Cette décision chez Ford déterminera son avenir dans l’électrique

Spread the love

Dans le Michigan, un nouveau centre de développement de batteries électriques va être construit par Ford. Une première étape vers l’indépendance dans la production du composant phare des voitures électriques, et un moyen de se séparer de son actuel fournisseur sud-coréen, sur qui il comptait pour son approvisionnement.

Depuis le lancement de la Mach-E, qui a traduit le tournant de Ford dans l’électrification, le constructeur sait que la production de batteries sera un choix déterminant. Jusqu’alors, la marque comptait externaliser la compétence et se reposer sur son fournisseur. Mais le vent a changé, et Ford a procédé à un véritable revirement.

Plutôt que de faire appel à SK Innovation pour son approvisionnement, la firme américaine comptera sur ses propres compétences et usines. Avec les conflits commerciaux américains, les importations des composants sont de plus en plus délicates, et un changement à la tête de la société a conduit à cette décision.

L’étape initiale avant la production de masse

Tesla en avait fait le même constat avec LG. Mais son fournisseur est déterminé pour garder leur accord, et fera tout pour satisfaire Elon Musk et ses équipes. Depuis septembre 2020 et le « Battery Day », le constructeur n’en finit pas d’inciter son partenaire à aller toujours plus loin, tel que l’inciter à s’installer aux États-Unis (mais également en Europe) pour pouvoir proposer une nouvelle chaîne de production locale de production de la batterie de nouvelle génération de Tesla (4680).

Cela dit, contrairement à Tesla, Ford en est encore à l’étape initiale de développement des batteries. Aucun calendrier n’a été annoncé par la marque pour planifier l’arrivée des nouvelles batteries développées en interne. D’ailleurs, Ford doit encore construire son usine de production spécialisée.

L’investissement sera important, et le développement pourrait prendre du temps. Mais Ford se dit prêt, et a débloqué le double des fonds qu’il avait prévu au départ, pour un montant de 29 milliards de dollars à l’horizon 2025. La voiture autonome fera également partie de l’enveloppe (Ford a présenté son système « Bluecruise » récemment).

Changement d’avis chez Ford

Chez les autres concurrents, locaux pour commencer, General Motors s’est associé à LG Chem pour construire deux usines de batteries aux États-Unis, qui devraient ouvrir en fin d’année 2023. En Europe, Volkswagen a pris les devants avec l’annonce de ses propres « Gigafactory », concurrentes de Tesla, prévues pour 2030. Une stratégie plus proche de celle de Ford, mais avec quelques mois d’avance.

Comme le rappelle The Verge, la décision de Ford est un véritable revirement. En juillet 2020, il y a moins d’un an, Ford s’opposait à l’idée de produire ses propres batteries. Mais durant cette période, le PDG Jim Hackett était en place, remplacé depuis par Jim Farley, à l’avis bien différent sur la question. Un pari double sur lequel Ford ne pourra plus rebrousser chemin. D’autant plus que la marque prévoit l’arrivée de son pick-up F-150 électrique.

Leave a Reply