Comment une étude censée prouver les vertus de l’eau hydrogénée sur la santé a tourné au fiasco

Spread the love

Imaginez que l’on vous propose de tester un produit miracle : l’eau hydrogénée. Elle serait capable de soigner différentes maladies et problèmes de santé tels que les douleurs musculaires, les commotions cérébrales, le lupus ou encore la dépression. Imaginez ensuite que l’opération soit gratuite. On vous fournira une nouvelle machine permettant de rajouter encore plus d’hydrogène dans l’eau. Vous n’aurez qu’à souscrire un prêt de 10 000 dollars pour la payer, mais pas de problèmes l’entreprise vous remboursera de cette somme en vous versant des petits montants pendant trois ans. Il vous suffira juste en échange de remplir une questionnaire en faisant des retours sur le produit.

Une plainte a été déposée contre Trusii

Sur le papier, l’offre de l’entreprise américaine Trusii avait tout du bon plan, pourtant rien ne s’est passé comme prévu. Les témoignages fournis par de nombreux patients à CNBC sont pour tout dire accablants. Les clients ont tout d’abord reçus des machines défectueuses et qui avaient une fâcheuse tendance à développer des moisissures.

Pire, les montants promis pour rembourser le prêt n’arrivent pas ou de manière irrégulière ce qui met plusieurs utilisateurs dans le pétrin. Face à ces dysfonctionnements, la société est aux abonnés absents, et finit par ne plus répondre aux mails. Les clients mécontents ont depuis créé un groupe Facebook comprenant 300 personnes afin d’échanger sur leurs problèmes.

Face à cette grogne, les dirigeants de Trusii Jeffrey Taraday et Christopher Kennedy ont finalement dû réagir. Ils qualifient la masse de clients mécontents de « foule hystérique ». Quand au groupe Facebook ? Probablement des jaloux qui s’en prennent à Trusii car ils « sont actuellement les leaders de la thérapie à l’eau hydrogénée ».

L’affaire est en tout cas loin d’être arrivée à son terme puisque GreenSky, l’organisme de crédit qui a participé à l’opération a décidé de poursuivre Trusii dans l’état de Géorgie. La société affirme qu’elle a fourni des systèmes défectueux aux consommateurs et négligé de payer les remboursements.

Leave a Reply