Advertisements

« China Cables » : « La répression des Ouïgours n’a pas cessé de s’intensifier depuis les années 1980 » – Le Monde

Spread the love

 

Brice Pedroletti : ​A ce stade, il n’y a pas d’élimination physique. Mais c’est une attaque évidente contre l’identité, la culture, les traditions ouïgoures, contre l’islam qu’ils pratiquent. Certains chercheurs, mais aussi les militants des ONG, estiment qu’on peut parler de génocide, dans le sens que c’est une attaque qui vise à détruire, en partie ou en totalité un groupe ethnique, religieux, social ou culturel. Au Xinjiang, la minorité kazakhe (1,5 million contre 11,5 millions pour les Ouïgours) est elle aussi visée très clairement. Des Kirghizes, moins nombreux, le sont aussi. C’est paradoxal : les Chinois ont eu tendance, dans la gouvernance de type colonial qu’ils pratiquent au Xinjiang, à favoriser les Kazakhs et les Kirghizes pour s’en faire des alliés contre les Ouïgours. En fait, ce qui se fait avec les camps est tellement énorme qu’ils se sont dit que les autres minorités allaient aussi en parler. Ailleurs en Chine, les Hui, originellement des Chinois han islamisés dans les siècles passés, continuent de bénéficier d’une plus grande liberté. Mais eux aussi ont vu les contraintes se resserrer, par peur d’une “contagion” du djihadisme international. Eux disent qu’ils commencent à être traités comme les Ouïgours l’étaient il y a quelques années. 

Advertisements

Leave a Reply