Compétences tech 2021 : surtout le cloud, et toujours l’open source

Spread the love
Compétences tech 2021 : surtout le cloud, et toujours l'open source

Le recrutement de compétences technologiques est en hausse, et les opportunités se trouvent dans les compétences qui sont une fusion des technologies du cloud et de l’open source. Mais les employeurs peuvent-ils relever le défi de faciliter le développement des compétences dans ces deux domaines ?

Cette question a été abordée dans un récent rapport, portant sur 750 professionnels de l’open source et 200 responsables du recrutement, publié par The Linux Foundation et edX. Il montre que le recrutement rebondit à la suite de la pandémie. 50 % des employeurs interrogés ont déclaré qu’ils augmenteraient les embauches cette année. Cependant, les défis à relever sont importants : 92 % des responsables déclarent avoir du mal à trouver suffisamment de talents et à conserver les talents existants face à une concurrence féroce. En outre, l’adoption rapide des logiciels open source creuse le fossé des compétences sur le marché. Cela est particulièrement vrai pour les compétences en matière de développement et d’exploitation d’applications “cloud native”, qui arrivent en tête de liste pour 46 % des responsables du recrutement.

“Pour ceux qui recherchent les meilleurs parcours professionnels, l’informatique cloud native, le DevOps, Linux et la cybersécurité offrent les possibilités les plus prometteuses”, a déclaré Jim Zemlin, directeur exécutif de la Fondation Linux.

publicité

Le plus grand défi des développeurs est le manque de possibilités de formation

Pourtant, il faut davantage de formation et de soutien pédagogique. Le plus grand défi auquel les développeurs sont confrontés dans l’enquête, cité par 41 % des personnes interrogées, est le manque de possibilités de formation. Parmi les autres défis, citons le manque de documentation pour les projets open source (38 %) et la difficulté à obtenir l’adhésion de la direction à l’utilisation de l’open source (37 %).

L’enquête montre que les compétences en matière de technologies de cloud computing et de conteneurs sont les plus demandées par les responsables du recrutement, dépassant Linux pour la première fois dans l’histoire de ce rapport, avec 46 % des responsables du recrutement à la recherche de talents en matière de cloud computing. Dans le même temps, l’enquête confirme que les talents qualifiés dans le domaine de l’open source sont toujours en nombre insuffisant. 92 %  des responsables du recrutement déclarent avoir des difficultés à trouver suffisamment de talents ayant des compétences en open source. La moitié des entreprises accélèrent les recrutements en open source, ce qui aggrave encore la pénurie de talents.

Les compétences demandées par les DSI

  • Technologies dE cloud / conteneur 41 %
  • Linux 32 %
  • Technologies de mise en réseau 31 %
  • Cybersécurité 28 %
  • IA / apprentissage machine 18 %
  • Technologies de stockage 17 %
  • Edge computing 17 %
  • Technologies Web 16 %

61 % des professionnels interrogés ont également indiqué que l’utilisation du cloud par leur organisation avait augmenté au cours de l’année écoulée – ce qui, soit dit en passant, dépend fortement des technologies d’infrastructure, notamment Linux et les réseaux. Les pratiques DevOps et de sécurité sont également intégrées dans la gestion des environnements de cloud, ce qui explique l’importance que les responsables du recrutement accordent également à ces domaines. L’enquête révèle que DevOps est devenu la méthode standard pour le développement de logiciels. Presque tous les professionnels (88 %) déclarent utiliser les pratiques DevOps dans leur travail, soit une augmentation de 50 % par rapport à il y a trois ans.

Lancer de vastes projets pour trouver des professionnels qualifiés a ses limites, même si, avec l’essor et l’acceptation du travail à distance, les possibilités peuvent s’étendre à toute la planète. Il est tout aussi important d’aider les personnes déjà présentes dans l’organisation à rafraîchir leurs compétences. Un grand nombre de professionnels réclament davantage de possibilités de formation à leur employeur, comme en témoignent les 92 % de responsables qui signalent une augmentation des demandes. Les employeurs indiquent également qu’ils donnent la priorité aux investissements en formation pour combler les lacunes en matière de compétences, 58 % d’entre eux utilisant cette tactique. En comparaison, 29 % font appel à des consultants externes pour combler leurs lacunes en matière de compétences.

66 % des développeurs déclarent que les opportunités de formation sponsorisées par l’employeur sont l’avantage le plus recherché

Deux tiers (66 %) des développeurs interrogés déclarent que les opportunités de formation sponsorisées par l’employeur sont l’avantage le plus recherché pour les aider à réussir dans leur rôle. Cela est suivi par la participation à des conférences et événements techniques, à 54 %. “Pour y parvenir, les entreprises devront adopter une stratégie de gestion des talents qui fasse appel à un ensemble complet de mesures telles que l’amélioration des compétences, la formation polyvalente, l’embauche assistée par de l’IA et des programmes de fidélisation efficaces”, soulignent les auteurs du rapport. “Tout ce travail doit être planifié et entrepris en tenant compte du temps, du budget et de la disponibilité des compétences techniques.”

Les pénuries de compétences dans les technologies émergentes ont des implications de grande portée. “Nous sommes confrontés à une situation où les nouvelles technologies sont construites sur des technologies héritées, nécessitant des intergiciels qui ne peuvent souvent pas suivre les changements dans l’infrastructure logicielle sous-jacente”, avertissent les auteurs du rapport. “Si l’on ajoute à cela un manque de compétences autour des anciennes et des nouvelles technologies, le marché de l’embauche des talents de l’open source connaît une tension sans précédent. Il n’y a pas de solutions faciles pour relever ces défis, et il faudra des années pour venir à bout de toutes les applications héritées qui existent encore.”

Du point de vue d’un professionnel du logiciel, “ces problèmes de gestion du cycle de vie des logiciels et des systèmes d’entreprise peuvent sembler décourageants. La technologie moderne évolue si rapidement qu’il est difficile de s’y retrouver et de se concentrer sur les bons domaines pour réussir.”

La crise de Covid a, dans une certaine mesure, remodelé les emplois des professionnels de l’informatique. Près de 70 % des responsables du recrutement interrogés ont déclaré que leur entreprise maintiendrait en permanence une politique de travail à domicile, au moins à temps partiel, où tous les travailleurs ne seront pas tenus d’être présents au bureau tous les jours. Du point de vue des employés, 30 % déclarent avoir subi une augmentation de leur charge de travail en raison de la pandémie. Parmi les autres répercussions, 22 % ont été contraints à un moment donné de réduire leurs heures de travail, de prendre un congé sans solde ou de perdre leur emploi (16 % de ceux qui ont perdu leur emploi déclarent ne pas en avoir encore trouvé un nouveau). Seuls 21 % ont déclaré que la pandémie n’avait pas eu d’incidence sur leur travail.

Source : “ZDNet.com”

Leave a Reply