Carburants : la grève reconduite chez TotalEnergies pour l’ensemble des sites dans le mouvement et chez Esso-ExxonMobil en Normandie – Le Monde

Devant le site de la raffinerie Esso-ExxonMobil à Port-Jérôme-sur-Seine, le 11 octobre 2022.

La journée de mercredi 12 octobre s’annonce décisive alors que la grève a été reconduite chez TotalEnergies pour l’ensemble des sites dans le mouvement ainsi que chez Esso-ExxonMobil en Normandie, malgré la menace brandie la veille par la première ministre, Elisabeth Borne, de réquisitionner les personnels nécessaires pour débloquer les dépôts Esso-ExxonMobil, et, potentiellement, TotalEnergies. Six raffineries sont donc en grève : les quatre de TotalEnergies et les deux d’Esso-ExxonMobil ; seule celle de Lavéra (groupe Petroineos) n’est pas bloquée.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Elisabeth Borne choisit finalement la fermeté pour mettre un terme à la crise des carburants

La raffinerie TotalEnergies de Normandie Gonfreville-L’Orcher, près du Havre, le dépôt de carburant des Flandres, près de Dunkerque, la « bioraffinerie » de la Mède (Bouches-du-Rhône) et la raffinerie de Feyzin ont voté la reconduction « et la raffinerie de Donges (Loire-Atlantique) est entrée dans le mouvement » comme annoncé la veille, a déclaré à l’Agence France-Presse (AFP) Eric Sellini, coordinateur CGT pour le groupe.

A la raffinerie Esso-ExxonMobil de Port-Jérôme (Seine-Maritime), une cinquantaine de salariés grévistes ont voté à l’unanimité, mercredi matin à main levée, la poursuite de la grève, au pied de l’usine, où des palettes brûlent et sans présence policière alentour, selon un journaliste de l’AFP sur place.

« Vous êtes tous ciblés, le gouvernement veut nous obliger à venir travailler, on va se battre contre ça, c’est clairement une remise en cause du droit de grève. On est attaqué de façon frontale sur notre droit de grève », a déclaré devant les grévistes Christophe Aubert, délégué syndical central CGT d’Esso-ExxonMobil, rappelant qu’ils allaient « attaquer » leur « 23jour de grève ». « Un mouvement historique », s’est-il félicité.

Lire aussi : La carte des prix des carburants et des pénuries en temps réel dans toutes les stations-service de France

« Les décrets sont prêts »

Dans la soirée de lundi, à l’issue d’une réunion de crise à Matignon entre Elisabeth Borne et les ministres concernés, Agnès Pannier-Runacher (transition énergétique), Gérald Darmanin (intérieur) et Clément Beaune (transports), accompagnés d’Olivier Véran, porte-parole, le gouvernement avait évoqué l’idée de recourir aux réquisitions.

En dépit de la pression de certains ministres et d’une partie de l’opposition critiquant la désorganisation du gouvernement, la première ministre avait alors temporisé. « Le gouvernement n’a pas eu la main qui tremble. Mais on a laissé une chance au dialogue social, aussi pour expliquer aux Français d’où venaient les blocages », assure M. Beaune.

Dans les faits, les réquisitions ne sont, pour l’heure, pas effectives. Le ministère de la transition énergétique assurait mardi soir que la réquisition ne serait appliquée que si la reprise du travail n’est pas confirmée mercredi. « On suit la situation heure par heure », explique-t-on du côté de Mme Pannier-Runacher.

Lire le décryptage : Pénurie de carburant : la réquisition de salariés s’oppose-t-elle au droit de grève ?

Une réunion de concertation a également été programmée par la direction de TotalEnergies dans l’après-midi de mercredi, à laquelle était conviée la CGT, à condition que le syndicat lève les « blocages », précise le groupe dans un communiqué. Un préalable, pour l’heure, inacceptable aux yeux de la CGT.

Le gouvernement rappelle que « les décrets sont prêts », mais ne dégaine toujours pas. Le dispositif, qui suppose de faire intervenir policiers et gendarmes pour notifier les personnes requises en se rendant à leur domicile, fait office d’ultime recours.

Lire aussi : Pénurie de carburants : « Si je ne peux pas aller au travail, mon contrat sera rompu pour abandon de poste »

Le Monde avec AFP

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *