Coronavirus. Ce que l’on sait sur les 38 cas identifiés en France – Ouest-France

Spread the love

Jeudi 27 février, 20 nouveaux cas d’infection au coronavirus ont été annoncés par le ministre de la Santé, Olivier Véran, portant à 38 le nombre total de cas à l’échelle nationale depuis l’apparition de la maladie le 24 janvier. Voici ce que l’on sait.

Un Français de 60 ans, enseignant d’un collège de l’Oise, est décédé dans la nuit de mardi à mercredi 26 février, à l’hôpital de la Pitié-Salpétrière, à Paris (photo d’illustration). | EPA-EFE/IAN LANGSDON

  • Un Français de 60 ans, enseignant d'un collège de l'Oise, est décédé dans la nuit de mardi à mercredi 26 février, à l'hôpital de la Pitié-Salpétrière, à Paris (photo d'illustration).
    Un Français de 60 ans, enseignant d’un collège de l’Oise, est décédé dans la nuit de mardi à mercredi 26 février, à l’hôpital de la Pitié-Salpétrière, à Paris (photo d’illustration). | EPA-EFE/IAN LANGSDON

38 cas d’infection au nouveau coronavirus ont été identifiés en France depuis l’apparition de la maladie, a annoncé jeudi le ministre de la Santé, Olivier Véran. La veille, il avait fait état de 18 cas au total. Cette hausse s’explique par l’identification de personnes ayant été en contact avec des malades, a-t-il déclaré, assurant que le système de santé français était prêt à faire face à une épidémie.

Sur les 38 cas avérés d’infection au nouveau coronavirus depuis la fin janvier en France, un Français et un Chinois sont morts à Paris, 12 patients sont guéris et 24 sont hospitalisés.

24 personnes hospitalisées

Vingt-quatre personnes sont aujourd’hui hospitalisées, dont deux dans un état grave :

  • Deux personnes « relativement âgées » sont hospitalisées dans un « état grave », l’une à Brest, l’autre à Dijon, elles faisaient partie d’un groupe de 20 personnes qui s’est rendu en Égypte dans le cadre d’un voyage organisé. Les investigations sont en cours auprès de l’ensemble des voyageurs et des personnes contact, selon le ministre de la Santé.
  • Un Français de 64 ans qui avait effectué des « séjours répétés » en Lombardie est hospitalisé à Annecy. Il ne présente pas de signe de gravité. Cet homme est « amené professionnellement à se déplacer plusieurs fois par mois entre la France et l’Italie, notamment en Lombardie ». L’épouse de ce dernier a également été testée positive puis hospitalisée mercredi, « Son état de santé n’inspire pas d’inquiétude ». Sa fille et un ami ont été hospitalisés.
  • Un Français de 55 ans est hospitalisé à Amiens « dans une situation clinique grave […] en réanimation », selon le ministère. Selon l’ARS Hauts-de-France, il ne s’était pas non plus rendu dans une zone d’exposition à risque.
  • Douze cas en lien avec ce malade et avec le Français décédé (contacts professionnels ou familiaux) ont été détectés. Ces personnes sont hospitalisées dans de nombreux sites, proches du lieu où elles se trouvaient : Nantes, Lille, Dijon, Bégin à Saint-Mandé, Compiègne et Tenon. « Ce n’est pas lié à une diffusion du virus dans ces villes » a prévenu Jérôme Salomon, directeur général de la Santé. Parmi ces cas, deux sont graves, l’un à Tenon l’autre à Compiègne.
  • Trois cas ont été identifiés après le renforcement des tests sur des patients déjà hospitalisés pour troubles respiratoires graves.
  • Un patient hospitalisé à Lyon est actuellement en réanimation.
  • Un Français de 36 ans de retour de Lombardie est hospitalisé à Strasbourg. Il ne présente pas de signe de gravité.

Un Français et un Chinois décédés

  • Après plusieurs jours en réanimation à l’hôpital Bichat à Paris, un touriste chinois de 80 ans est mort le 14 février. Son décès, annoncé le lendemain, a été le tout premier officiellement enregistré en Europe. Arrivé en France le 23 janvier, cet homme originaire de la province de Hubei avait, dans un premier temps, consulté les urgences sans être repéré comme un cas suspect car il ne correspondait pas aux critères. Il avait de la fièvre mais ni toux ni signe respiratoire et ne venait pas de Wuhan, épicentre de l’épidémie, mais d’une ville située à 400 km au nord. Il a ensuite développé des problèmes respiratoires qui ont motivé un changement de son classement et le test s’est révélé positif le 28 janvier.
  • Un Français de 60 ans est décédé dans la nuit de mardi à mercredi à l’hôpital de la Pitié-Salpétrière à Paris. C’est le premier décès d’un Français contaminé par le nouveau coronavirus. Il avait été « testé en urgence » mardi « dans un état gravissime », a indiqué le Directeur général de la Santé Jérôme Salomon, précisant qu’une enquête a été lancée en « urgence » pour savoir où il a pu être infecté. Cet enseignant d’un collège de Crépy-en-Valois, dans l’Oise, n’avait pas voyagé dans une zone touchée par le virus, a précisé l’Agence régionale de Santé des Hauts-de-France.

Douze patients guéris

  • La fille de 50 ans du touriste chinois décédé, contaminée et hospitalisée à Bichat, a été déclarée guérie.
  • Un couple de Chinois, qui avait fait partie des premiers cas annoncés le 24 janvier, est sorti de l’hôpital le 12 février. L’homme de 31 ans et la femme de 30 ans, originaires de Wuhan, étaient arrivés en France le 18 janvier.
  • Le 13 février, un patient de 48 ans a pu sortir à son tour après 22 jours d’hospitalisation à Bordeaux. Cet homme d’origine chinoise était rentré en France le 22 janvier après être notamment passé par Wuhan. Il avait été hospitalisé après s’être présenté à SOS-Médecins avec toux et fièvre. Selon l’équipe médicale, il a été traité avec du remdesivir, un antiviral « prometteur ».
  • Un médecin libéral, contaminé par un patient chinois reparti ensuite pour Taïwan, où il a déclaré la maladie, est sorti le 14 février de la Pitié-Salpêtrière à Paris. Il s’agissait du premier cas avéré de transmission sur le sol français, annoncé le 30 janvier.
  • Six Britanniques, dont un enfant, avaient été contaminés par un compatriote de retour de Singapour qu’ils avaient côtoyé dans un chalet des Contamines-Montjoie (Haute-Savoie) où il avait séjourné quelques jours fin janvier avant de repartir dans son pays. Hospitalisés à Grenoble, à Lyon et Saint-Etienne, ils ont tous pu ressortir depuis.
  • Une Franco-Chinoise de 33 ans revenue de Chine le 7 février et qui était hospitalisée à Paris sans aucun signe clinique de gravité. Considérée comme guérie elle est sortie de l’hôpital mercredi, a annoncé le directeur général de la Santé Jérôme Salomon.

Plus de 350 passagers en quarantaine

Depuis le début de l’épidémie, plus de 350 personnes ont été placées en quarantaine en France après avoir été rapatriées de Wuhan en quatre vagues : trois avions affrétés par la France sont arrivés les 31 janvier, 2 février et 21 février avec à leur bord ressortissants français et étrangers, et un vol opéré par les Britanniques, via Londres, le 9 février.

Certains passagers étrangers sont repartis directement dans leur pays. Les Français et étrangers restés en France ont été confinés pendant 14 jours, durée maximale d’incubation du virus, dans trois lieux.

Un numéro vert désormais ouvert 24 heures sur 24

Le directeur général de la Santé Jérôme Salomon a précisé jeudi que le numéro vert (0800 130 000) mis en place pour répondre aux questions serait désormais ouvert 24 heures sur 24 heures et que le numéro d’urgence « 15 » ne devait être utilisé qu’en cas de « suspicion médicale » liée au coronavirus.

Il a aussi rappelé que l’Iran avait été ajouté aux zones considérées « à risque » (avec la Chine, Singapour, la Corée du Sud et les régions de Lombardie et de Vénétie, en Italie).

Une personne avec des signes de détresse respiratoire aiguë non expliquée doit être considérée comme un « cas possible de coronavirus », même sans notion de voyage dans une zone à risque ou de contact étroit avec un cas confirmé, a-t-il également insisté.

Partager cet article Un Français de 60 ans, enseignant d'un collège de l'Oise, est décédé dans la nuit de mardi à mercredi 26 février, à l'hôpital de la Pitié-Salpétrière, à Paris (photo d'illustration).

Coronavirus. Ce que l’on sait sur les 38 cas identifiés en FranceOuest-France.fr

Leave a Reply