Autotests, attestation… Les détails du nouveau protocole sanitaire dans les écoles – BFMTV

Spread the love

Trois autotests, une seule attestation sur l’honneur… Jean Castex a annoncé, lundi soir, un nouvel assouplissement du protocole sanitaire dans les écoles.

Une semaine, trois protocoles. Face à l’épidémie de Covid-19 dans les établissements scolaires et aux critiques qui se sont fait entendre de la part des parents d’élèves et des enseignants, Jean Castex, invité du JT de France 2 lundi soir, a présenté un (nouveau) nouveau protocole sanitaire. Autotests, une seule attestation sur l’honneur… BFMTV.com fait le point sur les assouplissements qui entrent en vigueur.

· Trois autotests suffisent

Depuis le 3 janvier dernier, dès qu’un cas de Covid-19 est détecté dans une classe, chaque élève de la classe devait se faire tester trois fois: un test PCR ou antigénique à J0, puis des autotests à J+2 et J+4. Désormais, un simple autotest suffit à J0. Il devra toutefois toujours être renouvelé à J+2 et J+4.

Les trois autotests seront gratuits, grâce à une attestation délivrée par l’école. Mais ils continueront à n’être distribués qu’en pharmacie. Dans la semaine, 11 millions de nouveaux kits doivent être livrés.

· Un enfant à venir chercher à la fin de journée

Autre nouveauté, les parents ne seront plus obligés de venir chercher immédiatement leur enfant dès qu’il est déclaré cas contact. Désormais, ils peuvent attendre la fin de journée et la fin des cours pour le faire.

· Une seule attestation sur l’honneur

Les parents devaient, à chaque autotest, attester sur l’honneur du résultat négatif de leur enfant. Désormais, une seule attestation sur l’honneur, certifiant que le premier autotest est négatif, sera demandée pour un retour en classe.

· Ce qui ne change pas…

Un point du protocole ne change pas: celui correspondant au dernier assouplissement en date, qui exempte de tests pendant 7 jours les élèves s’étant déjà plié au cycle complet J0/J+2/J+4 en raison de la contamination d’un autre enfant de la classe. Concrètement, cela signifie que sur une même période de 7 jours, un élève n’est pas considéré comme cas contact de chaque camarade infecté, mais uniquement du premier.

Clément Boutin avec AFP

Leave a Reply