Avec le 49.3, Emmanuel Macron met à mal sa « nouvelle méthode » de gouvernement – Le Monde

Spread the love
Emmanuel Macron quitte le conseil des ministres extraordinaire organisé le 29 février, à l’Elysée.

Emmanuel Macron quitte le conseil des ministres extraordinaire organisé le 29 février, à l’Elysée. JACQUES WITT / SIPA

Répondre à un symbole avec des symboles. C’est ainsi que les opposants à la réforme des retraites ont réagi, samedi 29 février, à la suite de l’annonce par le premier ministre Edouard Philippe de l’utilisation de l’article 49.3 de la Constitution pour faire passer sans vote le projet de loi à l’Assemblée nationale. Aussitôt, c’est une chaîne de « gilets jaunes » qui s’est formée, par exemple, devant le Mont-Saint-Michel. Ce sont des sociétaires de la Comédie-Française qui se sont produits hors les murs, place Colette, à Paris.

Eruptive, la colère a aussi pris un tour violent lorsque la permanence de M. Philippe, candidat au Havre (Seine-Maritime) pour les élections municipales de mars, ou celle de son ministre de l’action et des comptes publics, Gérald Darmanin, qui se présente à Tourcoing (Nord), ont été taguées. Celle du chef du gouvernement, en particulier, a été une cible de choix : œufs lancés, vitres brisées, tentative d’intrusion… « 49.3 Philippe prend la fièvre », était-il écrit.

Lire aussi Réforme des retraites : le gouvernement active le 49.3, deux motions de censure sont déposées

Tout ce qu’Emmanuel Macron cherchait à éviter lors de l’« acte deux » de son quinquennat, censé lui permettre d’apaiser les tensions après l’épisode des « gilets jaunes ». Une nouvelle phase qui devait être fondée sur un changement de méthode – « écoute, dialogue, proximité », disait-on à l’Elysée –, mais que le recours au 49.3 vient compromettre.

Au sein même du gouvernement, ce passage en force agace, car il vient percuter la promesse de renouveau démocratique incarnée par le chef de l’Etat lors de son élection, en 2017. « Il y a une incohérence, pointe une ministre. Nous voulons renouveler la démocratie et sur un sujet majeur comme les retraites, on fait le 49.3. Personne n’a compris ce qu’était cette réforme. Quand j’en parle autour de moi, les gens me disent :Il dit des mots qu’on ne comprend pas, ça veut dire quoi équité ?En revanche, le 49.3, dire que le gouvernement est méchant, c’est parfaitement compréhensible. »

« Crise démocratique profonde »

Du côté de la majorité, certains parlent d’« échec » voire carrément de « crise démocratique profonde ». « Le 49.3 n’est que l’aboutissement de la manière dont la réforme a été conduite, déplore Aurélien Taché, député La République en marche (LRM) du Val-d’Oise et représentant de l’aile gauche macroniste. Je considère que l’acte deux n’a pas été lancé, alors que la réforme des retraites devait être celle qui impulse la promesse de révolution démocratique. »

Leave a Reply