Posted on
Spread the love

Ils sont depuis hier salués comme des héros. La Reine Elizabeth II a mis en avant leur courage. Eux, ce sont les passants qui ont réussi à neutraliser l’auteur de l’attaque au couteau perpétrée vendredi à Londres. De courageux passants, dont un ancien détenu, qui ont réussi à contenir l’assaillant avant que la police ne le neutralise définitivement.

L’assaillant est ici maintenu à terre par plusieurs hommes avant l’intervention des policiers. | REUTERS

  • L'assaillant est ici maintenu à terre par plusieurs hommes avant l'intervention des policiers.
    L’assaillant est ici maintenu à terre par plusieurs hommes avant l’intervention des policiers. | REUTERS

Ils sont salués comme des « héros » au Royaume-Uni depuis l’attaque de vendredi sur le London bridge. Car si certaines questions entourent encore la personnalité de Usman Khan, l’auteur de l’attaque, on parle aussi beaucoup des hommes qui se sont interposés face à lui.

Sur des images mises en ligne par le Daily Mail, on voit l’un d’eux vider un extincteur sur Usman Khan tandis qu’un autre, pointe vers lui une défense de narval. Un objet provenant très probablement de l’université de Cambridge et plus précisement du Fishmongers’ Hall qui renferme de nombreux objets anciens.

Un peu plus tard, on voit surgir deux autres hommes : Stevie Hurst, guide touristique, et un collègue à lui dénommé Thomas Gray. Les deux hommes parviendront à forcer le terroriste à lâcher l’un de ses deux couteaux. « On a fait tout ce qu’on pouvait pour essayer de lui arracher son couteau afin qu’il ne blesse personne d’autre » a expliqué à la BBC, Stevie Hurst.

Les policiers ne tardent ensuite pas à intervenir à leur tour. Ils mettent tout d’abord en retrait un autre homme venu frapper Usman Khan toujours maintenu à terre. Ce n’est qu’ensuite, face à la menace persistante, qu’un policier décide de neutraliser Khan en faisant usage de son arme.

Tous ces héros ont été largement salués hier et aujourd’hui. Mais le parcours de l’un d’eux a suscité le débat. Il s’agit de James Ford, condamné en 2004 à la perpétuité avec une durée de 15 ans d’emprisonnement minimum pour avoir égorgé sans mobile une jeune femme de 21 ans. Un criminel, donc, actuellement en semi-liberté.

Partager cet article L'assaillant est ici maintenu à terre par plusieurs hommes avant l'intervention des policiers.

Attaque terroriste à Londres. Extincteur, défense de narval… comment les passants ont maîtrisé l’assaillantOuest-France.fr

Advertisements

Leave a Reply