Bolivie: Des unités de police se mutinent contre Evo Morales dans trois villes – 20 Minutes

Spread the love
Des policiers ont refusé de réprimer des manifestants anti-Morales à Santa Cruz, en Bolivie, le 8 novembre 2019. — Juan Carlos Torrejón/EFE/SIPA

Certaines unités de police font de la résistance. Les forces de l’ordre boliviennes de Sucre (sud-est), Santa Cruz (est) et Cochabamba (centre) se sont mutinées vendredi, refusant d’obéir à leurs commandants qui ordonnaient de réprimer des manifestations de l’opposition protestant depuis trois semaines contre la réélection du président Evo Morales.

« La police de Chuquisaca soutient les camarades qui se sont mutinés à Cochabamba, Chuquisaca (dont la capitale est Sucre) se mutine aussi avec le peuple bolivien », a déclaré à une chaîne de télévision locale un policier au visage dissimulé depuis les portes du commissariat. « Nous ne pouvons pas continuer avec ce narco-gouvernement, avec cette démocratie injuste », a-t-il ajouté.

Pas d’action militaire contre les policiers dissidents

Le gouvernement bolivien a exclu vendredi soir d’ordonner une opération militaire pour maîtriser les policiers qui se sont mutinés contre le président Evo Morales dans trois des villes du pays, a annoncé le ministre de la Défense Javier Zavaleta. « Aucune opération militaire ne sera menée pour le moment, c’est totalement exclu », a déclaré Zavaleta aux journalistes.

Evo Morales ne s’est pas exprimé mais a convoqué une réunion d’urgence à la Casa Grande del Pueblo, la tour moderne et centrale où se trouve son bureau. Plusieurs ministres et le commandant en chef des forces armées, le général Williams Kaliman, participent à cette réunion, selon les chaînes de télévision locales. Le nombre d’agents de police anti-émeute et l’ampleur de ce mouvement de mutinerie ne sont pas connus précisément à l’heure actuelle.

21 partages

Leave a Reply