Chiffres clés : les ventes de mobiles et de smartphones

Spread the love
publicité

Ventes smartphones dans le monde

Des signes d’amélioration au 3e trimestre – Le marché des smartphones connaissait déjà un essoufflement évident avant le déclenchement de la crise du Covid-19. Et contrairement au PC, la pandémie ne favorise pas l’équipement. Néanmoins, IDC observe au 3e trimestre 2020 des signes d’amélioration.

Sur la période, les livraisons baissent ainsi de tout juste 1,3% pour un total de 353,6 millions de terminaux livrés dans le monde. Cette « amélioration » s’explique principalement par l’assouplissement des mesures sanitaire et la réouverture de l’économie.

Cependant, la nouvelle vague de confinements lors du 4e trimestre pourrait casser cette fragile reprise. Rappelons que le cabinet prévoyait déjà cet été une baisse en 2020 de 9,5% des livraisons de smartphones à 1,2 milliards d’unités. La 5G pourrait néanmoins dès l’année prochaine contribuer au rétablissement du marché et à un retour à la croissance.

Les constructeurs comptent en effet sur la 5G pour rééquiper les consommateurs. Ce n’est pas encore d’actualité. A l’avant-garde sur la prochaine génération, Samsung ne doit cependant pas à cette technologie son retour à la première place des constructeurs.

Au 3e trimestre, le Coréen enregistre une hausse de ses livraisons de 2,9% à 80,4 millions d’unités. Samsung profite à plein des turbulences rencontrées par son rival chinois, Huawei. Cible de l’administration Trump, le fabricant recule de 22% avec 51,9 millions de smartphones écoulés.

Huawei est en déclin continu sur les marchés internationaux. Mais il baisse aussi de plus de 15 % sur son marché intérieur, la Chine. « L’entreprise continue de faire face à des difficultés en raison de l’impact toujours croissant des sanctions américaines, qui nuisent à ses performances, même en Chine, car la marque tente de rythmer ses expéditions sur une plus longue période » analyse IDC. 

Apple relégué 4e fabricant mondial avec l’iPhone – Huawei n’est pas le seul constructeur historique du Top 3 mondial à affronter des difficultés. Au 3e trimestre 2020, Apple et l’iPhone sont déclassés à la 4e position, derrière le chinois Xiaomi.

Ce dernier écoulait 46,5 millions de smartphones, s’emparant de 13,1% de part de marché grâce à une croissance sur un an de plus de 40%. Dans le même temps, la firme de Cupertino chutait de 10,6% avec 41,6 millions d’iPhone écoulés.

IDC relativise cependant cette apparente contre-performance. En effet, cette baisse de ses livraisons et de sa PDM était « attendue » d’après le cabinet. Ses clients anticipent au 3e trimestre la sortie de la nouvelle génération d’iPhone, la série iPhone 12.

D’ailleurs l’iPhone 11 « a fait exceptionnellement bien, contribuant à la majorité du volume d’Apple, suivie par le terminal SE » commente IDC. Les analystes anticipent donc dès à présent de la croissance pour les prochains trimestres.

Ses concurrents, en particulier Samsung et Xiaomi, se positionnent d’abord sur les volumes et des modèles milieu et entrée de gamme. Apple, lui, capte la valeur grâce à un prix moyen par smartphone vendu élevé.

Les fabricants chinois et coréens trouvent quant à eux des gisements de croissance dans les économies émergentes, l’Inde en particulier. Le pays constitue pour Samsung le premier marché, représentant 15% de ses livraisons totales. Pour Xiaomi, c’est même 53% au 3e trimestre 2020.

La Chine n’est plus un eldorado pour les smartphones – 2019 était déjà la troisième année consécutive de baisse des livraisons mondiales de terminaux mobiles. 2020 sera donc la quatrième puisque IDC anticipe un plongeon de presque 10% pour le secteur.

Comparativement, les difficultés de 2019 étaient d’abord structurelles. La pandémie est venue les accentuer. L’année dernière, les fabricants livraient ainsi 1,37 milliard de smartphones dans le monde. Cela représente une baisse de 2,3%.

Les volumes de 2019 tombaient ainsi à des niveaux inférieurs à ceux des livraisons annuelles en vigueur entre 2015 et 2018. Plusieurs facteurs expliquent cette situation. D’une part, la faible croissance des livraisons en Chine. Les consommateurs attendent toujours l’arrivée sur le marché de smartphones 5G moins chers.

Pas ou peu d’effet 5G en 2019 donc. Le lancement de terminaux innovants comme les modèles pliables a lui aussi peu contribué au redressement. Et en raison de la crise sanitaire de 2020, cet effet 5G est différé à l’année prochaine. C’est en tout cas un des espoirs des constructeurs. IDC se veut prudent cependant.

Le cabinet qualifie la demande des consommateurs pour la 5G de « très faible ». Combinée aux « vents contraires économiques auxquels le marché est confronté », cette demande pèsera en faveur d’une baisse des prix des smartphones et services 5G.

Pas de vraie reprise pour le smartphone avant 2022 –  Avant le déclenchement de la crise de Covid-19, les analystes estimaient que 2020 serait l’année du retour à la croissance pour le marché des smartphone. « Il est évident que cela ne se produira pas » prévient Nabila Popal d’IDC.

2021 affichera bien de la croissance. Il s’agira cependant d’une correction après le plongeon de cette année. 2021 devrait ainsi se caractériser par une hausse des livraisons de 9%. Mais la « véritable reprise ne se produira pas avant 2022, lorsque les volumes de smartphones reviendront aux niveaux d’avant la crise. »

La 5G, enfin, devrait y contribuer. Mais d’autres facteurs de croissance sont également attendus et notamment le développement sur les marchés en développement. « On continue à observer une forte évolution vers les appareils 4G d’entrée et milieu de gamme dans les régions en développement, qui représentent plus de 80% des volumes de smartphones dans ces régions. »

Ces opportunités sont d’ailleurs déjà tangibles pour des fabricants comme Samsung et Xiaomi au 3e trimestre 2020. L’Inde est le plus grand marché du Coréen, représentant 15% de ses livraisons. Samsung enregistre en outre une croissance de près de 40% sur un an grâce à ses bonnes performances dans le segment des prix inférieurs à 250 dollars.

Le premier fabricant mondial est cependant talonné par des rivaux, au premier rang desquels Xiaomi. L’Inde représente tout simplement 53% de ses livraisons de smartphones au 3e trimestre. L’industriel a restauré ses capacités de production pour revenir à près de 85 % de son niveau pré-pandémique. Il a ainsi pu répondre à une forte demande.

Leave a Reply