Attentats du 13-Novembre: qui est Olivia Ronen, l’avocate de Salah Abdeslam? – BFMTV

Spread the love

La pénaliste de 31 ans a succédé en novembre dernier à Frank Berton, ténor médiatique du barreau de Lille.

“On approche de l’échéance… la pression monte”, admettait fin août Olivia Ronen, 31 ans, auprès de nos confrères de l’AFP. Aussi discrète que son prédécesseur lillois Frank Berton était médiatique, la pénaliste parisienne assurera la défense de Salah Abdeslam. “Je sais que ce ne sera pas simple”, avait-elle ajouté.

Son client est le principal accusé dans le cadre du procès des attentats du 13-Novembre, qui s’ouvre ce mercredi pour au moins huit mois. Les attaques meurtrières, revendiquées par le groupe État islamique, avaient causé la mort de 130 personnes et fait des centaines de blessés à Paris et Saint-Denis en 2015.

Désignée par Abdeslam en novembre 2020

Détenu à la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis (Essonne), le natif de Bruxelles, maintenu sous très haute sécurité et surveillé par un système vidéo 24 heures sur 24, avait officiellement désigné l’avocate en novembre 2020.

Mais Olivia Ronen ne dira rien sur cette rencontre et le moment où la décision a été prise. Pas davantage sur l’état d’esprit de son client ainsi que la manière dont il aborde son procès, alors qu’il est resté principalement mutique depuis plusieurs années. Une ligne de conduite pour ne pas “l’enfermer dans quelque chose de prédéfini”, étaye l’avocate.

Si “c’est un dossier qui intéresse et concerne tout le monde, je veux rester très scrupuleuse sur le respect du secret de mes échanges avec lui”, fait-elle valoir. “C’est lorsqu’on a le moins envie de comprendre que c’est le plus intéressant d’y aller.”

“Grande bosseuse”

À l’égard de la trentenaire, des confrères évoquent une “grande bosseuse”, “extrêmement exigeante avec elle-même”. Elle a “une très grande force de conviction”, une énergie “incroyable”, assure à l’AFP sa consoeur Me Fanny Vial, également en défense dans le procès du 13-Novembre.

Reçue au concours de la Conférence du stage qu’elle avait préparé en 2015, raconte France Inter, elle avait dans ce cadre assuré la défense de l’ancien militaire Erwan Guillard, parti faire le djihad en Syrie et condamné à 11 ans de réclusion criminelle en appel en 2019.

Elle était aussi intervenue dans le dossier de l’attentat perpétré le 14 juillet 2016 à Nice. Une incursion qui s’était soldée par un “sentiment d’impuissance” après le suicide en prison de son client, en 2019.

Dans le cadre du procès hors-norme qui s’ouvre ce mercredi, l’avocate, qui a prêté serment en 2016, sera aussi épaulée par Me Martin Vettes, âgé de 32 ans, indique RTL.

“Je ne fais que du pénal, et je suis persuadée que plus l’étau se resserre, plus on est nécessaire. Et là, évidemment, la nécessité est à son paroxysme”, estime-t-elle auprès de la radio.

Clarisse Martin avec AFP

Leave a Reply