Advertisements

Cécile Le Pape (Couchbase) : quand être ” trop diplômée” est un frein pour faire carrière dans l’informatique

Spread the love
Cécile Le Pape (Couchbase) : quand être

A 44 ans, Cécile Le Pape a déjà eu plusieurs vies professionnelles. De maître de Conférence à la Sorbonne à responsable field enablement de Couchbase, en passant par développeuse Java et ingénieure avant-vente, son profil hétérogène n’a pas toujours été bien perçu des recruteurs. Pourtant, si elle ne devait donner qu’un seul conseil aux professionnels de l’IT, ce serait bien celui-ci : “Ne soyez pas trop silotés !

Chez Couchbase, Cécile Le Pape a récemment endossé le costume de responsable “field enablement”, poste central consistant à “accompagner la montée en  compétence des équipes techniques” de l’entreprise, explique-telle à ZDNet. 

Cécile Le Pape est à présent à l’avant-poste des transformations numériques à l’oeuvre au sein de l’entreprise spécialisée sur les bases de données NoSQL. Couchbase annonçait pas plus tard que ce mois-ci la création d’une nouvelle base de données as a service (DbaaS) dans le cloud. A charge pour Cécile Le Pape de “comprendre les nouvelles responsabilités que cette transformation implique”, précise-t-elle.

La responsable field enablement doit aussi travailler à la cohésion de l’équipe technique, d’autant que l’entreprise a dû recruter des profils SRE (Site Reliability) et mettre en place des formations en interne pour assumer sa stratégie cloud.

publicité

Un pas de géant entre le public et le privé

Cécile Le Pape occupait précédemment un poste d’ingénieur avant-vente au sein de Couchbase. Ce travail d’accompagnement de la clientèle (travail sur les PoC, recherche de cas d’usage, présentation de nouvelles fonctionnalités, etc) nécessite d’allier expertise technique et commerciale. Des compétences plutôt rares sur le marché de l’emploi : “Ma chance est de posséder des compétences transverses grâce à un parcours hétérogène” constate Cécile Le Pape.

Si son profil “atypique” s’est forgé au fil des années, tout n’a pas été rose au début : “J’ai essuyé des refus, on m’a reproché d’être trop diplômée et de manquer de connaissance du monde de l’entreprise”, se souvient l’ancienne thésarde de l’Université Pierre et Marie Curie (Paris VI).

Après un doctorat spécialisé sur les bases distribuées, Cécile Le Pape commença sa carrière en tant que maître de conférence à la Sorbonne pendant sept ans, avant de changer son fusil d’épaule et faire un “saut inattendu”, selon ses propres mots, vers le privé où elle redémarre sa carrière “from scratch”.

Installée en Bretagne, Cécile Le Pape explique avoir “d’abord accepté des rôles très challengeants” qui lui ont permis par la suite “d’évoluer très rapidement”. C’est à cette époque qu’elle devient développeuse Java et se fait embaucher, en 2014, comme architecte chez Oceane Consulting, entreprise de service numérique et éditeur de logiciels. “Cette expérience m’a permis de comprendre l’articulation entre l’aspect technique et commercial.”

Le NoSQL, c’est l’avenir

Son transfert chez Couchbase l’année d’après s’est fait au moment où le marché a commencé à s’ouvrir aux bases de données NoSQL. Cette dimension a pris particulièrement de l’ampleur dans le secteur du retail, de plus en plus soumis à “des pics de charges” avec l’essor du Black Friday et des ventes privées, analyse Cécile Le Pape.

Les bases de données relationnelles traditionnelles sont vite dépassées. Ces dernières “doivent évoluer rapidement et s’adapter aux nouveaux cas d’utilisation que la société de l’information demande” poursuit-elle.

Dans le secteur touristique, par exemple, où le nombre d’interactions explose, Couchbase est sollicité par la plateforme de réservation de billets Amadeus. “Près de 8 millions d’interactions par seconde étaient recensées il y a quelques années. Ce chiffre est passé à 20 millions aujourd’hui” souligne Cécile Le Pape.

Mais le NoSQL n’a pas encore montré tout son potentiel. Couchbase axe également sa stratégie sur le segment des bases de données mobiles (edge computing), qui, selon Cécile Le Pape, constitue un “différenciateur important” sur le marché français.

D’autres concurrents, tel que MongoDB, suivent également ce filon. MongoDB a notamment annoncé en avril dernier avoir conclu un accord pour acquérir l’éditeur open source de bases de données mobiles Realm, pour un montant de 39 millions d’euros.

Quelles perspectives de carrière pour les développeurs ?

Le secteur IT sollicite de plus en plus de compétences hybrides. Les DevOps, qui font le pont entre les équipes de développement et les équipes d’administrateurs, sont devenus des profils très recherchés pour “leur vision globale” estime Cécile Le Pape. Et il est possible d’en dire de même pour “tous les postes qui gravitent autour du cloud” ajoute-t-elle.

Selon la responsable field enablement de Couchbase, le monde de l’informatique gagnerait par ailleurs à recruter plus de femmes. “Très peu de femmes présentent leurs candidatures, à l’exception sans doute du métier de développeur, qui se féminise plus que d’autres”. En 2018, les femmes représentaient 31% ds employés du secteur de l’informatique, et 20% pour la France, selon l’Apec. Ce nombre se situe autour de 22% au niveau des fonctions de direction.

Advertisements

Leave a Reply