Coronavirus dans le monde : des quartiers de Pékin reconfinés après une flambée de cas – Le Monde

Spread the love
Devant le marché de gros de viande Xinfadi à Pékin le 12 juin 2020.

La pandémie de Covid-19 a fait au moins 425 000 morts dans le monde depuis que la Chine a fait officiellement état de l’apparition de la maladie en décembre, selon un bilan établi par l’Agence France-Presse (AFP) à partir de sources officielles, dans la soirée de vendredi 12 juin.

Plus de 7 569 860 cas d’infection ont été officiellement diagnostiqués dans 196 pays et territoires, dont au moins 3 384 300 sont aujourd’hui considérés comme guéris.

Les États-Unis sont le pays le plus touché avec 114 065 décès. Suivent le Brésil avec 41 828 morts, le Royaume-Uni (41 481 morts), l’Italie (34 223) et la France (29 374).

  • Pékin en alerte après l’apparition de trois nouveaux cas

Un district de la capitale chinoise Pékin est en état de « guerre » sanitaire après une flambée des nouveaux cas de contamination au coronavirus en lien avec un marché agricole local, a déclaré samedi un représentant. Chu Junwei, un représentant du district de Fengtai, a fait savoir lors d’un point de presse que 45 des 517 dépistages effectués au marché agricole local de Xinfadi avaient révélé des infections au coronavirus. S’exprimant lui aussi devant les journalistes, un porte-parole de la ville a annoncé que les événements sportifs étaient suspendus à Pékin et le tourisme inter-provincial provisoirement interdit, avec effet immédiat.

Il a précisé que l’ensemble des six cas de contamination recensés à Pékin vendredi concernaient des visiteurs du marché de Xinfadi, qui a été fermé dans la nuit de vendredi à samedi suite au signalement de deux cas liés au lieu.

Les autorités locales, qui craignent une nouvelle vague de l’épidémie apparue dans le centre de la Chine l’an dernier, ont prévu de tester plus de 10 000 personnes travaillant ou ayant visité le marché de Xinfadi.

La Chine, premier pays touché par le virus, à la fin 2019, est depuis parvenue à freiner considérablement la contagion, tombée ces dernières semaines à une poignée de nouveaux cas chaque jour, dont la majorité concerne des ressortissants chinois rentrés de l’étranger.

Le dernier cas jusque-là enregistré dans la capitale remontait à la mi-avril.

  • Le déconfinement se poursuit en Europe, les frontières rouvrent

Jeudi, la Commission européenne avait à nouveau tenté d’harmoniser le retour à la normale dans l’Union européenne, en suggérant un rétablissement de la libre circulation en son sein dès lundi 15 juin, avant d’autoriser progressivement les voyageurs de pays tiers à compter du 1er juillet. Mais ses recommandations ne parviennent pas vraiment à s’imposer : l’Italie est en avance, l’Espagne prend son temps, le Royaume-Uni impose la quarantaine…

Lire aussi : Le casse-tête des frontières européennes à l’approche des vacances d’été

La Norvège, elle, va ouvrir, lundi, ses frontières à tous les pays nordiques en imposant des conditions qui excluent à ce stade la quasi-totalité de la Suède. L’Allemagne lèvera dans la nuit de lundi à mardi ses contrôles aux frontières avec ses voisins européens. Quant à la Grèce, elle s’apprête à accueillir lundi ses premiers touristes étrangers, mais les vols de passagers en provenance du Royaume-Uni ne seront toujours pas autorisés.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi En Europe, les frontières rouvrent en ordre dispersé avant l’été

La France s’est prononcée en faveur de la réouverture des frontières intérieures de l’Europe à compter du 15 juin, sans quatorzaine pour les voyageurs. Mais elle a précisé qu’elle appliquerait « la réciprocité » si jamais certains pays imposaient des quarantaines à ses ressortissants – c’est encore le cas pour les voyageurs arrivant d’Espagne.

  • Bolsonaro demande aux Brésiliens de filmer les hôpitaux

Le président brésilien, Jair Bolsonaro, a suscité un tollé pour avoir demandé jeudi soir à la population de filmer des hôpitaux pour vérifier leur occupation, en pleine pandémie de Covid-19. « Beaucoup de gens le font déjà, mais il en faudrait plus », a lancé le chef de l’Etat lors de sa transmission hebdomadaire en direct sur Facebook, avant d’expliquer que les vidéos publiées sur les réseaux sociaux seraient « filtrées » puis analysées par la police ou les services du renseignement.

« D’après mes informations, je me trompe peut-être, mais pratiquement personne n’a perdu la vie par manque de respirateur ou de lits en soins intensifs », a affirmé le dirigeant d’extrême droite. Depuis le début de la pandémie, les chiffres officiels ont fait état par moments d’une occupation de plus de 95 % des lits en soins intensifs dans de nombreux Etats, même si ce taux a baissé ces derniers jours à Rio de Janeiro et Sao Paulo, où une réouverture graduelle des commerces a débuté.

  • Le Chili enregistre ses pires chiffres quotidiens

Le Chili a enregistré vendredi ses pires chiffres quotidiens concernant l’épidémie de coronavirus, avec 222 décès et 6 754 nouvelles infections au cours des dernières 24 heures. Le pays totalise 160 846 contaminations et 2 870 décès depuis l’apparition du premier cas le 3 mars.

Les infections continuent d’augmenter régulièrement dans ce pays de 18 millions d’habitants, malgré le confinement imposé aux sept millions d’habitants de Santiago depuis près d’un mois.

Notre sélection d’articles sur le coronavirus

Retrouvez tous nos articles sur le coronavirus dans notre rubrique

Sur l’épidémie

Sur le déconfinement et ses enjeux

Le Monde avec AFP

Leave a Reply