Attentats du 13-Novembre: une note de l’administration pénitentiaire pointe le prosélytisme d’Abdeslam en… – BFMTV

Spread the love

Un rapport de l’administration pénitentiaire du mois d’août révèle que Salah Abdeslam, le seul membre des commandos du 13-Novembre encore en vie, s’adonne à du prosélytisme pendant sa détention.

Salah Abdeslam, le principal accusé dans le procès des attentats du 13-Novembre qui s’est ouvert ce mercredi à Paris, fait du prosélytisme pendant sa détention, a-t-on appris ce mercredi d’une note de l’administration pénitentiaire, confirmant une information de Mediapart.

Ce rapport de l’administration pénitentiaire daté du 17 août, que BFMTV a pu consulter, révèle que Salah Abdeslam a cumulé une dizaine d’incidents significatifs entre juin 2016 et décembre 2019. Parmi eux, un refus de fouille intégrale, des insultes et autres menaces à l’encontre des surveillants pénitentiaires, mais encore des tentatives d’obstruction et d’endommagement des caméras de vidéosurveillance.

Le document dit que Salah Abdeslam “se distingue par le prosélytisme” auquel il s’adonne en prison. “Il use de sa médiatisation pour influencer ses codétenus et leur dispenser des conseils religieux”.

Des cours de doctrines à plusieurs détenus

En 2019 par exemple, le Franco-Marocain de 31 ans a entamé une discussion au sujet de l’islam radical par la fenêtre de sa cellule avec un autre détenu, connu pour son instabillité psychologique. Dans les mois qui ont suivi, il a également dispensé des “cours de doctrine” à 3 ou 4 détenus de la prison de Fleury-Mérogis, à qui il dictait leurs pratiques religieuses

Le 26 août 2020, selon cette même note, Salah Abdeslam déclare également à la direction du bâtiment D3 du centre pénitentiaire qu’il se considère comme “un passeur de la parole du Créateur en détention”. Enfin, il est écrit dans ce rapport que Salah Abdeslam, “conscient de risquer une condamnation lourde, ponctue régulièrement ses propos de références à la mort en martyr, se prédisant un avenir funeste à l’issue de sa condamnation”.

Resté mutique pendant toute la durée de l’enquête, Salah Abdeslam, seul membre encore en vie des commandos qui ont fait 130 morts et des centaines de blessés à Paris et Saint-Denis, est accusé de complicités de crimes terroristes et encourt la perpétuité.

Cécile Ollivier avec Jeanne Bulant

Leave a Reply