Comment fonctionnent le trackpad et le pointeur de l’iPad ? – Numerama

Spread the love

Apple a créé un pointeur logiciel dynamique pour ses iPad, à la frontière entre une interface tactile et une interface classique d’ordinateur. Explications.

Le 18 mars 2020, Apple a présenté par surprise deux nouveaux produits : un iPad Pro revu et corrigé, adapté à de nouveaux usages professionnels et grand public et un MacBook Air de nouvelle génération avec Magic Keyboard. Mais en réalité, le géant américain a présenté quatre produits. Car les deux accessoires pour iPad Pro (Magic Keyboard), iPad et iPad Air (Combo Touch, par Logitech) transforment en réalité la tablette en ordinateur et changent donc radicalement l’usage initial. Apple a cherché pendant de longues années à convaincre qu’une tablette pouvait remplacer un ordinateur : en 2020, avec deux accessoires et une mise à jour logicielle, c’est peut-être enfin le cas.

iPad Pro (2020) // Source : Apple

Les modes d’usage du curseur

Dès lors, une fois que le clavier avec trackpad est connecté à l’iPad, l’interface n’a plus besoin d’être touchée avec les doigts. On se retrouve en face d’un quasi ordinateur, où l’interface d’iPadOS s’adapte à ce nouveau mode d’utilisation. Comme le système d’exploitation reste pensé pour un usage tactile, Apple a estimé qu’un pointeur classique n’aurait pas de sens. Et l’entreprise est même allée plus loin qu’une transformation de façade : le curseur va s’adapter dynamiquement selon l’action à l’écran.

  • Le mode normal : pour vos usages de base, clics sur l’interface et autres déplacements sur l’écran, le curseur sera un cercle. Il est moins précis qu’un curseur, mais les boutons sur un iPad sont plus gros. Il simule en réalité un doigt, dont le bout qui utilise la surface tactile est arrondi.
  • Le mode texte  : dès que vous irez sur un champ texte à éditer, le curseur se transformera automatiquement en barre verticale, à la manière des curseurs classiques. Vous aurez alors un contrôle précis de la position de votre curseur, pour formater ou reprendre un texte.

  • Le mode dynamique : Apple est allé plus loin et a changé la manière dont fonctionne iPadOS quand il s’agit d’utiliser des boutons à l’écran au curseur. On s’attendrait à mettre le cercle dessus et à cliquer. Ce n’est pas le cas : quand vous irez vers un bouton, le curseur se fondra dans le bouton qui deviendra en surbrillance, signe que vous pourrez l’activer. L’ergonomie ressemble un peu à celle que l’on trouve sur une Apple TV, où l’on passe de case en case pour sélectionner des programmes à l’écran. Cela permet, sur iPad, d’éviter les clics malencontreux.

  • Les fonctions zoom, déplacement et multitâches  : bien entendu, vous pourrez retrouver des gestes de macOS et d’iPadOS sur le trackpad. Trois doigts glissés vers le haut vous amèneront au gestionnaire de fenêtres pour changer d’application, et un « pincement » vous permettra de zoomer et de dézoomer, tout en gardant une possibilité d’action avec le curseur. Idéal pour mettre en page des formats complexes, comme des tableurs.

Cette association du logiciel et du matériel permettra aux possesseurs d’iPad Pro, iPad Air et iPad d’utiliser leur appareil dans des conditions de productivité. Nous vérifierons à quel point cela fonctionne en pratique quand nous recevrons les produits.

Partager sur les réseaux sociaux

Leave a Reply