Ce que l’on sait du plan de reconfinement préparé par le gouvernement – BFMTV

Spread the love

L’homme en charge du plan de déconfinement du gouvernement, Jean Castex, a déjà un plan de “reconfinement” tout prêt en cas de résurgence de l’épidémie de coronavirus dans les semaines et les mois à venir. Le haut fonctionnaire et maire de Prades (Pyrénées-Orientales) l’avait annoncé aux sénateurs le 6 mai dernier, lors de son audition par la commission des lois.

“Un reconfinement en urgence doit être anticipé”, prévenait celui qui a été chargé par Edouard Philippe de coordonner la stratégie de déconfinement du pays dans son rapport de 68 pages rendu public ce lundi. “C’est normal que je l’évoque et c’est normal que les pouvoirs publics s’y préparent (…) En l’absence, à brève échéance, de vaccin ou de solution curative, la population française demeure vulnérable à une reprise de l’épidémie”.

  • “Se donner les moyens d’agir immédiatement”

Interrogé par un sénateur lors de son audition le 6 mai dernier, Jean Castex avait évoqué la possible apparition de nouveaux clusters sur le territoire, “des endroits localisés où on voit une résurgence de l’épidémie”.

A partir du 11 mai, “dès que (…) le nombre de patients positifs, au-delà des cas contacts, sera anormalement élevé, alors il faudra effectivement – y compris de manière localisée – se donner les moyens d’agir immédiatement”. Idem dans les départements rouges “si la circulation du virus est intense”, avait-il prévenu, reconnaissant que les “effets” d’un tel regain “seraient particulièrement dommageables pour une société déjà éprouvée et, plus particulièrement, pour le personnel soignant”.

  • Reconfiner en cas de doublement des contaminations 

Selon lui, un reconfinement pourrait intervenir en France “si le nombre de cas positifs par jour venait à doubler par rapport à ce qu’il est aujourd’hui”. 

“Les Allemands appellent cela le coup de frein. Il est indispensable de l’envisager, il serait déraisonnable de ne pas l’envisager”, a répété Jean Castex pendant son audition devant la commission des lois de l’Assemblée nationale ce mardi après-midi. “Nous sommes face à un virus imprévisible. Ce coup de frein pourra être territorialisé, il faut le prévoir. Il pourrait concerner tout le pays ou bien seulement certains territoires. Il faut avoir une possibilité de réaction la plus rapide possible”.

Dans certaines régions en Allemagne, ils ont donné le coup de frein lorsque sur, une partie de leur territoire, ils ont constaté 50 nouvelles contaminations sur 10.000 habitants sur une période de sept jours”, a-t-il expliqué. “Chez nous, pour que nous reconfinions territorialement, il faudrait une augmentation du nombre de cas par jour doublé par rapport a ce qu’il est aujourd’hui”.

  • Un reconfinement avant le 2 juin si nécessaire

Le monsieur déconfinement du gouvernement n’écarte pas un reconfinement d’urgence avant le 2 juin, date de fin de la première phase de déconfinement. Lors de son audition à l’Assemblée nationale ce mardi, Jean Castex a insisté sur le fait qu’il ne fallait pas “attendre le 2 juin si certains éléments montraient que l’épidémie repart”.

“Cela dépend de nous tous, et de la réussite des trois prochaines semaines. (…) c’est un rendez-vous que notre pays a avec lui-même. Il y a eu un peu de laisser-aller avant le déconfinement mais il faut bien dire qu’une grosse part du succès est entre les mains des Français. (…) Les indicateurs sont ceux qui vont nous permettre de suivre la période du 11 mai jusqu’au 2 juin. Surveiller quotidiennement et de manière territorialisée pour voir l’évolution de la situation”.

  • Un désarmage progressif des lits en réa

Dans un premier temps, Jean Castex recommande dans son rapport de ne désarmer que très “progressivement les lits de réanimation à l’hôpital, dont la capacité avait été augmentée durant la crise. Et une éventuelle réouverture devrait pouvoir s’effectuer “très rapidement (dans des délais de 24, 48 ou 72 heures selon les lits) pour faire face à un nouvel afflux de patients”.

“Une attention particulière devra être également apportée aux ressources humaines dans un contexte de fatigue des personnels hospitaliers, en particulier dans les régions les plus affectées par la crise”, avertit encore le haut-fonctionnaire.

  • De nouveaux dispositifs d’aide socio-économiques

En cas de reconfinement, Jean Castex appelle d’ores et déjà à “prévoir des dispositifs d’accompagnement sociaux et économiques de la nature de ceux mis en place durant la période de confinement”, mais aussi à “mieux prévenir les risques psycho-sociaux du confinement, qui sont aujourd’hui mieux connus”.

Dans son rapport, tout comme pendant ses auditions, Jean Castex insiste enfin sur le “niveau très élevé de vigilance” qui doit être observé dans cette première étape du déconfinement, et sur “l’implication” des Français qui “respecteront les gestes barrières et les mesures de distanciation”. Selon lui, c’est “la mobilisation nationale (qui) sera un facteur déterminant” pour la réussite – ou l’échec – du déconfinement.

Leave a Reply