Canada. Une fusillade fait plus de dix morts, dont un policier – Ouest-France

Spread the love

Un homme a fait usage de son arme à feu ce dimanche. Plus de dix personnes sont décédées, dont un policier et l’auteur des tirs. Celui-ci avait été arrêté plus tôt dans la journée après une course-poursuite.

Un officier de la Gendarmerie royale à Portapique, Canada, le 19 avril 2020. | JOHN MORRIS / REUTERS

  • Un officier de la Gendarmerie royale à Portapique, Canada, le 19 avril 2020.
    Un officier de la Gendarmerie royale à Portapique, Canada, le 19 avril 2020. | JOHN MORRIS / REUTERS
Une fusillade dans la province canadienne de Nouvelle-Écosse a fait dimanche 19 avril au moins dix morts dont un policier, durant une cavale meurtrière de douze heures, indiquent des médias nationaux.

L’auteur présumé de la tuerie, Gabriel Wortman âgé de 51 ans, fait aussi partie des morts et aurait été abattu dans une station-servie, indique de son côté la chaîne de télévision canadienne CBC.

La police canadienne avait arrêté Gabriel Wortman plus tôt dans la journée après une course-poursuite. La Gendarmerie royale du Canada a déclaré que des tirs avaient eu lieu dans la petite ville côtière atlantique de Portapique, à environ 130 km au nord de la ville de Halifax, la capitale de la province de Nouvelle-Écosse.

« Je ne peux pas vous donner le détail ce soir mais il y a plus de 10 morts », a indiqué un porte-parole de la police fédérale de Dartsmouth lors d’une conférence de presse. Les motivations de l’auteur de la tuerie, âgé de 51 ans, n’ont pas été précisées.

Un acte de violence « insensé »

Il s’agit de l’un des actes de violence les plus insensés de l’histoire de notre province, a déclaré le Premier ministre de la province de Nouvelle-Ecosse Stephen McNeil à la presse sans donner de détails. S’adressant à des journalistes à Ottawa, le Premier ministre Justin Trudeau a déploré ce qu’il a appelé une situation terrible.

Une résidente locale a déclaré avoir rencontré deux véhicules de police en flammes alors qu’elle conduisait dimanche matin. Il y avait un officier que nous avons pu voir sur place, puis tout d’un coup, il s’est précipité vers l’un des véhicules en feu, a déclaré Darcy Sack à la chaîne canadienne CBC.

Nous avons entendu des coups de feu, a-t-elle déclaré, ajoutant qu’un policier semblait avoir été blessé. Les habitants de Portapique ont déclaré que l’incident avait commencé tard dans la soirée de samedi lorsque la police a exhorté les habitants à rester confinés.

Les fusillades rares au Canada

La police a déclaré que Gabriel Wortman avait 51 ans. La police avait dans un premier temps déclaré que l’auteur des coups de feu conduisait ce qui semblait être une voiture de police et portait un uniforme, mais a ensuite fait savoir qu’il était au volant d’un véhicule utilitaire sport Chevrolet.

Les tirs de masse sont relativement rares au Canada, qui a des lois de contrôle des armes à feu plus strictes qu’aux États-Unis. Le pire incident de ces dernières années s’est produit en janvier 2017, lorsqu’un homme a abattu six personnes dans un centre culturel islamique au Québec. En août 2018, un homme de la province du Nouveau-Brunswick, frontalière de la Nouvelle-Écosse, a abattu quatre personnes, dont deux policiers, dans un complexe d’appartements. En juin 2014, dans la même province, un homme a abattu trois policiers.

Selon la chaîne de télévision CTV, qui cite des témoins, la

police a abattu l’auteur présumé de la tuerie dans une

station-service.

La police canadienne avait indiqué plus tôt dans la journée

avoir arrêté le tireur, Gabriel Wortman âgé de 51 ans après une

course-poursuite.

Partager cet article Un officier de la Gendarmerie royale à Portapique, Canada, le 19 avril 2020.

Canada. Une fusillade fait plus de dix morts, dont un policierOuest-France.fr

Leave a Reply