Comment un réseau de faux comptes pro-chinois a tenté d’influencer le reste du monde

Spread the love

C’est une enquête passionnante qui en dit beaucoup sur la bataille d’influence à laquelle se livrent les grandes puissances en ligne. La société Graphika, spécialisée dans l’analyse des réseaux sociaux en se servant de l’intelligence artificielle, a pu identifier un réseau de faux comptes pro-chinois qui a su se créer une audience d’ampleur mondiale.

L’objectif semblait très clair : critiquer sur YouTube, Facebook et Twitter la réponse américaine à la pandémie de covid-19 et le désordre politique à Washington dans la foulée de l’intrusion violence au Capitole le 6 janvier dernier. À contrario, les publications faisaient l’éloge de la Chine qui aurait su démontrer sa stabilité.

Des modifications suspectes sur Wikipédia

Les auteurs de ce rapport ont pu établir des éléments très solides pour démontrer leur propos. Ainsi, plus de 1400 vidéos publiées en anglais, en mandarin et en cantonais ont été trouvées. Certains comptes Twitter visaient plutôt l’Amérique latine et les message étaient publiés en espagnol. En revanche, les chercheurs n’ont pas pu établir formellement qui se trouvaient derrière ces contenus.

Cité par PBS, Ben Nimmo, responsable des enquêtes pour Graphika, a souligné que c’était à sa connaissance la première fois que des réseaux pro-chinois atteignaient une audience internationale aussi significative. La cible privilégiée de ces messages était Hong Kong, Taiwan et le Venezuela. C’est justement dans ces zones où les intérêts américains et chinois sont de plus en plus en conflit.

À noter que ces publications n’hésitaient pas à répandre de la désinformation sur les vaccins en mettant en doute leur fiabilité. D’autres estimaient que les États-Unis étaient un État failli, tandis que la Chine était présenté comme un pays solide comme un roc. Dans la foulée de la publication de cette enquête, YouTube a annoncé la suppression de plus de 3000 chaînes. D’autres comptes Facebook et Twitter identifiés ont également été supprimés.

Rappelons que ce n’est pas la première fois que des internautes tentent de faire de la propagande en faveur de la Chine en ligne. Nous vous parlions notamment de ces utilisateurs chinois de Wikipédia qui se sont fait pour spécialité de modifier les articles représentant un enjeu diplomatique et politique pour leur pays.

Leave a Reply