Coronavirus dans le monde : cette crise est « pire que Pearl Harbor », selon Donald Trump – Le Monde

La pandémie due au nouveau coronavirus a fait au moins 260 546 morts dans le monde depuis son apparition en décembre en Chine, selon un bilan établi par l’Agence France-presse (AFP) à partir de sources officielles mercredi 6 mai à 21 heures.

Plus de 3 710 240 cas d’infection ont été officiellement diagnostiqués dans 195 pays et territoires depuis le début de l’épidémie. Ce nombre de cas diagnostiqués ne reflète toutefois qu’une fraction du nombre réel de contaminations, un grand nombre de pays ne testant que les cas nécessitant une prise en charge hospitalière. Parmi ces cas, au moins 1 153 300 sont aujourd’hui considérés comme guéris.

Les Etats-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 73 095 décès pour 1,22 million de cas. Suivent le Royaume-Uni avec 30 076 morts pour 201 101 cas, l’Italie avec 29 684 morts (214 457 cas), l’Espagne avec 25 857 morts (220 325 cas), et la France avec 25 809 morts (174 191 cas). Parmi les pays les plus durement touchés, la Belgique est celui qui déplore le plus grand nombre de morts par rapport à sa population, avec 72 décès pour 100 000 habitants, suivi par l’Espagne (55), l’Italie (49), le Royaume-Uni (44), et la France (40).

  • Une crise « pire que Pearl Harbor », selon Trump

Les Etats-Unis ont de nouveau enregistré plus de 2 000 décès supplémentaires du coronavirus en 24 heures, portant le bilan total à 73 095 morts depuis le début de la pandémie, selon le comptage de l’université Johns Hopkins. Malgré ces chiffres, la Maison Blanche concentre depuis plusieurs jours son message sur le déconfinement en cours. A New York, épicentre de l’épidémie américaine, le nombre de morts supplémentaires déplorés chaque jour a fortement baissé, mais d’autres foyers sont apparus, comme la région de la capitale Washington.

La crise liée au Covid-19 est « pire que Pearl Harbor », a déclaré le président américain. « C’est pire que le World Trade Center. » « Il n’y a jamais eu une attaque de cette nature. Et cela n’aurait jamais dû arriver », a ajouté Donald Trump.

Il s’en est encore pris à la Chine, berceau de la pandémie, en estimant que « cela n’aurait jamais dû arriver ». Pékin et Washington ont en effet continué leurs échanges d’invectives : le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a de nouveau affirmé disposer de « preuves significatives » que le Covid-19 s’était propagé depuis un laboratoire de Wuhan, dans le centre de la Chine, même s’il a admis n’avoir « pas de certitudes ».

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Coronavirus : Donald Trump adopte une ligne dure face à la Chine
  • Au Royaume-Uni, les minorités ethniques menacées

Les personnes noires, asiatiques ou d’autres minorités ethniques habitant au Royaume-Uni ont deux à trois fois plus de risque de mourir du nouveau coronavirus que la moyenne, selon une étude publiée par l’University College London. L’analyse a été menée à partir des données officielles délivrées par les autorités sanitaires britanniques.

Les chercheurs de l’université se sont concentrés sur les patients testés positifs au virus et décédés dans les hôpitaux anglais entre le 1er mars et le 21 avril, recensés le service public de santé britannique (NHS). L’analyse de ces données a montré que le risque de mourir du virus est « deux à trois fois plus élevé » pour les personnes noires, asiatiques ou d’autres minorités ethniques que pour l’ensemble de la population.

  • Des restrictions assouplies dans le monde

La Mauritanie a annoncé un allègement des mesures contre la propagation du coronavirus avec notamment une réouverture des marchés à partir de jeudi et une reprise des prières collectives vendredi. Le couvre-feu a été reculé de deux heures pour s’étendre désormais de 23 heures (locales et GMT) à 6 heures.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Coronavirus : pourquoi l’Afrique résiste mieux que le reste du monde

De son côté, le Parlement serbe a voté la levée de l’état d’urgence décrété le 15 mars. La Serbie a rempli toutes les conditions prescrites par l’Organisation mondiale de la santé pour alléger les mesures en vigueur, a fait valoir la première ministre Ana Brnabic, s’adressant aux députés. « Depuis plus de sept jours la Serbie à moins de 5 % d’infectés (sur le nombre de testés) ce qui est une des principales conditions pour lever l’état d’urgence. »

L’accord du gouvernement fédéral allemand avec les régions (Landers) prévoit la réouverture à partir de la semaine prochaine de tous les magasins, y compris ceux de plus de 800 mètres carrés qui restaient encore fermés, et de toutes les écoles. Restaurants et hôtels vont rouvrir selon les régions à partir de la semaine prochaine.

Au Danemark voisin, les autorités sanitaires estiment également que le Covid-19 devrait à court terme disparaître sous l’effet des mesures de confinement, mais elles redoutent toujours une seconde vague de la maladie.

En Belgique, le confinement imposé continue d’être assoupli, avec une réouverture des commerces non essentiels lundi, a annoncé la première ministre Sophie Wilmès. Dès dimanche, chaque famille pourra accueillir sous son toit quatre personnes, famille ou amis, à condition qu’elles soient « toujours les mêmes ».

  • La Bundesliga va reprendre le 15 mai

Preuve d’un assouplissement, le gouvernement allemand a autorisé la reprise de la Bundesliga à huis clos à partir du 15 mai. Après le feu vert du pouvoir politique, la Ligue allemande (DFL) a envoyé un courrier circulaire aux 36 clubs de première et deuxième divisions.

« Après évaluation de tous les arguments, le présidium de la DFL a décidé aujourd’hui [mercredi] de reprendre la compétition en Bundesliga 1 et 2 à partir du 15 mai », indique ce courrier, dévoilé d’abord par les journaux Bild et Kicker.

  • L’élection présidentielle polonaise ajournée

A contrario, un scrutin est reporté en Europe. L’élection présidentielle polonaise, qui devait se dérouler le dimanche 10 mai, a été ajournée, ont annoncé mercredi soir le chef du parti au pouvoir Droit et Justice (PiS) Jaroslaw Kaczynski et son allié Jaroslaw Gowin, dans une déclaration commune. La présidente de la chambre basse annoncera « la première date possible » pour une nouvelle élection, ont indiqué sur Twitter les deux hommes politiques.

  • Des aides financières attribuées ou demandées

Malgré les mesures d’assouplissement, la crise économique continue de sévir. Le Fonds monétaire international a ainsi approuvé une aide financière d’urgence de 739 millions de dollars (684,4 millions d’euros) en faveur du Kenya. Il a en outre accordé une aide de 491,5 millions de dollars (455,2 millions d’euros) en faveur de l’Ouganda.

Lire aussi « La pandémie liée au coronavirus doit nous amener à repenser les villes africaines »

De leur côté, les indigènes d’Amazonie ont appelé la communauté internationale à constituer un « fonds d’urgence » de cinq millions de dollars pour les protéger du coronavirus et éviter un « ethnocide » des gardiens de la plus vaste forêt tropicale de la planète.

Notre sélection d’articles sur le coronavirus

Le Monde avec AFP

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *