CARTES. Covid-19 : dans quels départements la hausse des cas et la propagation d’Omicron sont-elles les plus f – LaDepeche.fr

l’essentiel La France a enregistré plus de 100 000 nouveaux cas de Covid-19 en l’espace de 24 heures ce samedi, alors que le variant Omicron ne cesse de se propager. Certains départements français sont plus impactés que d’autres, par cette hausse des cas : La Dépêche du Midi fait le point. 

C’est un cap on ne peut plus pénible que la France vient de passer ce samedi 25 décembre. Plus de 100 000 nouveaux cas de Covid-19 ont été détectés en 24 heures dans le pays : jamais le pays n’avait enregistré une telle augmentation des cas. Le pays, frappé depuis plusieurs semaines par un cinquième “acte” de contaminations particulièrement virulent, lutte actuellement contre un phénomène de “vague dans la vague”. La propagation du variant Omicron, plus contagieux et plus résistant à la vaccination, accélère ce phénomène.

A lire aussi : Covid-19 : couvre-feu, isolement, 2G+… ce qui pourrait être décidé au conseil de défense sanitaire lundi

Tous les départements français ne sont cependant pas impactés de la même manière par cette hausse importante des cas de contaminations. Pour la comprendre, il faut l’analyser en deux actes : Dans un premier temps, la France a fait face à une première hausse des contaminations fin octobre / début novembre. Elle est entre autres liée à la propagation nouvelle du variant Delta, dominant en France depuis plusieurs mois déjà. Le Sud-Est de la France a été particulièrement frappé par ce premier épisode de contaminations, comme le montre la carte ci-dessous (si aucune carte n’apparaît merci de désactiver votre bloqueur de publicité).

C’est en région Provence-Alpes Côte d’Azur que les taux d’incidence sont depuis plusieurs semaines parmi les plus importants dans le pays. La Drôme affiche d’ailleurs l’un des taux d’incidence les plus élevés de l’Hexagone ce samedi avec 1 124,9 nouveaux cas pour 100 000 habitants entre le 16 et le 22 décembre. Dans cette région, 11 départements voient leur taux d’incidence plafonner à plus de 800 cas pour 100 000 habitants (alors que la moyenne en France est à près de 620 cas pour 100 000 habitants).

La capitale frappée par Omicron

Vient ensuite la seconde vague “dans la vague”. Alors que la France faisait l’objet d’une certaine “accalmie” sur le front des contaminations le 10 décembre dernier, le pays fait face depuis à un rebond des contaminations. Cette seconde poussée des nouveaux concerne est intrinsèquement liée à la propagation du variant Omicron. Et là encore tous les départements français ne sont pas impactés de la même manière. La carte présentée ci-dessous montre l’évolution du taux d’incidence sur ces deux dernières semaines : dans les départements coloriés en rouge, le taux d’incidence a augmenté. A contrario, dans les départements coloriés en bleu, ce même taux a diminué. 

En Occitanie la situation est on ne peut plus optimiste à l’heure actuelle : sur les deux dernières semaines, seuls quatre départements affichent une hausse de leur taux d’incidence. La Haute-Garonne, l’Aude, l’Hérault et le Gard sont dans cette situation-là.

A lire aussi : Variant Omicron : un tiers des enseignants absents d’ici fin janvier, selon le Conseil scientifique

AIlleurs en France, Paris est  presque seule sur le front. La capitale française affiche le taux d’incidence le plus important du pays avec 1 560 nouveaux pour 100 000 habitants. Toujours dans la région Ile-de-France, le département des Hauts-de-Seine a vu son taux d’incidence augmenter le plus fortement sur ces deux dernières semaines : celui-ci a grimpé de 109% en 14 jours, pour plafonner à 1 112,8 cas pour 100 000 habitants. 

Une progression rapide

Cette progression de la nouvelle souche de Covid-19 est particulièrement visible lorsque l’on se base sur les chiffres de Santé Publique France : les autorités ont en effet répertorié les données de laboratoires indiquant la présence du variant Delta. Les spécialistes s’accordant à dire que les autres sources de contamination par le Covid-19 sont aujourd’hui principalement liées au variant Omicron, le taux de ce qui n’est pas du variant Delta est donc suspecté d’être du Omicron.

Cette propagation du variant Omicron est d’ailleurs particulièrement caractérisée en Ile-de-France. À Paris, dans les Yvelines, dans les Hauts-de-Seine, dans le Val-de-Marne et en Seine-et-Marne, le variant Omicron est susceptible de concerner plus de 40% des cas de Covid-19 qui ont été détectés. Dans la Nièvre, 80% des cas de Covid-19 détectés sont des suspicions de variant Omicron. Ces taux augmentent rapidement, signe que cette nouvelle souche de Covid-19 se propage à grande vitesse. 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *