C’est l’heure du BIM : Verts au Sénat, révélations sur Trump et budget de relance – 20 Minutes

Spread the love
L’hémicycle du Sénat, lors du discours du Premier ministre Jean Castex le 16 juillet 2020. — Jacques Witt/SIPA

Vous avez manqué les infos de ce début de matinée ? On vous a concocté un récap pour vous aider à y voir plus clair.

Les élections sénatoriales 2020 sont un bon cru pour les écologistes. « Il y aura un groupe vert au Sénat » avec au moins 10 élus, a assuré la sénatrice EELV Esther Benbassa dimanche soir en plein dépouillement des résultats. A 20 heures, la sénatrice dénombrait déjà six candidats écologistes victorieux, lors de ce scrutin qui renouvelle la moitié des sièges du Sénat, et espérait également convaincre un élu de Haute-Corse de les rejoindre. Ils viendraient s’ajouter à cinq élus déjà en place à la chambre haute. De son côté, la majorité de droite et du centre sort renforcée de ces élections marquées globalement par une grande stabilité.

Alors que va avoir lieu le débat pour la présidentielle américaine, la révélation dimanche du New York Times tombe au plus mal pour le locataire de la Maison-Blanche. Selon le journal, Donald Trump n’a payé que 750 dollars d’impôts fédéraux en 2016, l’année de son élection, puis autant en 2017. Au total, il n’a payé aucun impôt durant 10 des 15 années précédentes. Pour Donald Trump, ces informations sont « totalement inventées ». Mais, selon le quotidien, le président a échappé à l’impôt « en grande partie car il a déclaré plus de pertes d’argent que de gains ». D’autres révélations seraient encore à venir.

Avec les répercussions de la crise sanitaire sur la sphère économique réelle, le gouvernement n’a plus du tout la tête à la réduction des déficits. Soutenir et relancer l’économie, très affaiblie par le coronavirus, est désormais la stratégie principale que l’exécutif va égrainer ce lundi lors de la présentation de son projet de budget 2021. Après les plus de 460 milliards d’euros mis sur la table cette année pour faire face à l’épidémie, le projet de loi sera centré sur le plan de relance de 100 milliards d’euros. La stratégie choisie est donc on ne peut plus claire pour Jean Castex : ouvrir en grand les vannes de la dépense pour retrouver en 2022 le « niveau de richesse d’avant la crise ».

2 partages

Leave a Reply