CARTE. Municipales à Toulouse : quartier par quartier, ce qu’il faut retenir du vote au second tour – actu.fr

Spread the love
Quartier par quartier, Toulouse a retrouvé dans les grandes largeurs la carte du vote des municipales de 2014.
Quartier par quartier, Toulouse a retrouvé dans les grandes largeurs la carte du vote des municipales de 2014. (©Adobe Stock)

Dimanche 28 juin 2020, Jean-Luc Moudenc a remporté les élections municipales à Toulouse face au candidat d’Archipel Citoyen, Antoine Maurice. Une victoire sans appel, puisqu’il a obtenu 51,98% des suffrages exprimés, contre 48,02% pour son adversaire.

Moudenc en tête dans 139 bureaux de vote sur 263

Le maire sortant est arrivé en tête dans 139 bureaux de vote sur 263, les deux candidats ont été à égalité dans 5 bureaux de vote.

Au-delà de ce résultat global, la carte électorale est une nouvelle fois riche d’enseignements. Très clairement, en ce lendemain de scrutin, l’analyse du vote des Toulousains, quartier par quartier, fait émerger une commune séparée en deux blocs : une Ville rose bleue à l’extérieur et verte à l’intérieur, mais avec du bleu aussi dans l’hypercentre.

La carte électorale de Toulouse lors du scrutin du deuxième tour à Toulouse. En vert les bureaux de vote où Archipel Citoyen est arrivé en tête, en bleu, ceux où la liste Aimer Toulouse est arrivée en tête.
La carte électorale de Toulouse lors du scrutin du deuxième tour à Toulouse. En vert les bureaux de vote où Archipel Citoyen est arrivé en tête, en bleu, ceux où la liste Aimer Toulouse est arrivée en tête. (©Ville de Toulouse)

Moudenc en tête dans les quartiers périphériques

De façon très nette, la Toulouse des quartiers périphériques a largement voté en faveur de Jean-Luc Moudenc. Le maire a fait la différence dans certains secteurs de la Ville rose, à l’Est et au Sud-Est de la ville. Il a également fait carton plein à l’Ouest de la Ville rose, dans les quartiers populaires, frappés par une énorme abstention. 

Sur le secteur de Toulouse VI, comprenant le quartier du Grand Mirail, le maire a remporté la mise dans 22 bureaux de vote sur 30.

Il a également fait le plein à Lardenne et dans certains quartiers de l’hypercentre, qui n’ont pas basculé dans l’escarcelle du candidat d’Archipel Citoyen. 

La différence s’est faite à l’Est

Mais c’est logiquement à l’Est de la ville, dans les quartiers de son ancienne circonscription législative (Bonhoure, Soupetard, Côte Pavé) où il œuvra de 2012 à 2014 en tant que député et où il fut également conseiller départemental, que Jean-Luc Moudenc a frôlé ou atteint à plusieurs reprises les 70% des suffrages exprimés. Et où il a gagné l’élection. 

Sur l’ensemble de la troisième circonscription où il a été député, Jean-Luc Moudenc a, en effet, rassemblé plus de 62% des suffrages.

Et c’est sur ce secteur de la Ville rose que les électeurs se sont le plus mobilisés, puisque la participation s’y est élevée à 51,26% contre 44,84% sur le reste de la ville. C’est aussi là que le nombre de procurations a été le plus important : 1682 sur 5936 au total.

C’est sur cette circonscription que l’écart entre les deux candidats a été le plus important en nombre de voix : 5 796 bulletins supplémentaires en faveur de Jean-Luc Moudenc, par rapport à Antoine Maurice.

Au final, sur l’ensemble de la ville, les deux candidats ont été séparés de 4 262 voix.

La carte de la participation lors du second tour des élections municipales de 2020 à Toulouse.
La carte de la participation lors du second tour des élections municipales de 2020 à Toulouse. (©Ville de Toulouse)

Pourquoi cette ville en deux blocs ?

Quelles sont les raisons de ce hiatus entre la Toulouse des quartiers périphériques et celle du centre-ville ? En pleine soirée électorale, les réseaux sociaux y ont vu la confrontation entre les quartiers bien desservis en transports en commun qui auraient votés pour la liste d’Antoine Maurice et ceux dont les habitants vivent dans des quartiers moins bien desservis et qui eux auraient votés Jean-Luc Moudenc. Les quartiers ayant voté majoritairement pour Antoine Maurice se situant souvent le long des deux lignes de métro et du tramway.

Possible, mais insuffisant pour expliquer la carte électorale de la ville pour ces Municipales. D’autres critères sont forcément entrés en compte. Notamment celui de la sociologie des quartiers et de l’âge des électeurs, qui peut varier d’un secteur à l’autre.

Les pavillons ont voté Moudenc

La politique menée dans les quartiers par le maire sortant a aussi eu une influence sur le vote. En 2014, Jean-Luc Moudenc et son équipe avaient largement insisté sur les quartiers pendant la campagne. Pendant six ans, le maire s’est efforcé de rendre visite une fois par mois à un quartier différent. Et il a toujours insisté sur son action dans les quartiers, notamment sur l’aménagement de cœurs de quartier.

Sur l’urbanisme, un sujet toujours très sensible à Toulouse, notamment dans les nombreux quartiers pavillonnaires que compte la ville, Jean-Luc Moudenc a su rétablir une situation mal engagée. Alors qu’il avait promis un « urbanisme apaisé », les permis de construire ont continué à être délivré à un rythme élevé pendant cinq ans, en vertu des règles d’urbanisme datant du précédent mandat. Une politique qui avait suscité de vives crispations dans plusieurs quartiers comme Montaudran ou Saint-Simon.

La modification des règles d’urbanisme en 2019, avec l’instauration du nouveau Plan local d’urbanisme intercommunal (PLUIH), a sans doute permis d’apaiser les riverains, avec une réduction certaine du nombre de permis de construire délivrés. Au final, la fronde n’a pas eu lieu et ces quartiers ont reconduit Jean-Luc Moudenc.

La même carte qu’aux municipales de 2014

Alors qu’en six ans, Toulouse a changé et que de nouveaux habitants se sont installés, la carte du vote au second tour des municipales de 2020 retrouve quasiment les lignes directrices… du second tour de 2014.

Sur la carte de 2014, on trouvait en effet la même division territoriale entre le centre-ville qui avait majoritairement voté pour Pierre Cohen, alors qu’une vague bleue avait déjà emporté les quartiers les plus excentrés comme Lardenne, Côte Pavée, Terrasse, Ormeau, Sept-Deniers, Lalande, Montaudran… 

Le bulletin Antoine Maurice a donc épousé le vote à gauche de 2014 : Arnaud-Bernard, les quartiers autour de la gare Matabiau comme Bonnefoy, mais aussi les Minimes et la plupart des quartiers situés rive gauche et à l’intérieur. 

Contrairement a Pierre Cohen, dont le vote s’était étiolé entre 2008 et 2014, Jean-Luc Moudenc a su conserver sa base électorale. Une grande difficulté pour n’importe quel sortant face à des électeurs de plus en plus volatils. 

DOCUMENT. Ci-dessous, la carte du vote au second tour des Municipales 2014 :

La carte électorale du second tour des municipales à Toulouse en 2014.
La carte électorale du second tour des municipales à Toulouse en 2014. (©Makina Corpus)

Leave a Reply