Bouygues Telecom Entreprise met sur pied OnCloud, sa division cloud

Spread the love

Bouygues Telecom Entreprise met sur pied OnCloud, sa division cloud

Dès 2019 se posait la question. Qu’allait donc bien pouvoir faire Bouygues Télécom Entreprises des acquisitions de Keyyo (10000 clients à l’époque) et de Nerim ?

“L’achat de Keyyo et de Nerim reflétait à cette époque de notre volonté de se renforcer sur la partie PME” explique François Treuil, Directeur du B2B chez Bouygues Telecom. “Sur la partie PME, nous facturions avec Bouygues Telecom seulement une entreprise sur dix, pour un tiers des ETI. Donc nous étions dans une logique de conquête de part de marché”.

Depuis, la stratégie à changé. “Nous avons fusionné la partie telco de Nerim, c’est à dire principalement sa base client, avec Keyyo au 1 avril dernier. L’idée c’est d’aller chercher de la TPE et de la PME”.

publicité

Compléter le cœur de métier de l’opérateur B2B en poussant des offres de cloud computing

“Côté Nerim, la véritable pépite de l’entreprise, c’est la partie cloud. Nerim l’avait peu développé. Nous l’avons extraite de Nerim, et nous l’avons rebaptisé Bouygues Telecom Enterprises OnCloud. La cible ce sont les grosses PME et les ETI. Elles ne sont pas adressées pour l’instant par les grandes ESN comme Atos ou Capgemini”.

Bouygues Telecom Entreprises vient donc cette semaine de présenter une nouvelle entité indépendante, Bouygues Telecom Entreprises OnCloud, spécialisée dans l’hébergement et le cloud computing, suite à ce travail sur Nerim.

L’idée ? Compléter le cœur de métier de l’opérateur B2B en poussant des offres de cloud computing. “Nous proposons des offres de IaaS et de PaaS, de cloud privé et de cloud public, avec une offre de colocation” explique François Treuil. “Nous travaillons dans deux datacenter, l’un chez Equinix, et l’autre chez nous dans un datacenter de Bouygues Telecom”.

Le pari de l’intégration avec Bouygues Télécom Entreprise

“Notre positionnement c’est que vis à vis des hyperscalers, on met en avant la partie accompagnement. Nous sommes un fournisseur de service mais sur les projets de cloud nous proposons aussi a nos clients un travail de migration et de gestion de projet” indique Pierre Amann, DG de BTE OnCloud.

“Bien sûr sur ce plan la notion de cloud de confiance est un élément central” poursuit-il. “Nous avons un chantier sur la mise en place de la norme ISO 27001, et de SecNumCloud. Ce sont les bases. En revanche par de certification HDS dans la roadmap”. Il faudra aussi que ce nouvel acteur sache se différencier des acteurs nationaux, tels Scaleway ou OBS, pour prendre des parts de marché.

Reste que la spécificité de la structure repose sur l’intégration avec Bouygues Télécom Entreprises. “Nous travaillons a apporter L’expérience la plus fluide possible pour les clients communs avec Bouygues Telecom” dit sur ce point Pierre Amann. “Chez nous un client VPN MPLS Bouygues Télécom va avoir ses infrastructures en coeur de réseau. Cela va par exemple permettre d’automatiser depuis le Wan jusqu’au Lan. Concrètement, avec la virtualisation des réseau et des infrastructures de cloud, avec le SD Wan, il y a des gisements d’optimisation a piloter”.

Acteur de IaaS et de PaaS pour les éditeurs de logiciel en mode SaaS

Par ailleurs, la nouvelle structure, indépendante, dispose de ses propres équipes d’avant-ventes, de commerciaux et d’experts. Mais le lien avec Bouygues Telecom Entreprises est assez notable sur la partie commerciale, avec en plus un niveau d’intégration très fort. OnCloud veut profiter de la dizaine d’agence Bouygues Télécom en région pour aller vers le client.

“Depuis le lancement de l’offre, nous avons pris 200 rendez-vous client. Les entreprises ont l’obligation d’aller vers le cloud, et c’est souvent concomitant avec le passage à la fibre, avec la mis en place d’un PRA. On est pas dans la logique de bundle et de tout en un, mais on répond avec l’offre Bouygues Telecom” explique François Treuil.

Côté partenaire technologique, on trouve du Cisco pour la partie réseau et Lan, et du serveur x86 HP classique “pour des raisons de compatibilité et de performance avec les instances hyperconvergées” dit Pierre Amann. “Nous sommes dans la logique de coopétiteurs avec les autres partenaires. Nous ne revendons pas d’Azure, mais du Office 365, et de la licence Windows”.

Enfin, OnCloud compte parmi ses clients des éditeurs de SaaS, comme Carl Software, qui utilisent les offres de IaaS et de SaaS pour faire fonctionner leurs logiciels SaaS.

Côté objectifs, OnCloud qui compte déjà 1500 clients, cherche “pas forcément a multiplier le nombre de clients, mais a réaliser des projets assez structurés”.

A noter qu’OnCloud est en période de fort recrutement.

Leave a Reply