«Complotistes», «choquants», «honteux» : les propos de Mélenchon sur les attentats indignent la classe politique – Le Figaro

Spread the love

Des personnalités politiques de tous bords s’élèvent contre les propos du chef de file de La France Insoumise, qui a notamment pronostiqué «un grave incident» ou «un meurtre» dans «la dernière semaine de la campagne présidentielle».

Jean-Luc Mélenchon a mis tout le monde d’accord. Dimanche 6 juin, en prédisant sur le plateau de «Questions politiques» sur France Inter, un «grave incident, ou un meurtre» «dans la dernière semaine de la campagne présidentielle» de 2022, dans un scénario «écrit d’avance», le leader de la France Insoumise s’est attiré les foudres de toute la classe politique.

Sur BFMTV/RMC, Marlène Schiappa, ministre en charge de la citoyenneté a vivement critiqué ces propos, dénonçant «un mélange de paranoïa et de complotisme». «C’est honteux», a-t-elle attaqué. «Les masques tombent une fois de plus. Jean-Luc Mélenchon l’irresponsable politique qui salit ceux qui sont tombés face aux terroristes. Propos choquants qui deviennent habituels : c’est désormais le fonds de commerce du complotisme politique à la LFI», a quant à elle réagi sur Twitter Sarah El Haïri, secrétaire d’État chargée de la Jeunesse et de l’Engagement.

«Il se positionne entre Nostradamus et Jean-Marie Bigard»

Interrogé sur Sud Radio, Patrick Mignola, le président du groupe MoDem à l’Assemblée nationale a également dénoncé des «propos choquants pour les victimes» et «cyniques» car «pas dénuées d’arrière-pensées». Il a regretté que le député des Bouches-du-Rhône «se positionne entre Nostradamus et Jean-Marie-Bigard». Même réaction pour le maire de Nice, Christian Estrosi. «Après s’être attaqué à nos forces de l’ordre, Jean-Luc Mélenchon dérive vers les pires théories complotistes. Par ses propos, il vient salir la mémoire des Français victimes de la barbarie islamiste. C’est indigne, honteux, minable», a dénoncé l’ex-LR.

Robert Ménard, le maire de Béziers et proche du Rassemblement national a également réagi avec véhémence : «Islamogauchiste, complotiste… Dans quel cul de basse fosse finiront cet homme et son mouvement ?», a tweeté l’élu.

VOIRA AUSSI – «Indigne», «abject»: la classe politique réagit aux propos de Jean-Luc Mélenchon

Des propos «mal compris» et «déformés», pour la France Insoumise

Sur France Inter, le leader de la France insoumise avait expliqué que «le système oligarchique» porte des candidats sortis de nulle part. «Vous verrez que dans la dernière semaine de la campagne présidentielle, nous aurons un grave incident; ou un meurtre», avait-il lancé, face aux journalistes. «Ça a été Merah en 2012 , ça a été l’attentat la dernière semaine sur les Champs Élysées. Vous vous rappelez de tout ça ? Avant on avait eu papy Voise , dont plus personne n’a jamais entendu parler après. Tout ça, c’est écrit d’avance. Nous aurons le petit personnage sorti du chapeau et l’événement gravissime, qui va une fois de plus permettre de montrer du doigt les musulmans et d’inventer une guerre civile…», avait-il prédit.

Des propos que les différents élus de la France Insoumise ont défendus, dans la foulée de son intervention. Sur CNews, Clémentine Autain a accusé les oppositions d’avoir «volontairement mal compris et déformé les propos de Jean-Luc Mélenchon». «Ce que nous n’acceptons pas, c’est l’instrumentalisation de ces faits gravissimes», a expliqué la candidate LFI pour les régionales en Île-de-France. Même réaction du côté de la députée de Paris Danièle Obono : «À l’approche de chaque élection majeure il y a toujours à craindre une instrumentalisation politico-médiatique de crimes ou attentats», a-t-elle tweeté.

«Un buzz affligeant»

Jean-Luc Mélenchon, de son côté a tenté de clarifier ses propos dans une publication publiée sur son compte Facebook. Il dénonce «un buzz affligeant» et déplore le «harcèlement» dont il dit être l’objet. «Quand Le Pen récupère l’émotion d’un crime pour faire sa propagande, c’est génial, quand quelqu’un met en garde contre ce type de manipulation, c’est qu’il est complice avec les meurtriers. Ainsi en vient-on à nier cette évidence que les meurtriers attendent le meilleur moment pour faire parler d’eux», écrit-il.

Et d’ajouter : «Nombreux qui n’ont rien écouté de l’émission s’en tiennent au commentaire qui en est fait sans se soucier de savoir ce qui a été dit. Telle est l’ère de la ‘post-vérité’ que je décrivais (…) il y a peu».

Leave a Reply