Brexit: le Royaume-Uni va envoyer des navires de guerre protéger ses zones de pêche en cas de “no deal” – BFMTV

Spread the love

Selon les informations du Guardian, confirmées depuis par Londres, quatre patrouilleurs de la Royal Navy se tiennent prêts à être déployés dès le 1er janvier dans les eaux très poissonneuses britanniques pour surveiller d’éventuelles intrusions de bateaux européens, et notamment français.

L’insoluble conflit autour de la pêche, qui pourrait bien mettre un terme aux chances de trouver un accord sur le Brexit, prend des allures guerrières. Selon le journal britannique The Guardian, quatre patrouilleurs de la Royal Navy pourraient être déployés pour surveiller la zone économique exclusive (ZEE) du Royaume-Uni, en cas de “no deal” entre Londres et l’Union européenne. Une information confirmée par le ministère de la Défense britannique soulignant que “des préparatifs” avaient été menés “pour s’assurer que la défense soit prête à divers scénarios à la fin de la période de transition”.

Selon le quotidien britannique, ils pourront intercepter, inspecter, voire saisir les prises des bateaux étrangers surpris dans ces eaux exclusives qui peut s’étendre jusqu’à 200 milles marins des côtes (370 km). Concrètement, deux navires (de 80 mètres de long) iront patrouiller en mer tandis que deux autres se tiendront prêts à intervenir en cas de besoin.

Cette mesure était discrètement prévue depuis plusieurs mois, affirme le Guardian. Selon les sources interrogées par nos confrères, il n’est en revanche pas question d’utiliser les mitrailleuses pour arraisonner ou chasser des bateaux de pêche.

“Personne ne tirera de coups de semonce contre les pêcheurs français” assure un responsable au journal.

Eaux poissonneuses

La pêche est au cœur des tensions entre le Royaume-Uni et l’Europe. Les marins européens, et notamment français, pouvaient pêcher dans les eaux très poissonneuses de la ZEE britannique. En cas de “no deal”, ils ne seront donc plus les bienvenus.

Le Royaume-Uni a d’ailleurs une longue histoire de conflits marins autour de la pêche, y compris lors des dernières décennies. Ente 1958 et 1976, le pays a croisé le fer avec l’Islande au cours de “guerres de la morue”. Lorsque l’Islande décida d’étendre ses eaux territoriales, ce sont les marins britanniques qui se retrouvèrent privés de cabillaud. La Royal Navy envoya alors, à la fin des années 1950, une véritable petite armée pour protéger ses chalutiers. Ces différents conflits (trois au total) se terminèrent par le retrait des navires britanniques.

Thomas Leroy Journaliste BFM Business

Leave a Reply