AR/VR : Mark Zuckerberg fait valoir la différence entre Facebook et Apple

Spread the love

La réalité virtuelle, augmentée ou encore mixte est clairement dans la ligne de mire d’Apple, qui tisse patiemment sa toile sur ce marché toujours en devenir. On verra ce que l’avenir apportera, même si Ming-Chi Kuo et d’autres n’ont pas été avares en dates et en caractéristiques techniques ces dernières semaines. Le jour où le constructeur se présentera avec un premier produit véritablement pensé pour l’AR/VR, type casque ou lunettes, il trouvera Oculus, donc Facebook, sur son chemin.

Crédit : Oculus.

Dans une interview accordée à The Information, Mark Zuckerberg a réagi à quelques unes des rumeurs qui entourent le futur dispositif d’Apple, à commencer par le prix. Kuo a évoqué hier un tarif proche de celui d’un iPhone haut de gamme, c’est à dire dans les 1 000 $, mais d’autres rumeurs ont poussé le curseur tarifaire beaucoup plus loin en parlant d’un produit de niche à 3 000 $…

Sans citer Apple, le fondateur et patron de Facebook a voulu marquer sa différence : « Je pense que notre tendance sera probablement d’essayer de proposer ces produits à un prix aussi bas que possible afin de pouvoir les proposer à tout le monde ». Il ajoute un tacle : « Contrairement à certaines des autres entreprises du secteur pour qui les prix premium sont le modèle économique, l’un de nos principes fondamentaux est que nous voulons servir tout le monde ».

Malheureusement, on sait bien comment Facebook rentabilise ses services, et tout le monde n’apprécie pas forcément la collecte effrénée de données au cœur du modèle du réseau social. « Je me concentre non seulement sur la conception d’un bon appareil de réalité augmentée et virtuelle, mais aussi sur la manière de le faire pour 300 $ au lieu de 1 000 $ », explique-t-il.

Mark Zuckerberg a également donné son avis sur une rumeur plus technique. Le porteur du casque d’Apple devrait être en mesure de « voir » son environnement avec l’aide de caméras, les flux étant diffusés sur les écrans intérieurs (on parle de dalles micro OLED 8K fournies par Sony…). Plutôt impressionnant, mais « vous n’avez probablement pas envie de vivre dans un monde de réalité virtuelle “pass-through” de si tôt, car nous ne voudriez pas renoncer à la vivacité de ce que vos yeux voient, le contraste, la luminosité des couleurs », décrit le dirigeant.

« Tout est légèrement plus terne en VR », ajoute-t-il. Mark Zuckerberg sait sans doute de quoi il parle : il existe une fonction de « caméra réelle » qui permet aux Oculus Quest et Quest 2 de « sortir » de la VR pour avoir une vue en temps réel du monde qui entoure l’utilisateur.

Sur un plan plus stratégique, si Facebook investit lourdement dans les technologies d’AR/VR (et aussi pour les montres connectées), c’est pour avoir les coudées franches. Critiquant en creux les règles de l’App Store et du Play Store, Mark Zuckerberg veut s’assurer de pouvoir proposer des systèmes offrant l’expérience désirée par Facebook.

Sur les smartphones, les contraintes sont rigides, déplore-t-il. « Il y a certainement des expériences sociales que nous voudrions proposer, mais que nous ne pouvons tout simplement pas créer ». Il prend l’exemple de Facebook Gaming, « que nous n’avons pas le droit de proposer sur mobiles ». Apple a retoqué ce catalogue de jeux, ne laissant plus à l’app que son aspect social.

Leave a Reply