Ce que l’on sait de la découverte de 39 corps dans un camion au Royaume-Uni – Franceinfo

Les 39 personnes retrouvées mortes pourraient être des migrants, mais aucune identification formelle n’a encore été réalisée.

L’horreur à l’arrière du camion. Mercredi 23 octobre, trente-neuf corps, dont celui d’un adolescent, ont été découverts à l’est de Londres dans un camion frigorifique venu de Belgique. “C’est une tragédie inimaginable et qui fend le cœur”, a réagi le Premier ministre britannique, Boris Johnson. Le chauffeur a été arrêté dans le cadre d’une enquête pour meurtre. Franceinfo fait le point sur les dernières informations concernant cette macabre découverte.

Que s’est-il passé ?

La découverte du camion a été faite dans la nuit de mardi à mercredi, dans la commune de Grays, située à 20 km à l’est de Londres, sur la rive gauche de la Tamise. Mercredi 23 octobre, une personne encore non identifiée a appelé les services de secours. Ces derniers se sont alors rapidement rendus sur place et ont découvert les 39 corps sans vie à l’intérieur du véhicule, garé dans la zone industrielle Waterglade Industrial Park. La police a ensuite été alertée, peu avant 1h40 du matin.

“D’après les images, le camion était réfrigéré, ce qui signifie qu’à l’intérieur, les victimes ont voyagé dans un froid glacial, dans une obscurité complète, sans air, dans des conditions absolument horribles”, a expliqué Rod McKenzie, directeur de la Road Haulage Association (association britannique de fret autoroutier), cité dans Libération.

D’où le camion provenait-il ?

Selon la police britannique, le conteneur du camion est arrivé vers 0h30, à Purfleet, un port sur la Tamise, en provenance de Zeebruges, en Belgique. Les autorités avaient d’abord évoqué une entrée sur le territoire britannique samedi à Holyhead, port situé sur la côte ouest de la Grande-Bretagne et desservant l’Irlande. Mais seule la partie “tracteur” du camion aurait en fait emprunté cette route. “On ignore combien de temps [le conteneur] est resté en Belgique”, a déclaré le porte-parole du parquet fédéral belge, Eric Van Duyse.

La police britannique a aussi indiqué que le camion était originaire “de Bulgarie”. Une information que le Premier ministre bulgare a confirmée, en indiquant que le véhicule avait été immatriculé dans son pays par un citoyen irlandais. Il “n’est plus entré sur le territoire de notre pays depuis. Il n’y a pas de lien avec nous, seulement les plaques d’immatriculation”, a précisé Boyko Borissov sur une chaîne de télévision. Pour Dimitar Dimitrov, directeur exécutif de la Chambre des transporteurs routiers bulgares, il est courant que des ressortissants étrangers enregistrent des entreprises en Bulgarie pour “profiter de la fiscalité favorable”.

Qui sont les 39 personnes retrouvées mortes ?

Selon les premiers éléments de l’enquête, il s’agit de 38 adultes et d’un adolescent. Aucune indication n’a été apportée dans l’immédiat sur leur origine, ni sur le fait qu’il s’agisse ou non de migrants. Ces dernières années, nombre d’entre eux ont tenté de rejoindre le Royaume-Uni en se cachant dans des remorques de camion ou en utilisant des embarcations.

Selon la ministre britannique de l’Intérieur, Priti Patel, les services de l’immigration travailleront “étroitement” avec la police pour établir comment “cet événement horrible a pu se produire”. “Ce à quoi nous assistons aujourd’hui est l’un des plus horribles crimes contre l’humanité”, a déclaré la ministre, interpellée au Parlement sur les questions d’immigration clandestine. L’identification des victimes constitue la “priorité numéro un”, a aussi assuré la cheffe adjointe de la police de l’Essex, Pippa Mills. Un appel à témoins a été lancé.

Selon Gerald Tatzgern, chef de l’Office autrichien de lutte contre le trafic d’êtres humains, le nombre de migrants empruntant la “route des Balkans” est “relativement élevé” actuellement. Un drame comme celui de mercredi “est justement ce que je craignais”, a-t-il déclaré.

Qui conduisait le camion ?

Selon les médias britanniques, le chauffeur du camion serait un habitant de la ville nord-irlandaise de Portadown. Il a été interpellé sur place et placé en garde à vue, dans une enquête pour meurtre. Selon le quotidien britannique The Guardian (en anglais), son profil Facebook le montre au volant de camions de transport, notamment celui retrouvé par la police mercredi.

Que va-t-il se passer maintenant ?

Dans la zone industrielle de Waterglade, où le camion a été découvert, un cordon de sécurité a été mis en place. Le véhicule a été déplacé dans l’après-midi “vers un emplacement sécurisé (…) afin que les corps puissent être récupérés”, a indiqué la cheffe adjointe de la police de l’Essex, Pippa Mills. Une enquête a été ouverte dans la foulée par le parquet fédéral belge.

Une veillée doit avoir lieu pour les victimes devant le ministère des Affaires étrangères, à Londres. “Nous sommes horrifiés d’apprendre la mort de ces personnes vulnérables et exploitées”, a expliqué Clare Moseley, de l’association d’aide aux migrants Care4Calais, au Parisien.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *