Boris Johnson reconnaît avoir assisté à une fête en plein confinement et s’en excuse, l’opposition demande sa démission – Le Monde

Spread the love
Le premier ministre britannique Boris Johnson lors de la séance hebdomadaire de questions au gouvernement, mercredi 12 janvier 2022 à Londres.

Le premier ministre britannique, Boris Johnson, a présenté mercredi 12 janvier ses « excuses » devant le Parlement et reconnu avoir fait une apparition à un rassemblement dans les jardins de Downing Street en plein confinement.

M. Johnson a cependant soutenu, lors de la séance hebdomadaire de questions au gouvernement, qu’il avait alors cru « implicitement » qu’il s’agissait d’une réunion de travail. Devant les députés, il a expliqué qu’il pensait que l’événement respectait les règles sanitaires alors en vigueur, assumant la « responsabilité » des « erreurs » qui ont été commises.

Le chef de l’opposition travailliste, Keir Starmer, a réclamé la démission de M. Johnson, estimant que « sa défense, qui consiste à dire qu’il ne savait pas qu’il était à une fête », était « tellement ridicule que c’est en fait insultant pour le public britannique ». « Aura-t-il maintenant la décence de démissionner ? », a ensuite ajouté M. Starmer, accusant le dirigeant conservateur de « mentir comme un arracheur de dents ».

Pour comprendre le contexte : Article réservé à nos abonnés L’avenir de Boris Johnson compromis après de nouvelles révélations sur les fêtes pendant le confinement

Depuis fin novembre 2021, pas une semaine ne passe sans une révélation sur des fêtes qui auraient eu lieu en 2020 au 10 Downing Street, la résidence et le siège des services du premier ministre britannique, en violation des contraintes sanitaires en vigueur à l’époque.

Le 10 janvier, la chaîne ITV a publié le courriel d’invitation à une « BYOB party » (pour bring your own bottle, « apportez votre propre bouteille ») adressé à plus d’une centaine de personnes par Martin Reynolds, le secrétaire privé de M. Johnson. Cette fête a eu lieu le 20 mai 2020 dans les jardins de Downing Street. Selon de nombreuses sources – anonymes – citées par les médias britanniques, jusqu’à une quarantaine de personnes ont participé aux réjouissances, dont M. Johnson et sa future femme Carrie (avec laquelle il était fiancé à l’époque).

Or, à ce moment-là, le Royaume-Uni était confiné et les rassemblements étaient limités à seulement deux personnes. Une heure avant la « BYOB party » du 20 mai, le ministre de la culture, Oliver Dowden, expliquait en conférence de presse, depuis Downing Street, que les Britanniques devaient continuer à rester le plus possible chez eux. Dans les parcs londoniens, la police dispersait ceux qui tentaient des pique-niques, les menaçant de plusieurs centaines de livres sterling d’amende s’ils n’obtempéraient pas.

Lire aussi Boris Johnson piégé par ses contradictions sur le Brexit

Le Monde avec AFP

Leave a Reply