Qui n’a pas entendu parler de TikTok au cours de ces derniers mois ? Ce nouveau réseau social extrêmement apprécié chez les enfants et adolescents, développé par le géant chinois Bytedance. Pourtant si en apparence tout à l’air joyeux et bienveillant, cette plateforme à des dessous plutôt sombres. Pour en savoir plus, le Roi des Rats a sorti une vidéo à ce sujet en novembre 2018. Cette fois, ce n’est pas la plateforme en tant que telle qui pose problème, mais plutôt les agissements de ses développeurs.

En ce mercredi matin, The Guardian publie en rapport affligeant concernant la censure présente sur cette plateforme. En effet, selon le média britannique, les modérateurs de TikTok auraient pour ordre de censurer tout contenu mentionnant la place Tiananmen, l’indépendance tibétaine, ou encore le Falun Gong.

Ces informations proviennent de documents détaillés à propos des directives de modération du site. Après lecture de ces fichiers, on comprend mieux comment Bytedance réussit à faire progresser la politique étrangère chinoise au-delà des frontières grâce à TikTok. L’application filtre également des situations plus actuelles comme les immenses manifestations à Hong Kong. En cherchant ce mot clé sur TikTok on peine à se rendre compte de la situation actuelle dans la ville-État.

La censure mise en place par TikTok se découpe en deux catégories. Une première considère du contenu comme une « violation », c’est-à-dire que toute vidéo ayant cette mention est immédiatement supprimée de la plateforme. La seconde se nomme « visible par soi-même », elle permet de conserver son contenu en ligne, mais il obtiendra très peu de visibilité, car l’algorithme de TikTok aura pour ordre de l’oublier. Dans les deux cas, le contenu visé ne deviendra donc en aucun cas viral.

En plus de bannir certains faits historiques controversés par le gouvernement chinois, TikTok possède également une liste noire de 20 dirigeants étrangers ou personnalités jugées « sensibles », voici quelques exemples : Kim Jong-il, Kim Il-sung, Mahatma Gandhi, Vladimir Poutine, Donald Trump, Barack Obama, Kim Jong-un, Shinzo Abe, Park Geun-Hee, Joko Widodo ou encore Narendra Modi.

Quel est le point de vue de TikTok ?

Pour sa défense, le réseau social explique sont point de vue : « Dans les premiers temps de TikTok, nous avons adopté une approche brutale pour minimiser les conflits sur la plate-forme, et nos directives de modération permettaient de sanctionner les contenus qui encourageaient les conflits, par exemple entre sectes religieuses ou groupes ethniques, dans un certain nombre de régions du monde « .

Puis, il semblerait que le réseau social ait été victime de son succès : « Alors que TikTok a commencé à décoller au niveau mondial l’année dernière, nous avons reconnu que ce n’était pas la bonne approche, et nous avons commencé à travailler pour renforcer les équipes locales qui ont une compréhension nuancée de chaque marché. Au fur et à mesure de notre croissance, nous avons mis en œuvre cette approche localisée dans tous les domaines, du produit à l’équipe, en passant par l’élaboration des politiques. »

Advertisements
Spread the love

Leave a Reply