Advertisements

Au 9e jour de grève dans les transports, les lignes de métro et les gares parisiennes saturées – Le Monde

Spread the love

Au neuvième jour de grève dans les transports, le trafic SNCF et RATP restait fortement perturbé vendredi 13 décembre.

Sur le RER A, un « accident grave de voyageur » s’est produit en gare de Lyon vendredi matin. Selon la RATP, jointe par Le Monde, cela n’est pas lié à la grève ou à une bousculade ; il s’agirait d’un suicide. Celui-ci s’est produit vers 7 heures du matin et a entraîné une interruption de trafic sur le RER A entre les stations Nation et Auber. Il a repris progressivement à partir de 8 h 10.

Cet événement a aussi eu des répercussions sur la ligne 1 du métro, en raison du report de voyageurs. La RATP déconseillait aux usagers d’emprunter cette ligne durant la durée de l’interruption. A Châtelet, l’affluence était telle que la compagnie déconseillait purement et simplement de descendre à cette station, nœud du réseau de transports au cœur de Paris, totalement engorgé ces derniers jours.

Margaux Boddaert est journaliste à BFM.

380 km de bouchons

Sur le réseau francilien, seuls un RER A sur deux et un RER B sur trois étaient prévus vendredi aux heures de pointe (6 h 30-9 h 30 et 16 h 30-19 heures), comme les jours précédents. Pour les usagers, les journées se suivent et se ressemblent, avec également un service partiel sur les lignes 3, 4, 7, 8, 9 et 11 du métro parisien et la fermeture de huit autres lignes.

Le trafic était normal – mais avec un risque de saturation – sur les lignes automatiques 1, 14 et Orlyval, ainsi que sur les lignes de tramway 2, 5, 6 et 8. La moitié du trafic des bus était assurée. Des dépôts de bus de Paris et petite couronne ont été débloqués par les forces de l’ordre, et plus aucune action de blocage n’était en cours à partir de 8 heures, selon la Préfecture de police.

Lire aussi Grève dans les transports : le trafic SNCF et RATP restera fortement perturbé vendredi

Du côté de la SNCF, un quart des TGV circulent et la même proportion moyenne de Transilien et d’Intercités. Quatre TER sur dix sont par ailleurs assurés, essentiellement par bus. A la mi-journée, la compagnie ferrovière annonçait un taux de grévistes 66,8 % chez les conducteurs, 44,4 % chez les contrôleurs et 19,9 % chez les aiguilleurs (13,3 % au total).

Le trafic routier en Ile-de-France, avec 380 km de bouchons vers 8 h 30, était également toujours exceptionnellement dense.

Menace d’un blocage jusqu’à Noël

Face à la menace d’un blocage jusqu’à Noël et après la présentation de sa réforme pour créer un système de retraite universel par points, Edouard Philippe a convié les organisations syndicales et patronales pour un « cycle de réunions ». Il a souhaité que cette concertation démarre « le plus tôt possible la semaine prochaine ». « Ma porte est ouverte et ma main est tendue », a insisté le premier ministre jeudi à l’adresse notamment de Laurent Berger, le secrétaire général de la CFDT, furieux de sa décision d’imposer une mesure d’âge dans la réforme.

« Je suis prêt à discuter, évidemment qu’on va discuter », avait déclaré le leader du premier syndicat français jeudi matin, après avoir réagi très vivement à la mise en place d’un « âge d’équilibre » à 64 ans. Celui-ci revient à allonger la durée de cotisation puisque, en dessous de ce seuil, les retraités ne toucheront pas leur pension à taux plein, afin de faire des économies et de réduire le déficit éventuel du régime. Mais, a relevé celui qui avait prévenu qu’il s’agissait d’une « ligne rouge », « vouloir être constructif, ça ne veut pas dire se laisser marcher dessus ».

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Réforme des retraites : l’exécutif tente de renouer le dialogue avec la CFDT

La concertation visera à « continuer à améliorer le projet porté par le gouvernement », a expliqué Matignon en évoquant « une série de thèmes » : « La mise en place du minimum de pension, la pénibilité, la retraite progressive et l’accompagnement des transitions vers le système universel. » Il s’agit très exactement des revendications de la CFDT, de la CFTC, de l’UNSA et des étudiants de la FAGE, qui ont appelé à rejoindre la manifestation du 17 décembre, alors même que ces organisations sont favorables à la création d’un système de retraite universel par points.

L’initiative de cette journée de manifestations revient à l’intersyndicale CGT-FO-Solidaires-FSU, rejointe par la CFE-CGC, et des organisations de jeunesse à l’origine de la mobilisation depuis le 5 décembre. Eux demandent le retrait pur et simple de la réforme.

La grève dans les transports pourrait ne connaître aucune trêve, pas même celle dite des « confiseurs » pour les fêtes de fin d’année. La CGT-Cheminots a annoncé que le blocage continuera « sauf si le gouvernement revient à la raison » en retirant son projet. Une déclaration jugée « irresponsable » par la ministre de la transition écologique, Elisabeth Borne. Vendredi, elle a appelé les grévistes à « entendre les difficultés des Français » et à se « mettre à la table des négociations ».

Notre sélection d’articles sur la réforme des retraites

Advertisements

Leave a Reply