Coronavirus. Ce qu’il faut retenir des déclarations d’Édouard Philippe devant les députés – Ouest-France

Spread the love

Face au feu nourri des questions de députés, Édouard Philippe s’est livré ce mercredi soir à un nouvel exercice de pédagogie sur la crise du coronavirus, annonçant au passage que le déconfinement ne se ferait probablement pas « en une fois, partout et pour tout le monde ».

Édouard Philippe en visioconférence à l’Assemblée nationale.   | THOMAS SAMSON, AFP

  • Édouard Philippe en visioconférence à l’Assemblée nationale.  
    Édouard Philippe en visioconférence à l’Assemblée nationale.   | THOMAS SAMSON, AFP
Nous ne savons pas tout. D’emblée, le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé la couleur devant la mission d’information de l’Assemblée en visioconférence, ce mercredi 1er avril au soir, ajoutant que l’exécutif devait prendre des décisions dans cette crise du coronavirus sans précédent avec des informations parfois incomplètes et souvent contradictoires.

Le titulaire du perchoir Richard Ferrand (LREM), président et rapporteur général de cette mission qui précède une future commission d’enquête, avait averti auparavant qu’il fallait veiller à ne pas entraver l’action de l’exécutif dans cette phase de crise. Le temps des éventuelles remises en cause, légitimes, viendra, mais une fois le plus fort de la crise derrière nous, a ajouté Ferrand, face à Édouard Philippe et au ministre de la Santé Olivier Véran dans une salle du Palais Bourbon.

Les quelque 40 membres de la mission et présidents de groupes politiques étaient en multiplex – format inédit – souvent de leur domicile… mais avec cravate. L’exercice (du contrôle) est indispensable, a soutenu le chef du gouvernement qui s’y est plié trois heures et vingt minutes. En voici les temps forts.

VIDÉO. Édouard Philippe évoque la phase de déconfinement.

Comment les mesures de confinement sont-elles respectées ?

Dans l’ensemble, ce confinement est bien respecté. Édouard Philippe a signalé hier soir, devant les députés, que 5,8 millions de contrôles ont été effectués à ce jour. 359 000 infractions ont été constatées.

Quelle sortie du confinement ?

Pour le Premier ministre, la décision dépendra d’éléments dont nous ne disposons pas entièrement aujourd’hui », comme la découverte de traitements éprouvés  , la mise au point de tests sérologiques fiables, le taux d’immunisation de la population… Il est probable que nous ne nous acheminions pas vers un déconfinement général et absolu en une fois, partout et pour tout le monde » . Il pourrait être « régionalisé, voire organisé par classes d’âges » . Mais rien n’est arrêté pour le moment.

Quelles protections pour les soignants ?

Le ministre de la Santé, également interrogé par les députés, a fait un nouveau point sur le stock de masques. Comme tous les pays, nous avons été confrontés à des difficultés d’approvisionnement. Mais la France avait pris les devants avant la réouverture des usines chinoises. Très tôt, nous avons aussi augmenté la production nationale.L’État a commandé plus d’un milliard et demi de masques en Chine. Un premier arrivage (8 millions) a eu lieu mardi. La semaine prochaine, plus de treize millions supplémentaires sont attendus.

Quelles sont les capacités de réanimation ?

Le ministre de la Santé précise qu’en temps normal, la France dispose de 5 000 lits de réanimation. Le plan blanc a permis d’en créer 5 000 de plus. L’objectif, à terme, est d’en avoir 14 000. 5 500 sont déjà occupés. Il en reste 4 000 environ aujourd’hui , dont 1 700 dédiés au Covid. » Jamais, il n’y a eu autant de recours à des services de réanimation dans le monde,ce qui explique les tensions en matériel et en médicaments ».

Quelle aide pour l’Outre-mer ?

Le Premier ministre a souligné que ces territoires sont fragiles sur le plan sanitaire. Nous avons donc augmenté le nombre de lits de réanimation et envoyé des moyens de protection individuelle et de tests. Nous avons aussi décidé d’affecter des moyens militaires, renforçant l’offre sanitaire générale.

Et la grande distribution ?

Édouard Philippe appelle les enseignes à garantir la santé de leurs salariés.Je veux saluer ici l’engagement de la grande distribution et celui des hommes et femmes qui y travaillent.

Quelle gestion du deuil ?

Le Premier ministre précise que l’organisation des obsèques doit être compatible avec le confinement. Elles sont réservées à la famille proche. Par ailleurs, pour les victimes du Covid-19, nous avons dû interdire les soins invasifs de conservation des corps et toute forme de toilette mortuaire. Par ailleurs, nous avons dû imposer une mise en bière immédiate.

Partager cet article Édouard Philippe en visioconférence à l’Assemblée nationale.  

Coronavirus. Ce qu’il faut retenir des déclarations d’Édouard Philippe devant les députésOuest-France.fr

Leave a Reply