chaînes de transmission du coronavirus dans le territoire très densément peuplé de 7,5 millions d’habitants. Au total, 1 886 cas et douze décès ont été enregistrés dans la ville.

Carrie Lam a annoncé de nouvelles mesures, et notamment le projet de rendre obligatoire le port du masque dans les espaces intérieurs publics, ou encore l’obligation de travailler depuis la maison pour le personnel non essentiel de la fonction publique.

  • En France, masques obligatoires dans les lieux publics clos

Si la situation reste « sous contrôle » selon les autorités, le taux de reproduction effectif du virus (ou « R effectif », basé sur les tests virologiques positifs) au niveau national est repassé légèrement au-dessus de 1 depuis la première semaine de juillet, selon Santé publique France. Chaque malade du Covid-19 contamine en moyenne 1,2 autre personne, ce qui montre une tendance à l’augmentation de la circulation du virus deux mois après la sortie du confinement.

Face à la multiplication des foyers actifs et pour enrayer une éventuelle reprise de l’épidémie, le port du masque sera obligatoire dès lundi dans les lieux publics clos, a annoncé samedi le ministre de la santé, Olivier Véran. La DGS a fait savoir que « le non-respect de [la] mesure pourrait être susceptible, comme c’est le cas dans les autres lieux où le port du masque est obligatoire, notamment les transports, d’une contravention de 4e classe » qui est définie par une amende forfaitaire de 135 euros.

« Cela concerne les commerces, établissements recevant du public, marchés couverts, banques… », a-t-il précisé. La Fédération du commerce et de la distribution a ainsi annoncé dimanche que le masque serait obligatoire dans l’ensemble des magasins des grandes enseignes alimentaires Auchan, Aldi, Carrefour, Colruyt, Cora, Groupe Casino, Intermarché, Leclerc, Lidl, Netto, Supermarché Match et Système U.

Le premier ministre, Jean Castex, a, par ailleurs, précisé « surveiller de très près » la situation sanitaire en Catalogne et n’a pas exclu une nouvelle fermeture des frontières avec l’Espagne.

Lire aussi Coronavirus : ce qu’il faut savoir sur l’obligation de porter le masque dans les lieux publics clos, en vigueur lundi
  • En Europe, des mesures ciblées pour éviter la deuxième vague

Des personnes font la queue pour accéder aux plages de Barcelone, samedi 18 juillet, la police bloquant l’accès en raison d’un nombre trop important de baigneurs ignorant les appels des autorités à rester confinés.

En Espagne, les autorités surveillent depuis plusieurs jours plus de 120 foyers actifs, en particulier en Catalogne (nord-est). Les habitants de Barcelone, deuxième ville du pays, très prisée des touristes étrangers, ont été appelés vendredi à « rester chez eux » en raison d’un quasi-triplement du nombre de cas en une semaine. Les cinémas, théâtres et discothèques doivent fermer leurs portes, les réunions de plus de dix personnes sont interdites de même que les visites dans les maisons de retraite. La capacité d’accueil dans les bars et les restaurants a été limitée à 50 %. Ces mesures doivent durer a priori deux semaines.

En Angleterre, le port du masque devient obligatoire dans tous les magasins à compter du 24 juillet. C’était déjà le cas en Ecosse. Le premier ministre britannique, Boris Johnson, toutefois a prévenu qu’il n’utiliserait qu’en dernier ressort la carte du reconfinement, comparant cette solution à une mesure de « dissuasion nucléaire », dans une interview dimanche au Daily Telegraph. Il espère un retour à la normale « pour Noël » malgré de vives craintes concernant une deuxième vague. Un risque que le conseiller scientifique de son gouvernement, Patrick Vallance, a jugé « élevé ».

L’Irlande devait rouvrir pleinement ses bars le 13 juillet mais a repoussé la dernière phase du déconfinement au 10 août. Les rassemblements sont limités à 50 personnes à l’intérieur et 200 à l’extérieur, tandis que les masques deviennent obligatoires dans les magasins.

Pourtant relativement épargnée par le Covid-19, l’Allemagne autorise des mesures de confinement renforcées au niveau local avec « des interdictions de sortie » dans des zones géographiques limitées.

La Turquie a annoncé dimanche avoir à nouveau suspendu ses vols avec l’Iran et l’Afghanistan, deux pays durement touchés par la pandémie due au nouveau coronavirus.

  • Le Salvador reporte sa réouverture économique

La réouverture complète de l’économie au Salvador, qui devait s’effectuer lundi, a été reportée sine die, a annoncé le président Nayib Bukele, en raison de l’augmentation du nombre de contaminations au coronavirus. Il faut « un confinement strict », a-t-il ajouté pour freiner l’épidémie de Covid-19. M. Bukele avait pourtant assuré samedi qu’il ne reportait plus ce processus, malgré la hausse des cas infectieux.

  • L’UE cherche un accord sur le plan de relance

Pour surmonter la crise économique due à la pandémie, les dirigeants européens se réunissent à nouveau dimanche, après avoir échoué à trouver un accord sur une nouvelle proposition qui leur avait été soumise samedi. L’objectif est d’infléchir la position des quatre Etats « frugaux » – Pays-Bas, Autriche, Danemark, Suède – qui bloquent tout compromis, en leur offrant des concessions, en particulier sur la répartition entre subventions et prêts, ainsi que sur les conditions qui encadrent le versement de l’argent.

Si la proposition du président du Conseil européen, Charles Michel, « bénéficie d’un soutien important », selon une source proche des discussions, les dirigeants des 27 Etats membres n’ont toujours pas réussi à trouver d’accord. La chancelière allemande Angela Merkel n’a pas écarté le risque d’un échec dans les négociations dimanche.

Lire aussi Sommet européen : la bataille sur le plan de relance s’intensifie entre les Vingt-Sept
  • Flambée du nombre de contaminations dans le sud et à l’ouest des Etats-Unis

Aux Etats-Unis, l’épidémie ne faiblit pas. Plus de 60 000 nouveaux cas de contamination ont été enregistrés dimanche, ce qui porte le bilan total à 3 762 081 cas. Le nombre des cas recensés toutes les 24 heures dépasse systématiquement les 60 000 depuis une semaine, soit environ deux fois plus qu’en avril, au plus fort du confinement.

Le pays fait notamment face depuis plusieurs semaines à une flambée des contaminations dans le Sud et l’Ouest. Au Texas et dans l’Arizona, les autorités locales ont commandé des camions frigorifiques pour augmenter la capacité d’accueil des morgues.

La résurgence de la pandémie représente « le principal risque » pour l’économie américaine qui a enregistré une contraction historique de 37 % au deuxième trimestre, a prévenu, vendredi, le Fonds monétaire international.

De son côté, Donald Trump persiste et signe. Le président américain a défendu ses propos selon lesquels la maladie finirait par « disparaître », en se disant opposé à l’idée d’imposer le port du masque au niveau national. « J’aurai raison, finalement. Vous savez, j’ai dit :ça va disparaître.Je le dirai encore », a-t-il affirmé.

Son rival, le candidat démocrate à la Maison Blanche Joe Biden, s’en est vivement pris à ces nouvelles déclarations de M. Trump. « Quand on parle de coronavirus, il ne faut pas croire un mot de ce qu’il dit », a dit l’ancien vice-président de Barack Obama dans un communiqué :

« Monsieur le président, votre ignorance n’est pas une vertu ou un signe de votre force – elle sape notre réponse à cette crise sans précédent et coûte leur emploi et leur vie à des Américains […] Il est grand temps pour le président Trump d’écouter quelqu’un d’autre que lui-même sur la manière de lutter contre le virus, parce qu’après six mois d’une mauvaise gestion meurtrière, c’est en train de devenir encore plus incontrôlable. »

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Président Trump, an IV : l’homme qui nie
  • Nouveaux allègements des règles sanitaires au Maroc

Rabat a annoncé un nouvel allègement des mesures pour endiguer la pandémie de Covid-19 au Maroc, permettant aux établissements touristiques d’utiliser leur capacité totale d’accueil à partir de lundi.

Mais le royaume garde les frontières closes « jusqu’à nouvel ordre », sauf pour les Marocains bloqués à l’étranger et pour les résidents étrangers au Maroc qui peuvent revenir depuis mercredi.

  • Des arrestations pour violation du confinement au Zimbabwe

Plus de 100 000 personnes ont été arrêtées au Zimbabwe pour infraction aux mesures de confinement, décrétées fin mars et depuis assouplies, comme le « non-port du masque, (les) déplacements non essentiels et (les) rassemblements interdits », a expliqué Paul Nyathi, porte-parole de la police.

La police a appelé la population à « minimiser les effets de la pandémie mortelle en réduisant (les) déplacements, en observant la distanciation sociale, en portant des masques et en évitant les bars et les rassemblements illégaux ». Le Zimbabwe a enregistré jusqu’à présent 1 478 cas de contamination par le Covid-19, dont 25 mortels.

  • Manifestation de soutien à Jair Bolsonaro au Brésil

Des centaines personnes se sont rassemblées dimanche à Brasilia pour manifester leur soutien au président brésilien Jair Bolsonaro, en quarantaine après avoir contracté le nouveau coronavirus. Vêtus aux couleurs du drapeau brésilien, ils ont défilé dans le centre de la capitale, arborant des symboles patriotiques, des croix et des portraits du président, confiné au sein du palais de l’Alvorada à Brasilia, d’où il exerce ses fonctions par visioconférence.

Farouche détracteur jusqu’ici du confinement et ayant minimisé ces quatre derniers mois la gravité de la pandémie qui ébranle son pays, M. Bolsonaro, 65 ans, a annoncé le 7 juillet avoir contracté le virus. Il a indiqué mercredi avoir fait un deuxième test, qui a confirmé sa contamination, mais a assuré qu’il ne présentait aucun symptôme. Le président a par ailleurs souligné continuer son traitement à l’hydroxychloroquine, un médicament dans lequel il a une foi inébranlable mais dont l’efficacité n’a pas été formellement prouvée.

  • Mort du président de la Fédération bolivienne de football

Le président de la Fédération bolivienne de football (FBL), César Salinas, est mort du Covid-19, a annoncé Wilson SantaMaria, vice-ministre bolivien de l’intérieur. Agé de 58 ans, il était hospitalisé depuis le 9 juillet dans une clinique de la capitale bolivienne, La Paz, où il avait bénéficié d’un don de plasma du gardien de la sélection bolivienne, Carlos Emilio Lampe, qui a lui guéri du Covid-19.

  • Plus de 5 000 morts du Covid-19 en Afrique du Sud

L’Afrique du Sud, pays le plus touché par la pandémie sur le continent, a passé la barre des 5 000 morts, selon des chiffres officiels publiés dimanche. Le pays a enregistré, en l’espace de 24 heures, 85 nouveaux décès liés au nouveau coronavirus, ce qui porte le nombre de morts à 5 033 depuis l’apparition de la maladie.

Un total de 13 449 nouveaux cas d’infection ont aussi été officiellement diagnostiqués en un jour, portant le nombre total de cas à 364 328, selon le ministère de la santé. A ce jour, l’Afrique du Sud est le cinquième pays au monde le plus touché par la pandémie en terme de cas confirmés, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Notre sélection d’articles sur le coronavirus

Le Monde avec AFP

Leave a Reply