CGT et CFDT dans le même cortège, mais pas avec les mêmes revendications – BFMTV.COM

Spread the love

CFDT, CFTC, CGT, FO, CFE-CGC, FSU, Solidaires, Unsa… Les principaux syndicats défilent tous ensemble ce mardi contre la réforme des retraites du gouvernement, pour la première fois depuis le début du mouvement. Mais derrière ce front syndical uni apparaissent aussi des attentes différentes entre partisans d’un système de retraite à points, comme la CFDT, et défenseurs des régimes spéciaux, comme la CGT.

En début de manifestation ce mardi, la CGT réaffirmait d’ailleurs son opposition à un système universel de retraites, tout en se défendant de vouloir que rien ne change.

“Il faut que le système actuel évolue, parce qu’il est injuste, à cause de ceux qui l’ont cassé ou ont voulu le casser, c’est-à-dire les ancêtres de monsieur Macron. Donc il faut retirer le projet existant et faire évoluer le système”, a estimé Philippe Martinez, le leader de la centrale.

Le dirigeant de la CGT estime par ailleurs que l’étiquette d’opposant collée à son syndicat est “une posture du gouvernement”. Un gouvernement dont la stratégie se résume selon lui à un “clivage perpétuel”, pas seulement entre les syndicats.

“Depuis que Macron est là, il ne fait qu’essayer de diviser les citoyens. C’est absolument scandaleux”, s’est désolé Philippe Martinez.

Quant à la mobilisation de la CFDT, il la voit comme “un indicateur pour le gouvernement. Tous les syndicats qui disent “le projet, on n’en veut pas”, ça devrait les faire réfléchir”. “On est face à un gouvernement et un président de la République qui parle d’acte II, qui a dit qu’il fallait écouter les partenaires sociaux, qu’il a peut-être été trop vite, et qui réalise l’exploit de mettre tous les syndicats dans la rue. C’est eux qui devraient réfléchir et ne pas s’obstiner comme ils le font maintenant depuis le début du quinquennat”, pointe Philippe Martinez.

Un peu plus loin dans le cortège, défile cette fois Laurent Berger, le dirigeant de la CFDT. C’est la première fois depuis le début de la mobilisation contre la réforme des retraites que le syndicat dit réformiste participe aux manifestations. Le déclencheur: la décision du gouvernement d’instaurer un “âge d’équilibre” à 64 ans, une “ligne rouge” pour la CFDT, mais aussi l’Unsa, la CFTC et la Fage qui défilent à côté de la CFDT.

“On ne porte pas la même vision du système de retraite” avec la CGT, reconnaît ce mardi Laurent Berger, mais “chacun est libre de défendre les points de vue qui sont les siens. Pour la CFDT c’est clair, nous ne voulons pas de cet âge d’équilibre et nous voulons des mesures qui renforcent la justice sociale en terme de pénibilité, d’augmentation plus significative du minimum contributif. Et également pour que des systèmes de retraites progressive se mettent en place”.

Et de marteler que “la CFDT est cohérente: nous ne voulions pas de cet âge d’équilibre. Nous demandons au gouvernement de le retirer”. En revanche, elle est d’accord pour “un système universel des retraites, mais à condition qu’il y ait davantage de prise en compte de la pénibilité”.

Et quand bien même le gouvernement irait dans ce sens, “ça ne suffira pas à faire que la CFDT trouve cette réforme géniale, mais pour qu’on puisse discuter de son contenu dans les semaines et les mois à venir, il faut retirer cet âge d’équilibre”.

Leave a Reply