Avec l’acquisition de NOS Towering, Cellnex met un deuxième pied au Portugal

Spread the love
Avec l'acquisition de NOS Towering, Cellnex met un deuxième pied au Portugal

Cellnex ne s’arrête pas et entend bien s’imposer comme l’un des champions des infrastructures mobiles en Europe, et notamment au Portugal. Après avoir récemment acquis 100 % de l’opérateur de tours portugais OMTEL, valorisé à 800 millions d’euros, dont 25 % appartenait à la holding de Patrick Drahi, Altice Europe, la maison-mère de SFR, le géant espagnol a annoncé en début de semaine avoir conclu un accord avec l’opérateur mobile portugais NOS pour l’acquisition de 100% de sa branche d’infrastructures mobiles NOS Towering.

Alors que Cellnex détenait plus de 3 000 sites mobiles au Portugal après l’acquisition d’OMTEL, le géant espagnol porte avec l’acquisition de 100 % de NOS Towering son parc de sites mobiles à plus de 5 000 sites existants et prévoit d’en construire 400 supplémentaires au cours des six prochaines années.

L’accord, d’un montant 375 millions d’euros (plus 175 millions d’investissements prévus sur une période de six ans) porte en effet sur un parc de 2 000 tours de télécommunication et d’antennes de toit, situées dans des zones urbaines (40 %), suburbaines et rurales (60 %) dans l’ensemble du territoire portugais.

publicité

61 000 sites en Europe en 2027

“Dans le cadre de l’accord, Cellnex et NOS ont signé un contrat initial de 15 ans, prorogeable par périodes successives de 15 ans supplémentaires, en vertu duquel NOS continuera à utiliser les sites que Cellnex exploitera, y installant ses équipements de transmission de signaux vocaux et de données”, a fait savoir la direction du géant espagnol, dont le carnet de commandes pour les ventes futures contractées augmentera de 2 milliards d’euros pour atteindre 46 milliards d’euros.

Alors que Cellnex est aujourd’hui présent dans huit pays européens (Espagne, Italie, Pays-Bas, France, Suisse, Royaume-Uni, Irlande et Portugal), l’ogre espagnol accumule les acquisitions pour porter son parc de sites mobiles à 61 000 sites d’ici à 2027, revendiquant du même coup le titre de “premier opérateur européen d’infrastructures de télécommunications et de radiodiffusion sans fil”.

En France, l’opérateur tutoie aujourd’hui les deux autres champions du secteur, à savoir Hivory (la TowerCo d’Altice France) et TDF. S’il détient aujourd’hui 9 500 sites dans l’Hexagone, celui-ci portera son parc français à 13 750 sites d’ici à 2027, comme nous le confirmait récemment Vincent Cuvillier, le directeur général de Cellnex France.

Leave a Reply