Avion détourné par le Bélarus: Clément Beaune dénonce “une piraterie d’Etat” – BFMTV

Spread the love

Le secrétaire d’État chargé des affaires européennes a laissé entrevoir un renforcement des sanctions à l’égard du pouvoir bélarus après le détournement d’un avion dimanche par ce dernier, dans le but d’arrêter un de ses opposants.

Dimanche, un appareil militaire du Bélarus a forcé un avion accomplissant la ligne Athènes-Vilnius pour Ryanair à atterrir à Minsk afin d’interpeller le journaliste et opposant Roman Protassevitch. “C’est une affaire sidérante et scandaleuse”, a commenté le secrétaire d’État aux Affaires européennes Clément Beaune, invité de BFMTV-RMC ce lundi.” On parle d’un avion européen, d’une compagnie européenne, entre deux capitales européennes. (…) C’est un acte de piraterie d’Etat qui ne peut rester impuni.”

Soulignant les sanctions européennes pesant sur Alexandre Loukachenko, dictateur biélorusse, notamment depuis sa dernière réélection, très contestée, en 2020, il a enchaîné: “Nous pourrions accroître ces actions à d’autres responsables, ce sera discuté ce soir à la réunion extraordinaire du Conseil européen”.

“C’est un régime aux abois”

Clément Beaune a également ouvert une piste, concernant une “interdiction de l’espace aérien biélorusse”.

“Je pense que ce serait une mesure raisonnable pour nous protéger – car on a mis en danger la vie de ressortisants européens – en dehors de cette arrestation que nous condamnons – il y avait neuf Français et beaucoup d’Européens”, a-t-il achevé, notant que cette interdiction amoindrirait les recettes du régime de Minsk.

Il a relevé que l’Union européenne comme les États-Unis avaient déjà exigé la libération de l’opposant Roman Protassevitch. “C’est un régime aux abois qui utilise ce genre de procédés”, a estimé le secrétaire d’État. “Nous continuerons à soutenir l’opposition politique, nous renforcerons les sanctions”, a-t-il promis.

Le dossier implique aussi, selon le membre du gouvernement, de poursuivre les échanges avec Moscou. “Il faut continuer la discussion avec la Russie pour trouver un dialogue politique pour que monsieur Loukachenko parte le plus vite possible, (…) et que la Biélorussie, dernière dictature d’Europe, bascule dans la démocratie”, a ainsi posé Clément Beaune.

Robin Verner

Robin Verner Journaliste BFMTV

Leave a Reply