Advertisements

Brexit : « Pas sûr » d’avoir un accord avec les Britanniques d’ici à la fin de l’année, prévient Macron – 20 Minutes

Spread the love
TOPSHOT – A man waves Union flags from a BMW Isetta as he drives past Brexit supporters gathering in Parliament Square, in central London on January 31, 2020, the day that the UK formally leaves the European Union. – Britain on January 31 ends almost half a century of integration with its closest neighbours and leaves the European Union, starting a new — but still uncertain — chapter in its long history. (Photo by DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP) — AFP

C’est loin d’être terminé. Emmanuel Macron a déclaré samedi qu’il n’était « pas sûr » que les négociations entre l’ Union européenne et le Royaume-Uni aboutissent d’ici à fin 2020, alors que le  Brexit est désormais acté. « Je ne suis pas sûr qu’on aura un accord global d’ici la fin de l’année », a souligné le chef de l’Etat depuis le  Salon de l’agriculture, à Paris, lors d’une rencontre avec des pêcheurs.

« De toute façon, ça va se tendre car (les Britanniques) sont très durs, c’est une carte qu’ils ont dans leur main », a estimé le président français. « Ce qu’on a obtenu, c’est que la pêche ne soit pas sortie du mandat, mais on aura une pression » de la part des Britanniques, a-t-il ajouté.

Londres veut reprendre le contrôle des eaux poissonneuses

Le Royaume-Uni a officiellement quitté l’UE le 31 janvier, entrant dans une période de transition qui doit durer jusqu’à fin 2020. Les deux parties ont prévu dans ce laps de temps de négocier un accord de libre-échange.

Le négociateur en chef européen, Michel Barnier​, a prévenu qu’un accord sur la pêche serait « non dissociable » de l’accord de commerce qui doit être négocié. Londres a pour sa part souligné que « reprendre le contrôle » des eaux poissonneuses du Royaume-Uni était de première importance et qu’elles devraient être accessibles d’abord aux « bateaux britanniques ».

Or les pêcheurs de plusieurs États membres de l’UE sont fortement dépendants des eaux britanniques. Ces dernières représentent notamment 30 % du chiffre d’affaires des pêcheurs français.

4 partages
Advertisements

Leave a Reply