Confinement : l’application qui montre que le nombre de déplacements a bien augmenté – LCI

Spread the love








Confinement : l’application qui montre que le nombre de déplacements a bien augmenté | LCI

































Population

Toute L’info sur

Coronavirus : comment bien occuper son temps en période de confinement

RELÂCHEMENT – Avec l’arrivée du Printemps et un week-end ensoleillé, la tentation est grande de ne pas respecter le confinement. Et dans les faits, on constate effectivement plus de déplacements ces derniers jours, comme le démontre une application qui traque les déplacements.

Dans la capitale depuis quelques jours le relâchement est par endroits perceptible. Sur les quais de Seine, à Paris, les promeneurs sont à nouveau nombreux. Même chose dans les rues commerçantes ce dimanche matin (voir la vidéo ci-dessus) Dans des cours d’immeubles fermées, là où les familles faisaient jusqu’à présent attention à ne pas trop se mélanger, les enfants jouent désormais par groupes, a constaté un journaliste de l’AFP dans le 19e arrondissement. A Marseille aussi, de nombreux passants sont réapparus dans les rues.

Le phénomène était redouté, il est désormais confirmé par la courbe des déplacements en voiture de l’application Covimoov, qui calcule le taux du respect du confinement grâce à plusieurs points, dont les déplacements des personnes dans une zone mesurée au 26 mars et au 2 avril, comme le révèle le JDD.

Ainsi, le 19 mars – soit deux jours après le début du confinement -, le nombre de sorties était descendu à 8 contre 24 en moyenne en temps normal. Mais ce chiffre est remonté autour de 11-12 au cours de la semaine qui vient de s’écouler, ce qui signifie que les personnes traquées n’effectuaient “que” deux fois moins de déplacements qu’avant. Tous les départements sont concernés, Paris et ceux du Grand-Est. Toutefois, selon les données recueillies, la tendance inflationniste est plus marquée dans le Sud-Est ou le bassin d’Arcachon. 

Voir aussi

Si l’on prend l’ensemble des personnels hospitaliers, cela correspond à 8 à 10% des déplacements, or on est cette semaine à plus de 45%, c’est donc qu’il n’y a pas que des déplacements nécessaire à l’activité économique.– Antoine Couret, président de Covimoov
Interrogé sur LCI, Antoine Couret, le président de la société Geo4cast, qui a développé l’application Covimoov, confirme cette mobilité malgré le confinement : “Les chiffres montrent que les premières semaines, le confinement a été plutôt très bien respecté. En revanche cette semaine on voit un peu de relâchement. C’est clair que l’objectif est de trouver le bon équilibre entre stopper le virus et gérer l’activité économique”, analyse-t-il, tout en appelant à une prise de conscience : “le respect du confinement est encore un vrai enjeu pour ne pas que le virus continue de se déployer”.

En vidéo

Le confinement analysé par l’application Covimoov : “On voit un relâchement cette semaine”

‘ : ‘‘ wrapper.innerHTML = content.replace(/escaped-script>/g, ‘script>’); });
]]>

“Ne pas relâcher l’effort”

Bien sûr, on peut relativiser en indiquant que les chiffres de Covimoov ne concernent pas que les gens qui sortent pour faire une balade, il y a aussi ceux qui travaillent. “Toutefois, si l’on prend l’ensemble des personnels hospitaliers, cela correspond à 8 à 10% des déplacements, or on est cette semaine à plus de 45%, c’est donc qu’il n’y a pas que des déplacements nécessaires à l’activité économique”, alerte Antoine Couret.

Un constat ressenti par le corps médical : “Pas de relâchement, restez chez vous”, a ainsi exhorté sur Twitter le directeur général de l’AP/HP Martin Hirsch en déplorant la présence de “trop de monde dans les rues, trop de flâneurs, trop de promeneurs” à Paris, croisés par les soignants se rendant à leur travail.

“Ce soir, nous n’avons jamais eu autant de patients en réanimation – plus de 6.800”, a souligné de son côté le directeur général de la Santé Jérôme Salomon, au cours de son point presse quotidien samedi 4 avril. Alors que le pic de l’épidémie “se rapproche”. Ls Français sont donc invités à ne pas relâcher l’effort de confinement et à passer à la maison les congés de Pâques, qui ont débuté ce weekend.

Voir aussi

Depuis vendredi, plus de 160.000 policiers et gendarmes sont mobilisés, et pour tout le weekend, afin de faire appliquer les 

mesures de confinement. “Les départs en vacances, qui étaient un peu redoutés, sont globalement reportés à une date ultérieure”, a constaté le capitaine Sylvain Guilhon, qui participait au dispositif de surveillance de la gendarmerie autour de Bordeaux, en hélicoptère.

Par ailleurs, pour dissuader toute velléité de se rendre sur le littoral, les hébergements de tourisme n’ont pas le droit d’accueillir du public dans toutes les communes du littoral de Nouvelle-Aquitaine, de la Charente-Martime aux Pyrénées-Atlantiques, jusqu’au 15 avril. 143 communes sont concernées – notamment sur les îles de Ré et d’Oléron, dans les Landes, sur la côte basque – et tout type de logement : chambres d’hôtes, meublés touristiques, hôtels…

“L’afflux massif de population favoriserait la contagion et pourrait entraîner de fortes tensions sur les établissements de santé déjà mobilisés, en particulier sur les services de réanimation”, a averti la préfecture des Pyrénées-Atlantiques.

Sur le même sujet

Et aussi


Leave a Reply