Brexit : le Parti unioniste irlandais bloque les dernières propositions de Boris Johnson – Les Échos

Spread the love

Coup dur pour Boris Johnson à quelques heures du Conseil européen de la dernière chance. Le Parti unioniste démocrate (DUP), modeste formation nord-irlandaise dont l’appui permet au gouvernement britannique de disposer d’une majorité à la Chambre des communes, a annoncé, ce jeudi matin, qu’il n’était pas possible pour lui de soutenir les dernières propositions de Boris Johnson sur le Brexit.

« En l’état, nous ne pouvons pas soutenir ce qui est suggéré concernant les questions de douane et de consentement. Il y a également un manque de clarté sur la TVA », ont déclaré dans un communiqué  Arlene Foster , la présidente du parti, et Nigel Dodds, le chef du groupe parlementaire à Westminster. Avant d’ajouter : « Nous continuerons à travailler avec le gouvernement pour tenter de parvenir à un accord raisonnable qui fonctionne pour l’Irlande du Nord et protège l’intégrité économique et constitutionnelle du Royaume-Uni. »

Coup dur

C’est un vrai coup dur pour Londres. D’autant que mercredi soir, l’optimisme était palpable à Bruxelles sur les chances de conclure un accord de divorce avant le Conseil européen qui s’ouvre ce jeudi. Européens et Britanniques ont, une nouvelle fois, négocié sans relâche depuis le week-end pour tenter de parvenir à un accord de retrait susceptible d’être validé par le Conseil européen.

Dans l’après-midi de mercredi, Donald Tusk avait donné le signal le plus encourageant : « Les bases d’un accord sont prêtes et, en théorie, demain nous pourrions approuver cet accord avec la Grande-Bretagne. » L’avaient suivi, dans la soirée, Emmanuel Macron et Angela Merkel, tous deux à Toulouse, qui avaient affirmé ensemble être « dans les derniers mètres de négociations ».

Aux membres de son gouvernement, Boris Johnson avait, de son côté, tenu des propos plus prudents, affirmant croire un accord possible mais reconnaissant que des problèmes importants restaient à surmonter. Parmi eux, justement : la question douanière et la TVA. Depuis deux jours, le Premier ministre bataillait avec les Parlementaires britanniques pour obtenir leur accord. Les plus durs à convaincre, les membres du DUP, ont finalement dit « no ».

Un accord ce soir à Bruxelles est-il définitivement exclu ? Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a parlé jeudi matin à Boris Johnson pour tenter de lever les derniers obstacles à un accord, a fait savoir la Commission. « Avant le sommet, chaque heure, chaque minute compte. Nous voulons un accord », a tweeté la porte-parole de la Commission Mina Andreeva.

Bonus : les podcasts de la rédaction sur le Brexit

Leave a Reply