Comment la très populaire appli chinoise TikTok se trouve prise en étau entre les Etats-Unis et la Chine – Le Monde

Spread the love
Les employés marchent devant le siège de ByteDance, le propriétaire de l’application de partage de vidéos TikTok, à Pékin le 5 août.

TikTok ne sera pas un nouveau Huawei : contrairement au leader mondial des télécoms, soupçonné à l’étranger mais soutenu bec et ongles par Pékin, TikTok n’a pas le soutien de la Chine. Pire, alors que la maison mère, ByteDance, est forcée à vendre l’application pour qu’elle puisse continuer à fonctionner aux Etats-Unis, son fondateur est l’objet de vives critiques en Chine, où les nationalistes l’accusent d’être un traître à la patrie parce qu’il cherche à vendre plutôt que de tenir tête à l’administration de Trump. Ou comment la première start-up chinoise à rencontrer un vrai succès hors de ses frontières s’est retrouvée entre le marteau chinois et l’enclume américaine alors que le conflit entre les deux premières puissances mondiales s’envenime.

Lire aussi Donald Trump annonce son intention d’interdire TikTok aux Etats-Unis

Le 31 juillet, Donald Trump a annoncé son intention de bannir le réseau social TikTok des Etats-Unis, avant d’ouvrir, quelques jours plus tard, la possibilité d’une vente de l’application à une entreprise américaine avant le 15 septembre. Mardi 4 août, le président américain a ajouté que le fruit d’une telle vente devrait revenir en partie au Trésor américain. Si Microsoft achète TikTok au chinois ByteDance, « une très grosse proportion du prix doit revenir au Trésor des Etats-Unis, a déclaré le dirigeant. J’ai dit à Microsoft : qu’ils acquièrent juste la partie américaine de TikTok ou toute l’entreprise, c’est grâce à nous, parce que nous vous laissons opérer ici. Donc les Etats-Unis devraient en bénéficier aussi, pas juste les vendeurs », a-t-il développé pendant une conférence de presse. Une exigence surprenante qui suscite des accusations de racket, y compris aux Etats-Unis.

TikTok fait les frais d’un durcissement de l’administration américaine face à la Chine, depuis que l’épidémie de Covid-19 frappe les Etats-Unis. Le 23 juillet, le secrétaire d’Etat, Mike Pompeo, a prononcé un discours d’une virulence inédite contre les autorités chinoises, appelant « le monde libre » à « triompher » face à la « nouvelle tyrannie » incarnée selon lui par Pékin. « La Chine d’aujourd’hui est de plus en plus autoritaire à l’intérieur du pays, et plus agressive dans son hostilité face à la liberté partout ailleurs », a assuré le chef de la diplomatie américaine.

« De l’intimidation pure et simple »

Mardi, la Chine a réagi : « De telles pratiques vont à l’encontre des principes d’ouverture, de transparence et des règles antidiscrimination de l’OMC [l’Organisation mondiale du commerce]. C’est de l’intimidation pure et simple, à laquelle la Chine s’oppose fermement », a déclaré Wang Wenbin, un porte-parole du ministère des affaires étrangères chinois, en conférence de presse.

Il vous reste 67.98% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Reply