Cédric Herrou placé en garde à vue – Le Figaro

Spread the love

Selon une source policière au Figaro, l’agriculteur Cédric Herrou a été interpellé ce matin à 9h30 par des CRS en compagnie de deux personnes au péage de La Turbie (Alpes-Maritimes). Les trois hommes ont été remis à la Police aux frontières (PAF) des Alpes-Maritimes.

Le quadragénaire, qui circulait dans le sens Italie-France, aurait été interpellé pour «aide à l’entrée et à la circulation de personnes en situation irrégulière». Les deux autres personnes qui l’accompagnaient seraient des compagnons d’Emmaüs Roya, la communauté paysanne créée par Cédric Herrou cet été.

Sur Twitter, Mathilde Panot, députée La France Insoumise du Val-de-Marne, a réclamé «la libération immédiate» du militant. «L’aide aux personnes en danger n’est pas un délit!», a-t-elle commenté. Sur le même réseau, Manon Aubry, députée européenne LFI, a elle aussi apporté son soutien à Cédric Herrou.

«Libérez nos compagnons et nos légumes!!!!» a renchéri la page «Défends Ta Citoyenneté Emmaüs Roya» sur Facebook. La communauté a indiqué en début d’après-midi qu’un des trois interpellés avait été relâché.

Mis en cause dans plusieurs affaires judiciaires

En juillet 2018, Cédric Herrou a obtenu une importante victoire lorsque le Conseil constitutionnel a aboli le «délit de solidarité». Les Sages ont estimé qu’une aide désintéressée au «séjour irrégulier» ne saurait être passible de poursuites, au nom du «principe de fraternité».

Autre victoire : en décembre de la même année, la Cour de cassation a annulé la condamnation de l’agriculteur pour aide à l’immigration clandestine. Il doit désormais être rejugé par la cour d’appel de Lyon.

Le militant a à nouveau fait parler de lui il y a une dizaine de jours, lorsqu’il a été relaxé par la cour d’appel d’Aix-en-Provence pour injure publique à l’encontre du préfet des Alpes-Maritimes.

Cédric Herrou est toujours mis en cause dans une affaire d’aide au séjour irrégulier, dont l’instruction est en cours au tribunal de Grasse, et dans une affaire d’injure envers Eric Ciotti, le député des Alpes-Maritimes.

À voir aussi – Censure du délit de solidarité : une victoire des “no border” ?

Leave a Reply