Clap de fin pour Djingo, l’enceinte connectée d’Orange

Spread the love
Clap de fin pour Djingo, l'enceinte connectée d'Orange

Orange dit stop. Moins d’un an après avoir lancé la commercialisation de son enceinte connectée “maison” développée en partenariat avec Deutsche Telekom, l’opérateur historique vient d’annoncer la fin prématurée de ce qui n’était finalement qu’un “coup d’essai” sur le marché ultra-concurrentiel des enceintes connectées à commande vocale, largement dominé par les GAFA.

Si la nouvelle vient en effet d’être officialisée dans les colonnes du “Figaro”, certains signes ne trompent pas. L’opérateur historique avait en effet dû se résoudre à implanter in extremis Alexa, l’assistant vocal d’Amazon, dans sa propre enceinte connectée afin de la rendre plus attractive auprès du grand public. Cela n’aura pas suffit à assurer le succès commercial d’une enceinte connectée dont l’attractivité était déjà sévèrement réduite du fait d’un tarif beaucoup plus élevé que la concurrence.

En janvier 2019, soit deux mois après son lancement, l’enceinte connectée n’avait engrangé que quelques mille ventes. Si le PDG d’Orange Stéphane Richard avait promis de déployer une vaste campagne de communication pour stimuler ces ventes, la crise sanitaire a pu le conduire à revoir ses plans pour concentrer ses forces dans d’autres domaines.

publicité

Un échec commercial

L’état-major d’Orange comptait pourtant beaucoup sur Djingo pour généraliser l’usage de sa technologie de commande par la voix basée sur l’intelligence artificielle. “Djingo doit nous permettre de nous renforcer sur la commande par voix, qui sera clé dans les années à venir. Pour Orange il est vital qu’on maîtrise ces interfaces qui, à terme, piloteront tout notre écosystème”, indiquait à l’hiver dernier la CEO d’Orange France Fabienne Dulac.

Las, le développement d’Orange dans le domaine de la commande par la voix ne passera donc pas par la commercialisation de sa propre enceinte connectée. La patronne d’Orange le prédisait d’ailleurs dès 2019 en reconnaissant que c’est bien sur cette technologie, et non sur Djingo lui-même, que l’opérateur historique souhaite avant tout concentrer ses forces.

“C’est ça pour nous la priorité, c’est là-dessus qu’on se concentre parce que c’est le métier d’Orange ce n’est pas d’aller challenger Alexa ou Google Home – on ne fait pas le même métier -, mais de maitriser les interfaces vocales qui seront les interfaces de communication pour les clients demain avec tout l’écosystème des produits et services d’Orange”, indiquait-elle à la rentrée 2019. Message reçu cinq sur cinq par le nouveau directeur technologie et innovation d’Orange Michaël Trabbia. Interrogé dans les colonnes du “Figaro” ce mercredi, ce dernier a indiqué vouloir rassembler les forces de l’opérateur historique « là où cela fait du sens ».

« Nous préférons recentrer notre interface vocale dans les domaines où nos clients nous attendent », a fait savoir ce dernier, qui mise désormais sur les Box de l’opérateur pour agrandir le parc de l’interface vocale maison d’Orange, déjà utilisée par plus trois millions d’abonnés. Et de citer des domaines comme la télévision et la domotique comme les axes-clés du futur développement de l’intelligence artificielle d’Orange. Cela passera notamment par des partenariats, comme celui noué avec le spécialiste de la Maison Somfy en septembre dernier.

À peine un an après avoir commencé la commercialisation de son enceinte connectée Djingo, Orange siffle la fin de la partie. L’opérateur télécoms prend acte de l’échec commercial de son produit, arrivé avec deux ans de retard sur le marché déjà très concurrentiel des enceintes connectées à commande vocale. Il a fait l’amère expérience de se heurter à Amazon, Apple et Google, avec un produit moins disant que celui de ses rivaux!

«Nous préférons recentrer notre interface vocale dans les domaines où nos clients nous attendent», explique Michaël Trabbia, directeur technologie et innovation d’Orange. À défaut d’enceinte connectée, l’interface vocale d’Orange se loge dans les télécommandes de certaines Livebox. «Plus de 3 millions de nos clients en sont équipés», précise Michaël Trabbia. Ce recentrage permet à Orange d’éviter l’écueil de l’exhaustivité pour son assistant vocal. Au lieu d’apprendre à Djingo à répondre à des milliers de requêtes dans des domaines très variés, il se concentrera sur le téléviseur et les objets connectés intégrés à l’offre Maison connectée d’Orange, avec pour mission de changer des chaînes, d’augmenter le son, ou d’éteindre une ampoule connectée, par exemple.
Le champ à couvrir reste large, depuis la connectivité de la maison jusqu’à la cybersécurité

Cette évolution marque aussi un changement de stratégie dans la politique d’innovation d’Orange. Michaël Trabbia, qui a pris ses fonctions au 1er septembre, souhaite recentrer la recherche et le développement du groupe «là où cela fait du sens». Le champ à couvrir reste large, depuis la connectivité de la maison jusqu’à la cybersécurité. Mais Orange ne prétend plus se positionner en face d’Amazon, simplement sur des segments de marché sur lesquels il est le plus pertinent.

Leave a Reply