Arm annonce le consortium  » Autonomous Vehicule Computing Consortium  » dédié aux véhicules autonomes.  Son objectif sera de résoudre les problèmes qui freinent le développement de cette technologie de façon collaborative, notamment vie le développement d’une plateforme informatique standardisée… 

Les voitures autonomes vont permettre une véritable révolution technologique sur nos routes. Ils permettront de gagner du temps, notamment en travaillant durant les trajets au lieu de conduire, mais aussi (à terme) d’accroître la sécurité routière à l’échelle mondiale.

Cependant, le développement de ces véhicules est complexe et représente de nombreux défis à relever notamment en termes de sécurité et d’informatique. C’est la raison pour laquelle l’industrie se développe beaucoup moins vite que prévu, et c’est pourquoi nous sommes encore loin de pouvoir sillonner les routes sans tenir le volant.

En 2013, les experts prédisaient une démocratisation des voitures autonomes pour 2030. Malheureusement, cette échéance risque d’être largement repoussée si les obstacles qui se dressent actuellement ne sont par surmontés.

Afin de résoudre ces problèmes de façon collaborative, Arm annonce un consortium dédié aux véhicules autonomes. L’initiative Autonomous Vehicle Computing Consortium a été annoncée par Dipti Vachani, senior vice présidente, durant son keynote dans le cadre de la conférence Arm TechCon 2019 de San Jose en Californie.

Le consortium regroupera des fabricants automobiles, mais aussi des constructeurs de puces et autres entreprises de la tech. L’objectif de cette union sera “ d’accélérer la commercialisation de véhicules autonomes sûrs et abordables ” et notamment de mettre au point une plateforme informatique standardisée pour tous les véhicules autonomes.

Arm veut résoudre les problèmes des véhicules autonomes de façon collaborative

Pour mettre en lumière l’intérêt de ce consortium, Vachani a pris son propre exemple : celui d’une mère de deux jeunes conducteurs âgés de 16 ans inquiète pour leur sécurité sur la route. Face aux statistiques sur les accidents routiers mortels, elle se dit “ terrorisée ”.

Malheureusement, les données de Forrester Research démontrent que les experts en conduite autonome sont tout aussi inquiets pour les mêmes raisons. Aux yeux de Dipti Vachani, il est donc impératif que les technologies de véhicules autonomes de différents fournisseurs fonctionnent ensemble correctement en harmonie.

Or, il est impossible qu’une entreprise seule assure cette cohésion. C’est pourquoi le consortium va collaborer sur ces problématiques telles que la sécurité, l’informatique et les logiciels.

Toutes les entreprises de l’écosystème devront optimiser les workloads pour les différents appareils de calcul tels que les CPU, les GPU, les processeurs des capteurs d’images, et le Machine Learning. Au sein du groupe, les entreprises pourront proposer leurs applications pour obtenir les retours des autres membres.

L’un des objectifs de l’AVCC sera de mettre en place un ensemble de recommandations pour une architecture de système et une plateforme informatique permettant de réconcilier les besoins en performance de systèmes autonomes et les besoins spécifiques aux véhicules tout en respectant les contraintes en termes de taille, de limites de température, de consommation d’énergie et de sécurité.

Parmi les entreprises qui se joignent directement cette alliance, on compte General Motors, Nvidia, Denso, Toyota, Bosch, Arm, Continental et NXP. On peut espérer que tous les principaux acteurs de l’industrie participent à l’initiative afin d’assurer une synergie complète.

Advertisements
Spread the love

Leave a Reply