Carte du déconfinement : départements rouges ou verts, le point sur la classification – Linternaute.com

Spread the love

Carte du déconfinement : départements rouges ou verts, le point sur la classification CARTE CORONAVIRUS. Le ministère de la Santé a publié la troisième version de la carte du déconfinement dans le cadre du déconfinement le 11 mai prochain. Départements rouges et verts, méthodologie, critères sanitaires déterminants… Le point sur les dernières infos.

L’essentiel

  • Une nouvelle carte du déconfinement. Le ministère de la santé a présenté, ce samedi 2 mai, la carte de déconfinement classant les départements en fonction de leur situation sanitaire. 
  • Le dispositif actuel consiste en deux cartes fusionnées dans une troisième carte de synthèse. La première carte correspond à la dynamique de l’épidémie et classe les départements selon la part de suspicions de coronavirus dans le total des visites quotidiennes aux urgences. La seconde donne un aperçu des tensions dans les services de réanimation en calculant le ratio de patients en réanimation sur le nombre de lits disponibles.
  • Chaque carte classe les départements en rouge, orange et vert selon que le département est dans une phase critique de l’épidémie, sous tension ou dans une situation plus favorable. Vendredi 1er mai, la nouvelle carte qui fait la synthèse des deux indicateurs comportait 32 départements rouges (contre 35 jeudi), 28 orange (contre 30) et 41 verts (contre 36), a précisé la Direction générale de la Santé.
  • Des erreurs ont été corrigées pour neuf départements. Les premières cartes présentées jeudi contenaient des erreurs de comptage dans la remontée des données. Le département de l’Aisne est passé du rouge au orange, celui du Calvados du orange au vert, le Cher du rouge au vert, la Dordogne du orange au vert, le Lot du rouge au vert, la Nièvre du rouge au vert, l’Oise du vert à l’orange, le Tarn du orange au vert et la Haute Corse du rouge au vert.
  • La tension hospitalière le critère le plus important ? “Les départements appartenant à une région où les tensions dans l’offre de soins, et notamment en réanimation, restent importantes sont aujourd’hui classés en rouge. Car ce critère est fondamental, puisque le confinement ne peut se faire dans des bonnes conditions que si le système de santé, et tout particulièrement les professionnels de santé, sont capables de faire fonctionner les services dans des conditions proches de la normale” a expliqué Jérôme Salomon ce vendredi 1er mai.
  • La troisième carte dévoilée rapidement avec un troisième critère. Jérôme Salomon l’affirme, la France sera bientôt “bicolore” avec le dernier critère sur les tests. Ce dernier devrait être dévoilé la semaine prochaine. “Tous les laboratoires sont en train de se mobiliser, tous les départements sont en train de renforcer leurs capacités, Notre objectif est d’avoir les données de capacité, non seulement de tests mais aussi de traçage des cas contacts, afin de démontrer aux autorités politiques notre capacité d’assurer la sécurité des Français à partir du 11 mai” explique le Directeur général de la santé.
  • Voici la carte de synthèse du déconfinement par département du ministère de la Santé :

En direct

20:49 – La carte de déconfinement sur le critère de la tension hospitalière en capacités de réanimation

FIN DU DIRECT. En se basant sur la tension hospitalière en capacités de réanimation comme seul critère, ci-dessous la carte du déconfinement publiée ce samedi 2 mai : 

20:38 – La carte de déconfinement sur le critère de la circulation du coronavirus

En se basant sur la circulation du virus comme seul critère, ci-dessous la carte du déconfinement publiée ce samedi 2 mai : 

20:31 – La troisième version de la carte de déconfinement a été dévoilée

D’après la synthèse des deux indicateurs, circulation du virus et tension hospitalière, ci-dessous la carte du déconfinement publiée ce samedi 2 mai : 

20:14 – Rappel des modalités prévues par la carte de déconfinement

À partir du 7 mai, la carte provisoire de déconfinement sera actualisée quotidiennement avec les données de Santé publique France. Trois critères servent à établir la classification des départements : taux de circulation du virus, capacités hospitalières en réanimation, capacité locale de tests de détection des porteurs du virus. Si un seul de ces critères n’est pas validé, le département restera en rouge.

19:58 – Pourquoi la dernière carte provisoire de déconfinement est-elle critiquée ? (2/2)

Plusieurs scientifiques ont dénoncé les critères sur lesquels la carte provisoire du déconfinement se fonde. Celle-ci fait fi de nombreux critères listés par l’OMS, le Conseil scientifique et l’Académie de médecine, notamment la capacité des systèmes de santé locaux à isoler, traiter et retracer chaque contact mais aussi, le contrôle des risques d’importation. 

19:38 – Pourquoi la deuxième carte provisoire de déconfinement est-elle critiquée ? (1/2)

De nombreuses critiques s’étaient soulevées depuis l’annonce de la deuxième carte provisoire de confinement. Celle-ci n’était pas fondée sur trois critères comme l’avait indiqué mardi le Premier ministre : taux de cas nouveaux dans la population sur une période de sept jours, niveau de tension sur les capacités hospitalières régionales en réanimation, et niveau de préparation du système local de tests et de détection des cas contacts. Seules la circulation active du virus (calculées avec le nombre de passages aux urgences) et les capacités en réanimation des départements avaient été retenues. “C’est un mauvais critère car il y a assez peu de passage aux urgences, les gens craignent d’y aller”, expliquait Jean-Paul Hamon, président Fédération des médecins de France sur franceinfo. 

19:18 – Les passages aux urgences pour suspicion de coronavirus est-il un critère fiable ?

D’après une enquête du Parisien, les passages aux urgences pour suspicion de coronavirus ne seraient pas un critère complètement fiable pour concevoir et mettre à jour la carte de déconfinement. Pour rappel, le ministère de la Santé établit sa carte de surveillance sanitaire à partir du nombre de passages aux urgences pour suspicion de contamination, à défaut de pouvoir obtenir des résultats de tests sur tout le territoire.

18:55 – “Ce dispositif n’est pas encore arrêté”, déclare Castaner

Dans quelles mesures pourrons-nous nous déplacer entre départements de différentes couleurs ? La règle reste la même : à partir du 11 mai, au-delà de 100km de son domicile, une attestation devra être présentée en cas de contrôle des forces de l’ordre. Toutefois, le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a rappelé, ce samedi 2 mai, que pour le moment, ce dispositif “n’est pas encore arrêté”. 

18:14 – Sur quels critères sanitaires se fonde la carte du déconfinement ?

Dans le cadre du déconfinement, la carte du classement des départements français en fonction de la situation sanitaire locale, annoncée par les autorités le 30 avril 2020, se fonde sur 2 indicateurs :

  • la circulation active du virus, basée sur la proportion de passages aux urgences pour une suspicion de COVID-19, et
  • la tension hospitalière sur les capacités en réanimation, basée sur les taux d’occupation des lits de réanimation par des patients atteints de coronavirus, par rapport à la capacité initiale avant l’épidémie.

Vous pouvez retrouver le statut de chaque département (vert / orange / rouge) est publié sur le site www.data.gouv.fr.

17:45 – Du changement dans les cartes de ce soir ?

Alors que plusieurs ajustements ont été dévoilés vendredi après les couacs de jeudi notamment pour le Lot, le Cher ou encore la Haute-Corse, il pourrait y avoir de nouveaux changements ce soir, notamment sur les départements qui se retrouvent en orange et qui contestent cette couleur comme en Mayenne. Il pourrait y avoir également la fameuse troisième carte sur la capacité des départements à réaliser des tests. À titre d’information, Jérôme Salomon ne sera pas présent pour son point presse, un communiqué, notamment sur le compte twitter, devrait dévoiler cette toute nouvelle carte. À suivre également sur notre live.

17:18 – Un département dans le vert, cela veut dire quoi ?

Et bien concrètement, pas grand chose ! Pour le moment, et jusqu’au 7 mai, les cartes sont informatives et ne seront pas prises en compte, surtout que le critère sur les tests n’est pas encore pris en compte. Mais, si votre département est en vert le 7 mai, le déconfinement sera légèrement moins contraignant pour les écoles. En effet, le département pourra envisager la réouverture des crèches et des écoles primaires, puis, dans un second temps, celle des collèges. Les parcs et jardins pourront aussi rouvrir. Pour le reste, le déconfinement se déroulera de la même façon dans toute la France. “Il ne faut pas que les Français qui vivent dans un département en vert considèrent qu’ils pourraient sortir ou prendre des risques” a également rappelé le ministre de la Santé.

16:58 – “Il faut un système plus décentralisé et connecté au terrain”, estime François Sauvadet

François Sauvadet, président UDI du conseil départemental de la Côte-d’Or, “pressentait” que son département serait classé rouge sur la carte de déconfinement présentée par le gouvernement. Des erreurs ont déjà été reconnues par l’Agence régionale de santé pour le Lot, le Cher et la Haute-Corse. “S’il y a des bugs sur les classements, c’est parce que le système reste trop centralisé”, a-t-il estimé ce vendredi 1er mai sur franceinfo. “Il faut un système plus décentralisé et connecté au terrain”, a-t-il ajouté.

16:38 – Pourquoi des départements sont en orange ?

Le Premier ministre, lors de l’annonce de cette nouvelle carte qui déterminera le déconfinement le 11 mai, a annoncé que deux couleurs seraient présentes, le vert et le rouge. Mais ce jeudi, et ce vendredi, samedi, dimanche etc… Il y aura un troisième code couleur, le orange. Cette couleur est très importante car pour le moment cela veut tout simplement dire que ces départements peuvent basculer d’un côté comme de l’autre d’ici le 7 mai et qu’il y a pour le moment une véritable incertitude.

16:17 – Quels sont les départements qui ont changé de couleur ?

Avec la nouvelle carte de déconfinement, des départements on changé de couleur, à cause notamment des nombreuses erreurs lors de la publication de la première. 32 départements sont désormais en rouge, trois ont basculé dans le vert, il s’agit du Lot, du Cher et de la Haute-Corse. 28 départements sont en orange contre 30 vendredi et enfin 41 deviennent vert alors que 36 avaient cette couleur vendredi.

15:50 – Un critère “artificiel” selon des députés de la Mayenne

Les cartes publiées ne font pas que des heureux… Pour des députés de la Mayenne (le département est en orange), les critères sont “fantaisistes”. “Il s’appuie sur le pourcentage de personnes qui vont aux urgences pour des suspicions de covid-19 : sauf qu’en Mayenne, on a passé depuis longtemps le message qu’il ne faut pas aller aux urgences pour n’importe quoi, et donc on a de très faibles passages dans ce service” explique Olivier Richefou.

LIRE PLUS

En savoir plus

La Direction générale de la santé et Santé publique France ont établi “trois ensembles de critères permettant d’identifier les départements où le confinement doit prendre une forme plus stricte”, a précisé le Premier ministre Edouard Philippe en annonçant la mise en place de la carte de déconfinement le 28 avril, devant les députés. Les conditions d’un maintient d’un confinement rigide sont les suivantes :

  • “soit que le taux de cas dans la population sur une période de sept jours reste élevé,
  • soit que les capacités hospitalières régionales en réanimation restent tendues,
  • soit que le système local de tests et de détection des chaînes de contamination ne soit pas suffisamment prêt.”

“Ces trois indicateurs nous permettent de savoir si dans un département, le virus circule beaucoup ou peu et si nous sommes en mesures de circonscrire son évolution”, a précisé le ministre de la Santé Olivier Véran mercredi 29 avril, lors d’une séance de questions au gouvernement organisée à l’Assemblée nationale sur le plan proposé.

Ce vendredi 1er mai, seuls les deux premiers critères ont été pris en compte : les estimations de la circulation active du virus et la tension hospitalière sur les capacité en réanimation. Ils ont fait l’objet de deux cartes initiales, fusionnées dans la carte de synthèse présentée en haut de notre article.

Cette carte “est le reflet de l’activité virale sur le territoire national”, indique Olivier Véran. “C’est un indicateur qui permet d’estimer la fréquence de circulation du virus département par département. Nous nous sommes appuyés sur un indicateur connu et maîtrisé : la part des patients qui s’adressent aux urgences pour une suspicion de coronavirus”, a détaillé le ministre. Les départements en rouge sont ceux des dans lesquels les suspicions de coronavirus sont supérieures à 10% des cas reçus aux urgences. Dans les départements en orange, on est entre 6 et 10%. Enfin, les départements verts présentent un nombre de cas de suspicion inférieurs à 6%.”

Cette carte permet d’observer le niveau de saturation des services de réanimation. Il s’agit de constater le pourcentage de lits de réanimation occupés dans chaque département. Ainsi, ceux placés en rouge, et qui se trouvent tous dans un gros quart nord-est du pays, ont plus de 80% de leurs lits de réanimation occupés. Dans les départements coloriés en orange, qui se trouvent, eux, plutôt dans le quart sud-est de l’Hexagone, en plus de Mayotte, les lits de réanimation affichent un taux d’occupation compris entre 60 et 80%. Enfin, dans les départements verts, le taux d’occupation de ces lits qui accueillent les malades les plus graves est en-dessous de 60%.

Les données actuelles permettent d’avoir une bonne vision de la propagation du coronavirus sur le territoire français. Voici une carte réalisée par Esri France avec des indicateurs de la maladie par département, mise à jour quotidiennement. Ces indicateurs sont différents de ceux pris en compte par le gouvernement pour établir sa carte.

Quelles seront donc les différences, le 11 mai, entre les départements rouges, où le virus circule encore dangereusement, et les départements verts, où il semble moins fort ? “Il y a un certain nombre d’obligations, une majorité d’obligations qui seront communes aux départements verts et aux départements rouges”, a insisté mercredi 29 avril Edouard Philippe, devant les parlementaires. Concrètement, les mesures de distanciation sociale, la non-réouverture des cafés, des restaurants et des grands centres commerciaux au moins jusqu’au 2 juin concerneront bien tous les départements. Sur LCI le 30 avril au soir, le ministre de la Santé Olivier Véran a admis que beaucoup de mesures seront communes aux deux types de départements (mêmes gestes barrières, mêmes règles de distanciation sociale ou de port du masque, même logique de réouverture des commerces…). “Mais il ne faut pas perdre de vue que si vous êtes dans un département qui est rouge au moment de la levée du confinement, si on a des alertes sur l’apparition de clusters […] on sait que l’on peut être amené plus facilement à peut-être prendre des mesures de fermeture ou des mesures de restriction supplémentaires”, a ajouté le ministre.

Les départements rouges seraient donc d’abord “des départements qui sont sous surveillance vraiment encore plus étroite que le reste du territoire”, a résumé Olivier Véran. Des précisions seront rapidement apportés sur les seuils et sur les mesures coercitives qui s’appliqueront spécifiquement dans les départements “rouges”. Mais on sait d’ores et déjà que les collèges ouvriront le 18 mai uniquement dans les départements “où la circulation du virus est très faible”, c’est-à-dire dans les départements “verts”. Le Premier ministre a également indiqué que dans les départements “rouges”, les élus locaux et les préfectures devront “trouver le bon rythme d’ouverture des écoles”. Par ailleurs, l’ouverture des parcs et jardins ne sera pas possible dans les départements “rouges”.

Les tractations qui ont débuté cette semaine à Matignon avec les acteurs de terrain du déconfinement ont convaincu le gouvernement de ne pas créer de catégories dures : la souplesse pourrait être de mise, y compris à l’intérieur d’un département rouge ou vert. Lors de son discours devant les députés mardi après-midi, le Premier ministre avait déjà laissé entendre qu’il voulait laisser certaines libertés aux élus de terrain pour appliquer son plan de déconfinement. Il l’a redit aux principaux intéressés hier, qu’il recevait à Matignon. Un maire pourrait donc par exemple s’opposer à la réouverture d’une école dans sa commune s’il n’avait pas toutes les garanties sanitaires nécessaires, et ce que le département soir en vert ou en rouge.

La souplesse sera aussi de mise sur les déplacements entre départements. Pour le ministre de la Santé, interrogé hier sur France Info, “il faudra s’abstenir autant que possible de transiter d’un département “rouge” à un département “vert” pour éviter de transporter le virus dans des zones moins touchées”. Mais le ministre assure que ces déplacements ne seront pas formellement interdits et dépendront surtout de la responsabilité de chacun. “Si vous habitez dans une zone de circulation active du virus, vous n’avez pas vocation à vous déplacer dans des zones dans lesquelles le virus ne circule pas puisque, par définition, c’est là que vous prenez le risque de faire diffuser le virus plus largement”, a-t-il déclaré.

Le gouvernement considère que la période du 11 mai au 1er juin est une première étape du déconfinement. Une réévaluation de la situation sera faite fin mai pour établir s’il est possible d’entrer dans une nouvelle phase du déconfinement à partir du 2 juin. De nouvelles mesures seront alors ajoutées au plan actuel. Tout savoir sur le plan de déconfinement en France.

Pour les personnes situées dans les départements “verts”, les nouvelles règles de déconfinement devraient permettre de circuler plus librement, dans la limite de 100 km autour de son domicile. Pour se rendre compte de l’étendue de la zone qui pourrait vous être accessible à partir du 11 mai, vous avez plusieurs possibilités : si vous avez une destination en tête, vous pouvez utiliser Google Map et entrer le trajet, la plateforme calcule elle-même le nombre de kilomètres. Vous pouvez aussi vous rendre sur le site “Carte-sortie-confinement.fr“, qui permet de faire apparaître rapidement un cercle de 100 km de rayon depuis votre adresse. Il existe aussi des applications disponibles sur Google Play et Apple Store, notamment “Rayon : distance et moi”.

Leave a Reply