Assistantes maternelles et gouvernement, le «bon sens» pas près de chez eux – Libération

Spread the love

Mais qui va garder les enfants ? Après une soirée de confusion, le gouvernement promettait vendredi matin une clarification dans la journée sur la question de l’accueil des enfants par les assistantes maternelles pendant les trois prochaines semaines. A grand renfort de bafouillages ministériels dans les matinales télé et radio.

«Il est tôt ce matin», a lâché Laurent Pietraszewski, secrétaire d’Etat auprès de la ministre du Travail, Elisabeth Borne, plaisant la mansuétude alors qu’on lui demandait sur France Info s’il connaissait la différence entre une assistante maternelle – qui accueille des enfants à son domicile – et les nounous, qui gardent les enfants chez leurs parents. Au total, 280 000 assistantes maternelles accueillent en France entre un et quatre enfants, ce qui fait pas mal de monde concerné par le flou au sommet.

A lire aussi

Jeudi, Matignon avait annoncé que les enfants ne pourraient être gardés par les assistantes maternelles afin d’être «en cohérence avec les crèches» qui seront fermées pendant les trois semaines qui viennent. Si cette option était toujours bien envisagée dans la soirée, elle n’était cependant pas encore tout à fait actée, avait ensuite pris annoncé Matignon. Selon les services du Premier ministre, l’étude de l’Institut Pasteur sur les lieux de contamination «montre qu’il y a plus de contaminations chez les assistantes maternelles que dans les écoles».

Les indemnisations en question

A priori, les décisions définitives devraient être annoncées à 14 heures lors d’une rencontre en visioconférence des organisations professionnelles avec le secrétaire d’Etat chargé de l’Enfance, Adrien Taquet.

«Nous avons une boussole : le bon sens, des mesures claires et lisibles», a tenté de justifier Amélie de Montchalin, ministre de la Transformation et de la Fonction publique sur Sud Radio. Le sujet des assistantes maternelles sera clarifié dans la journée. Nous travaillons sur un protocole de bon sens.»

Parmi les modalités à définir figure, entre autres, le dossier des enfants de «publics prioritaires», comme les soignants, dont la liste est en cours d’arbitrage. La question du «régime d’indemnisation» des employées concernées n’est «pas encore tout à fait tranchée», celui-ci n’étant «pas forcément celui de l’activité partielle», a-t-on précisé. Les syndicats réclament une prise en charge à 100% de leurs salaires.

<

p class=”article_link”>Lors du premier confinement pour lutter contre l’épidémie de Covid-19 en mars, l’Etat avait à l’inverse assoupli les normes, permettant aux assistantes maternelles d’accueillir simultanément six enfants au lieu de quatre et ainsi «accompagner progressivement la reprise de l’activité». En parallèle, celles qui n’avaient pas pu travailler pendant cette période avaient bénéficié du dispositif «d’indemnités exceptionnelles» mis en place pour les salariés travaillant pour des particuliers employeurs.

Leave a Reply