Confinement: “aucune décision n’a été prise” assure le gouvernement avant une semaine cruciale – BFMTV

Spread the love

Face aux rumeurs insistantes de l’instauration d’un troisième confinement, l’exécutif assure que rien n’est acté pour le moment et qu’une allocution du président de la République n’est à ce stade “pas prévue”.

“Tous les scénarios sont sur la table” mais “aucune décision n’a été prise”. Invité ce dimanche sur France 3, le porte-parole du gouvernement a réagi aux rumeurs d’un troisième confinement qui, selon les informations du Journal du Dimanche, serait “imminent”. Si l’hebdomadaire évoquait une probable allocution du président de la République mercredi, jour où se tiendra un nouveau Conseil de défense, l’Elysée indique toutefois ce dimanche qu’une prise de parole d’Emmanuel Macron “n’est pas prévue à ce stade”. Sans non plus l’exclure formellement.

Mais alors que l’épidémie de Covid-19, qui a coûté la vie à près de 73.000 personnes, poursuit sa lente progression, avec 23.924 nouveaux cas positifs recensés samedi, un membre éminent du gouvernement confie à BFMTV qu’il sera en effet “difficile d’échapper” à un nouveau confinement.

“La question posée est de savoir si le couvre feu [qui a été généralisé à l’ensemble du territoire le 16 janvier, NDLR] aura un impact sur l’épidémie. C’est dans la semaine que nous saurons si il a un impact suffisant ou pas”, précise Gabriel Attal.

>> EN DIRECT: Covid-19: vers un troisième confinement dès cette semaine?

Prolongation du couvre-feu ou reconfinement

Deux scénarios se dessinent donc pour les prochaines semaines. Si l’épidémie demeure contenue, l’exécutif pourrait décider de prolonger le couvre-feu à 18 heures, sans ajouter de contraintes supplémentaires.

“Si le couvre-feu a des effets, on a encore les moyens de se donner une semaine”, confie ainsi à BFMTV un conseiller du gouvernement.

En revanche, si l’épidémie explose, Emmanuel Macron pourrait annoncer un nouveau confinement avec deux options: le même que celui décrété au printemps avec la fermeture des écoles ou un confinement plus léger, comme celui de l’automne. L’exécutif tente d’éviter au maximum la première option comme l’a rappelé Jean-Michel Blanquer dans les colonnes du JDD.

“Tout notre travail consiste à éviter cette hypothèse […] l’école reste essentielle pour nos enfants”, a ainsi souligné le ministre de l’Education qui estime que la situation sanitaire actuelle “permet la continuité scolaire”, avec un taux de positivité des tests identique à celui observé en décembre.

“Le dernier effort avant la fin de crise”?

Pour trancher, l’exécutif doit tenir compte de plusieurs éléments: la dynamique de circulation du virus, et notamment la propagation des variants britannique et sud-africain, mais aussi l’impact économique, psychologique et social d’un nouveau confinement qui sera, s’il est décrété, présenté comme “le dernier effort avant la fin de crise”. Le gouvernement doit également prendre en compte les risques juridiques qu’il encourrait à remettre le pays sous cloche avec la possibilité de se voir opposer de nombreux recours.

Ces différentes hypothèses devraient être tranchées mercredi à l’occasion d’un nouveau conseil de Défense. Selon nos informations, le Premier ministre participera probablement à la traditionnelle conférence de presse du jeudi en compagnie, entre autres, du ministre de la Santé. En revanche, si l’exécutif décidait de la mise en place d’un confinement, ce serait alors Emmanuel Macron qui en informerait directement les Français, comme il l’a fait pour les deux premiers.

Elisa Bertholomey, avec Mélanie Rostagnat

Leave a Reply