Carte du déconfinement : des départements classés «rouges» dénoncent une erreur – Le Figaro

Spread the love

La carte de synthèse en vue du déconfinement dévoilée par Olivier Véran, ce jeudi, ne fait pas consensus. S’appuyant sur le nombre de nouveaux cas dans la population, la tension sur les capacités hospitalières régionales en réanimation et l’état de préparation du système local de tests et de détection des cas contacts, elle classe les départements selon trois couleurs : vert, orange ou rouge. Mais certains départements n’approuvent pas celle qui leur a été attribuée.

C’est notamment le cas de la Haute-Corse. La carte «laisse les Corses plus que perplexes. Nous attendons des explications», a dénoncé sur Twitter le président nationaliste de l’exécutif de l’île, Gilles Simeoni. Une réclamation confortée par l’Agence régionale de santé de Corse qui a reconnu dans la foulée un doute sur le classement du département en rouge. La Corse-du-Sud, elle, est en vert sur cette carte mais en rouge sur celle présentant la tension hospitalière sur les capacités de réanimation.

«Les modalités du codage par le centre hospitalier de Bastia entrainent une surestimation du nombre de passages aux urgences pour Covid», a expliqué l’ARS. «Cet indicateur est en décalage avec le nombre de cas testés positifs», a-t-elle ajouté, promettant «une fiabilisation et une correction des données (…) au plus vite».

«C’est inexplicable»

Ce ne serait pas la seule erreur constatée, à en croire le député du Cher, François Cormier-Bouligeon qui assure que son département a été placé en rouge «par erreur». «Après échange avec Monsieur le Préfet et l’ARS, nous avons demandé une rectification rapide», a-t-il déclaré, sur Twitter.

Dans le Lot, seul département du sud de la France métropolitaine à avoir écopé de la couleur rouge, c’est l’incompréhension également. Selon les critères employés pour réaliser la carte, il souffrirait d’une circulation active du virus ainsi que d’une forte tension hospitalière sur les capacités en réanimation. Ce que conteste le maire de Cahors, Jean-Marc Vayssouze. «Une heure avant sa divulgation je me suis entretenu avec le directeur de notre centre hospitalier qui me confirmait que nous n’avions jamais eu si peu de cas en réanimation, avec une seule personne prise en charge, ce soir. Alors ce zonage reste inexplicable», a-t-il déclaré au quotidien régional La Dépêche du Midi . C’est «une catastrophe. Imaginez les conséquences pour nous en termes de tourisme et de déconfinement. Et l’état d’esprit des parents d’élèves et des enseignants, ce soir, alors que nous préparons la rentrée le 12 mai», s’est-il indigné. Le président du département Serge Rigal, est tout aussi surpris : «Depuis 15 jours, la situation est stable et maîtrisée ; il n’y a pas de nouveaux cas. Non, là franchement, il faut que l’on m’explique», a-t-il fustigé.

Lors de son allocution, ce vendredi, Olivier Véran a toutefois insisté sur le caractère «provisoire» des cartes dévoilées, l’objectif étant d’assurer un suivi local de levée des mesures de prévention face au Covid-19 à partir du 11 mai. Cette carte «n’est en aucun cas une projection de la situation au 11 mai» et «ne change rien au confinement qui a cours dans notre pays, ce sont les données à ce soir», a-t-il expliqué.

Leave a Reply