Concurrence : voici comment la Chine veut dompter ses géants de la Tech

Spread the love

Alibaba, JD.com, ou encore Tencent sont dans le viseur des autorités chinoises. En cause, certaines pratiques jugées « monopolistiques ». Par la même occasion, le gouvernement entend aussi remettre au pas certains dirigeants jugés un peu trop critiques à l’égard du régime communiste. La disparition de Jack Ma, l’ancien fondateur et président d’Alibaba, puis sa réapparition, en est un exemple emblématique.

En novembre dernier, un projet de loi a été dévoilé afin de mieux lutter contre les abus de position dominante des plateformes. Ce dimanche, l’Administration d’État pour la régulation du marché (SAMR) a publié un ensemble de règles qui viennent compléter ce texte.

L’Europe et les Etats-Unis s’apprêtent aussi à réguler les GAFA

Parmi les principales mesures qui couvrent les sites de commerces électroniques du pays et les services de paiement, on note plusieurs interdictions. Les géants de la Tech n’auront par exemple plus le droit de forcer les commerçants à passer directement par une seule plateforme de vente, comme c’était le cas auparavant. L’autre objectif est d’empêcher les entreprises de fixer les prix, ou de profiter des informations récoltées et de leurs technologies pour manipuler le marché.

Avec ces nouveaux outils en main, la SAMR s’estime mieux armée pour lutter contre ces pratiques qui deviennent, selon elle, de plus en plus cachées : « L’utilisation de données, d’algorithmes (…) rend plus difficile la découverte et la détermination des situations de monopole ».

Pour des compagnies qui ont pu jusque là pu prospérer sans un encadrement réglementaire trop poussé, c’est un vrai changement. Alibaba a par exemple pu vérifier sur pièce le sérieux des autorités après la spectaculaire suspension de l’introduction en bourse de 37 milliards de dollars de sa branche fintech en décembre dernier.

Notons que la Chine n’est pas la seule à s’inquiéter des effets de la domination des grandes entreprises technologiques. Ainsi, l’UE a présenté en fin d’année dernière, deux projets de directives pour mieux réguler les géants de Tech. L’objectif est de sanctionner les pratiques anticoncurrentielles et déloyales de ces compagnies.

Enfin, les États-Unis prennent aussi ce problème à bras le corps. La sénatrice Amy Klobuchar vient en effet de dévoiler sa proposition de loi sur la question du monopole dans le secteur de la technologie. Plusieurs idées chocs pourraient mener la vie dure aux GAFA.

Leave a Reply